Une centaine de centres commerciaux potentiellement concernés par le pass

Publié le 12/08/2021 - 17:01
Mis à jour le 12/08/2021 - 16:11

Plus d’un tiers des 350 centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés pourraient être concernés par l’obligation de pass sanitaire, selon les critères annoncés par le gouvernement la veille et sur l’état actuel de l’épidémie de Covid-19. Pour l’heure, aucun centre n’est concerné en Bourgogne-Franche-Comté.

 © D Poirier
© D Poirier

Le gouvernement a demandé mercredi aux préfets de rendre le pass sanitaire obligatoire dans les centres commerciaux de plus de 20.000 m2 situés dans les départements où le taux d'incidence dépasse les 200 pour 100.000 habitants sur une semaine.

En Bourgogne-Franche-Comté, le taux d'incidence est de 116 cas pour 100.000 habitants (236 en France) et seul le Territoire de Belfort avec un taux d'incidence de 219 dépasse le seuil fixé mais ne compte pas de centre commercial de plus de 20.000 m2. Aucun centre commercial de la région n'est donc concerné… pour le moment.

La liste officielle des centres n'a pas encore été publiée, mais la mesure pourrait ainsi être potentiellement applicable à 129 centres commerciaux répartis dans les 38 départements de métropole et d'Outre-mer avec un taux d'incidence élevé, selon un calcul tiré de la liste des centres de plus de 20.000 m2 communiquée jeudi à l'AFP par le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC).

Cette liste n'inclut pas les grands magasins, qui pourront également être concernés s'ils font plus de 20.000 m2 et se situent dans les zones à forte incidence.

En métropole, ces départements - dont l'Hérault, les Bouches-du-Rhône, la Haute-Garonne, la Gironde, ou le Rhône - se trouvent majoritairement dans la moitié sud du pays et devront aussi rendre le port du masque obligatoire en intérieur dans les lieux recevant du public, a indiqué le gouvernement.

Dans les Outre-mer, le gouvernement a également imposé des confinements stricts en Guadeloupe et en Martinique, tandis que la Réunion est soumise à un confinement partiel depuis le 31 juillet.

Le nombre réel de centres et magasins concernés par le pass sanitaire dépendra des décisions des préfets.

Selon la loi validée la semaine dernière par le Conseil constitutionnel, ils ne pourront pas rendre obligatoire le pass dans les grandes surfaces si cela compromet "l'accès des personnes aux biens et services de première nécessité ainsi qu'aux moyens de transport".

Certains grands centres commerciaux accolés à des gares de transport, comme le gigantesque centre La Part Dieu de Lyon (161.000 m2), l'un des plus grands d'Europe, se préparaient dans l'inconnu.

"Nous sommes très surpris par les annonces gouvernementales. Nous attendons les différents arrêtés préfectoraux qui varieront selon les seuils d'incidence (et) les caractéristiques propres à chaque centre" a indiqué son directeur Jean-Philippe Pelou Daniel.

En région parisienne, seuls la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne ont des taux d'incidence supérieurs à 200; ces deux départements comptent une vingtaine de grands centres commerciaux dont les gigantesques Belle Epine (Thiais) et Rosny 2.

"En terme pratique, ce n'est pas évident à mettre en place. Cela va créer des files d'attente avec un risque sanitaire possible, un coût économique à court terme en recrutant des agents de sécurité supplémentaires, et une baisse de fréquentation", a déploré le délégué général du CNCC Gontran Thüring auprès de l'AFP.

M.Thüring a estimé à 30.000 euros par mois et "par porte d'entrée" de chaque centre, les dépenses supplémentaires liées à la vérification du pass sanitaire.

Selon Grégory Lebacle, directeur de la sécurité d'une société prestataire du centre commercial de Roques-sur-Garonne près de Toulouse, le recrutement de vigiles "qualifiés", en plein été, dans un délai "si court" va constituer "un vrai casse-tête".

Le pass sanitaire n'était appliqué jusqu'à présent que dans quelques centres commerciaux et grandes surfaces dans le Vaucluse, les Pyrénées Orientales et en Loire-Atlantique - où la mesure a finalement été levée jeudi, en raison d'un taux d'incidence inférieur à 200.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.65
couvert
le 21/04 à 3h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
94 %