Une enquête pour sauver les amphibiens qui traversent les routes en Bourgogne Franche-Comté

Publié le 07/03/2023 - 12:03
Mis à jour le 09/03/2023 - 16:15

Jusqu’au 15 avril 2023, la Société d’histoire naturelle d’Autun-Observatoire de la faune de Bourgogne (SHNA-OFAB) et la LPO Bourgogne-Franche-Comté (LPO BFC) invitent la population à participer à une grande enquête participative pour identifier les lieux de passage des amphibiens afin de pouvoir mieux les protéger.

 © Hugo Barré Chaubet
© Hugo Barré Chaubet

Chaque année, en France, 25 à 50 millions d’amphibiens meurent écrasés sur les routes.

Les amphibiens sont des espèces protégées et lors de leur migration, on peut parfois compter des centaines voire milliers d’individus écrasés sur certains tronçons de routes en une seule nuit. Malgré les données disponibles, certains secteurs de Bourgogne-Franche-Comté restent encore assez méconnus et l'ensemble des "points noirs" (zones à très forte mortalité) n'est pas encore totalement cerné, ce qui ne permet pas d’y envisager des actions de protection, selon la SHNA-OFAB et la LPO dans un communiqué commun.

Pourquoi se retrouvent-ils sur les routes ? 

Les associations expliquent qu’à la fin de l’hiver, les amphibiens sortent de leurs sites d’hivernage pour rejoindre des étangs, des mares ou des sources afin de se reproduire. Mais leur voyage n’est pas sans embûche. Ils font face à différents obstacles, dont les axes routiers qui sont les plus dangereux. Les amphibiens traversent parfois ces routes par milliers et la circulation automobile peut occasionner de fortes pertes (25 à 50 millions d’amphibiens écrasés sur les routes en France chaque année1). 

"Par conséquent, mener une enquête participative permet d’identifier leurs lieux de passage, estimer la mortalité par la circulation automobile et envisager des actions afin de faciliter leur migration et limiter la perte d’individus", selon la SHNA-OFAB et la LPO. 

Par exemple : des barrières temporaires sur des sites à fort écrasement (les amphibiens se font piéger dans des seaux le long des barrières, puis sont relâchés de l’autre côté de la route chaque soir ou matin par des personnes habilitées, ces espèces étant protégées règlementairement) ou encore l’aménagement de passages à faune sous les routes. 

Comment participer à l’enquête ? 

Pour transmettre vos observations d’amphibiens, deux possibilités s’offrent à vous : 

Ces données seront ensuite mutualisées entre les deux associations. Les assocations précisent :"Si vous voyez un ou plusieurs amphibiens sur la route, mais que vous ne savez pas exactement de quelle espèce il s’agit, vous pouvez quand même participer ! L’important est de connaître les lieux de passage et d’apprécier les niveaux d’effectifs. N’hésitez-pas à ajouter une photo ou une vidéo, cela nous permettra de mieux les identifier (donnée à cocher en tant que « protégée » sur Faune-France et Naturalist)."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Les 10 conseils du Codever pour randonner sereinement

Cet été, un randonneur averti en vaut deux. À l’approche des grands départs en vacances, le Collectif de défense des loisirs verts (CODEVER) souhaite informer les touristes pour qu’ils profitent sereinement de leurs balades, à pied, à vélo, à VTT, à cheval, à moto, en quad etc… Que l’on crapahute en montagne, le long des côtes, en forêt, sur les sentiers ou les chemins, voici la charte de bonne conduite soumise par le CODEVER.

Météo : un week-end ensoleillé mais sous les normales de saison en Franche-Comté

Ce premier week-end de grandes vacances ne se déroulera pas partout en Franche-Comté sous les meilleures hospices. Samedi 12 juillet le soleil sera de la partie mais les températures ne sernt pas très élevées pour un mois de juillet. Le dimanche 14 juillet ce sera un peu mieux et au moins la pluie ne devrait pas s'inviter pour le feu d'artifice selon les prévisions de Météo France…

En images – Les 140 ans de l’Observatoire de Besançon

VIDÉO • Construit en 1884, l’Observatoire des sciences de l’univers de Besançon a fêté mercredi 10 juillet son 140e anniversaire en présence notamment de Anne Vignot, maire de Besançon, Macha Woronoff, présidente de l’université de Franche-Comté, et Philippe Rousselot, directeur de l’observatoire.

Sécheresse 2023 : cinq communes de Haute-Saône reconnues en état de catastrophe naturelle

Par arrêté interministériel du 1er juillet 2024 publié au Journal Officiel du 2 juillet 2024, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu pour les communes d'Avrigney-Virey, Bussières, Chenevrey-et-Morogne, et Thiénans pour les dommages causés par des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols, sur la période de janvier à mars 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 23.89
couvert
le 14/07 à 15h00
Vent
0.99 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
51 %