Futur géant européen du ferroviaire ? Alstom et Siemens négocient "un accord" de fusion

Publié le 25/09/2017 - 11:40
Mis à jour le 12/03/2018 - 14:33

Le français Alstom et l'allemand Siemens ont "négocié un accord" pour former un géant européen du ferroviaire face au chinois CRRC, bien qu'aucune décision n'ait été prise, affirme ce lundi 25 septembre 2017 le quotidien allemand Handelsblatt.

 ©
©

Les pourparlers de fusion engagés "vont bien au-delà de l'habituel +tout le monde discute avec tout le monde+ qui est de rigueur dans cette branche", écrit le journal économique sur la foi de sources internes aux deux groupes.

  • Selon le Handelsblatt, le conglomérat de Munich (sud) réunit mardi son conseil de surveillance, pendant qu'Alstom tiendra un conseil d'administration. Les deux entreprises ont décliné tout commentaire.

Un rapprochement déjà évoqué

Le scénario d'un rapprochement entre Alstom et Siemens, évoqué puis avorté en 2014-2015, a ressurgi vendredi lorsque le constructeur du TGV a confirmé des "discussions en cours" avec le groupe allemand.

D'après le Handelsblatt, l'accord négocié prévoit l'absorption du pôle ferroviaire de Siemens par Alstom, spécialisé dans le rail depuis la cession de son pôle énergie à General Electric, pour former un groupe installé et coté à Paris mais dont l'allemand prendrait la moitié du capital.

La présidence du conseil de surveillance de cet "Airbus du rail" reviendrait à Siemens, tandis que le patron d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, conserverait la tête du directoire.

Il s'agit pour Siemens et Alstom, qui réalisent respectivement 7,8 et 7,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel dans le rail, de s'unir face au géant chinois CRRC (18,1 milliards d'euros), issu d'une fusion pilotée par Pékin et qui lorgne désormais sur les marchés européens en discutant avec le tchèque Skoda Transportation. 

Déjà des discussions entre Siemens et Bombardier…

Décidé à grossir dans le rail, Siemens discutait depuis plusieurs mois avec le canadien Bombardier pour former deux coentreprises, l'une dans le matériel ferroviaire et l'autre dans la signalisation. Mais Bombardier étant très implanté en Allemagne, ce scénario pose autant de problèmes de concurrence et de suppressions potentielles de postes que celui d'une fusion Alstom-Siemens.

La dimension politique pèse en revanche pour un rapprochement franco-allemand: les deux groupes attendent des autorités européennes de la concurrence qu'elles prennent en compte "la nécessité de faire contrepoids face à CRRC sur le marché mondial", écrit le Handelsblatt, et savent pouvoir compter sur les politiques, qui "privilégient une solution européenne".

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

La SNCF confirme la commande de 15 TGV à Alstom

Le conseil d'administration de SNCF Mobilités a approuvé ce jeudi 23 février 2017  la commande au constructeur Alstom de 15 rames TGV, annoncée en octobre par le gouvernement pour sauver le site de Belfort, a indiqué la SNCF

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Economie

« Le Calice enchanté » : un café Boutique « au pays des sorcières »

Un nouveau concept de café-boutique autour des thématiques du médiéval, du fantastique et de la sorcellerie ouvrira à Besançon le mardi 15 juin 2021 9 rue Peclet à Besançon. Pour fêter son ouverture, une déambulation rythmée et déguisée se tiendra ce samedi 12 juin à 13h30, devant la boutique puis et dans les rues du centre-ville.

233 millions d’euros d’aides régionales : découvrez les projets qui en bénéficieront…

Les élus régionaux ont voté près de 233 M€ d’aides régionales lors de la commission permanente ce vendredi 4 juin 2021. Une partie de ces crédits concerne des aides d’urgence et le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de COVID-19.

Connaissez-vous Les épiciers du vrac dans le Grand Besançon ?

PUBLI-INFO • Ouvert depuis le 20 octobre 2020, Les épiciers du vrac est un commerce indépendant fondé rue du Lavoir à Pirey par Louise et Sylvain en couple dans la vie comme en affaire. Leur crédo : proposer des produits bio avec une empreinte carbone limitée, locaux quand c’est possible et sans emballage primaire. Visite…
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 24.87
peu nuageux
le 14/06 à 12h00
Vent
2.54 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
30 %

Sondage