Besançon : il crache sur le chauffeur de bus et brise la vitre avant avec une matraque

Publié le 04/12/2020 - 10:00
Mis à jour le 04/12/2020 - 09:42

Ces faits de violences se sont déroulés le 19 juin dernier en début d’après-midi à l’angle du Boulevard Diderot et de la rue Beauregard à Besançon. L’individu a été auditionné ce 3 décembre 2020.

Ce déchainement de violence est arrivé après qu'un jeune homme, âgé de 17 ans, a refusé de porter un masque dans le bus. N'ayant pas apprécié la remarque du chauffeur, ce dernier lui a alors craché dessus et a brisé la vitre avant d'accès au bus à l'aide d'une matraque.

Provisoirement incarcéré, ce jeune (qui est connu des services de police pour plusieurs délits) a été auditionné ce jeudi. S'il a reconnu les dégradations, il a nié avoir craché et insulté le chauffeur de bus. Il a été reconduit à la maison d'arrêt de Besançon. Il sera présenté au parquet de Besançon en janvier 2021.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Pancartes anti-migrant : Anne Vignot condamne “des actes criminels” commis durant le carnaval

Le dimanche 7 avril 2024, alors que la fête du carnaval de Besançon battait son plein, deux jeunes femmes se sont immiscées au milieu du cortège et ont brandi des pancartes anti-immigration. Un acte "immonde" pour la maire, Anne Vignot qui a dès ce lundi 8 avril déposé plainte pour incitation à la haine et condamné une fois de plus ce genre d’action lors d’une conférence de presse ce lundi après-midi dans les bureaux de la Ville. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.81
nuageux
le 12/04 à 21h00
Vent
1.27 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
80 %