Alstom: Bruno Le Maire nie toute négligence dans l'utilisation des fonds publics

Publié le 05/10/2017 - 10:07
Mis à jour le 05/10/2017 - 10:07

Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a nié mercredi toute négligence dans le rapprochement entre Alstom et Siemens, en réponse à son prédécesseur Arnaud Montebourg qui a brandi la menace de poursuites pénales à son encontre.

 ©
©

"Il n'y a pas d'utilisation frauduleuse de fonds publics et il n'y a aucune négligence (...) justement parce que je n'utilise pas des fonds publics pour faire de la spéculation sur le dos du contribuable", a affirmé le ministre lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

A Grenoble lundi, devant les salariés menacés de GE Hydro/Alstom, M. Montebourg a affirmé que si l'Etat n'exerçait pas son option d'achat sur les 20% d'Alstom prêtés par Boyugues, option exerçable avant le 16 octobre, M. Le Maire pourrait être passible de poursuites pénales pour "détournement de fonds publics par négligence".

Face aux députés de la commission des Finances, le ministre a réagi vivement ans aux allusions faites à l'affaire Tapie, pour laquelle l'ex-ministre Christine Lagarde a été condamnée pour "négligence" par la Cour de justice de la République, tout en étant dispensée de peine. "Que chacun veille bien à ne pas franchir certaines lignes rouges dans le cadre de ce débat", a-t-il prévenu, citant nommément le député Gilles Carrez (LR). M. Montebourg avait également évoqué lundi le précédent Lagarde.

 M. Le Maire, lors de son audition, a assuré que l'entrée au capital d'Alstom de la part de l'Etat aurait empêché sa prise de contrôle par Siemens.

"L'opération entre Siemens et Alstom n'aurait pas eu lieu si l'Etat avait exercé ses options d'achat sur les titres d'Alstom", a-t-il affirmé. "L'opération n'était tout simplement pas possible et, dans ce cas, Siemens se serait tournée vers l'autre option qu'il avait sur la table, qui était le rachat de Bombardier qui, je le rappelle, a des sites représentant 2.000 emplois en France", a-t-il poursuivi.

Le ministre a par ailleurs dénoncé "la suspicion que certains font peser sur Siemens". "J'ai un peu de mal à comprendre, sauf par xénophobie ou germanophobie à peine dissimulée les critiques de certains, d'ailleurs sur beaucoup de bancs, de toute la classe politique, vis-à-vis de Siemens", a-t-il regretté.

"On peut critiquer certains points bien entendu, mais je trouve que faire jeter la suspicion sur le partenaire allemand comme certains le font est d'abord faux par rapport à la réalité de ce que Siemens a fait en France et dangereux du point de vue politique", a-t-il dénoncé.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

La SNCF confirme la commande de 15 TGV à Alstom

Le conseil d'administration de SNCF Mobilités a approuvé ce jeudi 23 février 2017  la commande au constructeur Alstom de 15 rames TGV, annoncée en octobre par le gouvernement pour sauver le site de Belfort, a indiqué la SNCF

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Economie

« Aux Ateliers ! » :  ouverture d’un complexe de loisirs de 7.000 m2 avant la fin de l’année

Visite de chantier • Deux restaurants, deux ambiances-bar, un hôtel 4 * de 22 chambres, mais aussi un bowling 24 pistes, un laser game, un mur d'escalade… : Anthony Serra et Christophe Boillot, les deux porteurs du projet "Aux ateliers" ont organisé une visite de chantier sur l'ancien site Obliger. Ouverture prévue fin novembre sur la zone commerciale de Valentin.

Le consul des Etats-Unis sur le site de Bio Innovation à Besançon

Christopher Crawford, consul des Etats-Unis d'Amérique s’est rendu ce jeudi 17 juin au sein du centre Bio Innovation en présence d’Anne Vignot, la maire de Besançon. Ce déplacement entre dans le cadre d’une visite plus large à Besançon et notamment le lancement d’une fresque Franco-américaine réalisée pour le festival "Bien Urbain".

Un parc public d’envergure à venir sur le site de Saint-Jacques à Besançon…

Anne Vignot, la maire de la Ville de Besançon, a donné symboliquement le coup d'envoi de la démolition de bâtiments situés en face de la cour d'honneur ce 16 juin 2021 sur le site de Saint-Jacques. Une opération de désamiantage devra être effectuée à partir du 15 août. Six mois de démolition suivront alors dont quatre de travaux...

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.9
partiellement nuageux
le 19/06 à 0h00
Vent
0.86 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
100 %

Sondage