Le regard d'Albert Ziri sur Alstom

Publié le 22/09/2016 - 16:14
Mis à jour le 22/09/2016 - 17:52

Privatiser les bénéfices, mais nationaliser les risques ?

dsc_5534.jpg
Albert Ziri © damien poirier
PUBLICITÉ

Ainsi, c’est à la fin de la trêve estivale que la direction d’Alstom annonce son intention de ne plus produire de locomotives sur son site historique de Belfort et de transférer cette activité en Alsace.

Cette annonce se produit aussi dans le contexte politique particulier, celui des mois qui nous séparent de l’élection présidentielle et des législatives qui suivront.

Un timing qui ne doit donc rien au hasard, Alstom s’invitant ainsi dans le débat politique. Les uns et les autres reprochant tout et son contraire au gouvernement en fin de mandature. Beaucoup, à droite comme à gauche, feignant d’ailleurs de n’avoir pas participé aux affaires du pays ces vingt cinq dernières années et de n’avoir pas contribué, peut-être, à des prises de décisions, en matière de politique industrielle, pas très pertinentes en leur temps.

La question qui subsiste alors c’est de savoir ce que la direction d’Alstom attend de l’annonce de cette décision dans ce timing pré-électoral tendu, sinon d’obtenir des pouvoirs publiques, c’est à dire des contribuables, de mettre la main à la poche soit pour sauvegarder l’emploi ou plus probablement pour organiser socialement la fin d’une activité.

En somme, nationaliser l’échec d’une stratégie d’entreprise qui voit ses carnets de commande rester désespérément vides, alors que cette entreprise distribuait, au meilleur de sa forme, à ses actionnaires privés, la manne de juteux dividendes…

Albert Ziri

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.85
couvert
le 15/10 à 0h00
Vent
1.88 m/s
Pression
1009.77 hPa
Humidité
83 %

Sondage