Jean-Louis Fousseret : "Je ne sais pas si c’est un criminel ou un fou"

Publié le 04/06/2013 - 13:23
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:45

Ce mardi 4 juin 2013, en fin de matinée, Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, et Joël Mathurin, secrétaire général de la préfecture du Doubs, représentant le préfet de Franche-Comté, ont fait part lors d’une conférence de presse commune de leur indignation face aux nouveaux actes de vandalisme constatés le matin même au cimetière de Saint-Claude à Besançon. Le dispositif de surveillance et de sécurité déjà mis en place par la mairie de Besançon en lien avec la préfecture va être renforcé, et une information judiciaire est ouverte par le procureur de la République.

20130604JLFousseretJoelMathurin.JPG
Jean-Louis Fousseret, encadré de son adjointe en charge des cultes Jacqueline Panier et de Joël Mathurin, secrétaire général de la préfecture du Doubs ©miss dom

inacceptable !

PUBLICITÉ

« Je suis exaspéré par ces actes. Je ne sais pas si c’est un criminel ou un fou, peu importe, mais c’est insupportable », a déclaré ce mardi 4 juin 2013 le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret, après qu’une nouvelle dégradation de sépultures ait été constatée au cimetière de Saint-Claude à Besançon (lire notre article ci-dessous). « Pour moi, c’est inacceptable, a-t-il ajouté. Depuis l’Antiquité, on a toujours respecté les morts. Je ne peux pas accepter qu’on vienne attenter à la mémoire des disparus« .

Manuel Valls informé

Depuis ce matin, le maire a échangé plusieurs fois par téléphone avec le préfet de Région, à Paris ce jour. « ’J’ai aussi appelé le cabinet du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, ce matin, pour demander que des moyens importants judiciaires soient mis à notre disposition », a indiqué Jean-Louis Fousseret qui a aussi sollicité le procureur de la République afin qu’il ouvre une information judiciaire. « Pour moi, c’est une question judiciaire, et je ne doute pas que le ministre de l’Intérieur donnera les instructions nécessaires et que la justice se montrera sévère une fois que le ou les coupables seront appréhendés. »

« Nous sommes totalement mobilisés ensemble, avec le maire de Besançon, depuis maintenant un bon mois, a indiqué Joël Mathurin, secrétaire général de la préfecture du Doubs. Cette situation est totalement inadmissible, intolérable. Ce sont des actes à la fois imbéciles et indignes ». « Comment peut-on ne pas respecter les morts », a-t-il estimé, précisant que le préfet se félicitait de l’ouverture de l’information judiciaire.    

Pur vandalisme ?

Il s’avère que les dispositifs de surveillance, notamment les détecteurs, mis en place dans ce cimetière, à la suite des premières dégradations, ont été cette nuit contournés, ce qui laisse à penser que le ou les personnes coupables de ces actes connaissent parfaitement les lieux. Autre constatation, l’intensité du vandalisme s’atténue au fur et à mesure que l’on avance dans le cimetière, ce qui tendrait à prouver que les actes sont très vite perpétrés.

Jean-Louis Fousseret a précisé avoir demandé à ce qu’un marbrier répare dès aujourd’hui, aux frais de la ville, les dommages les plus légers subis par certaines sépultures.

La vingtaine de « caves-tombes » et les huit tombes dégradées cette nuit portent à 95 le nombre de sépultures vandalisées depuis le 17 avril 2013 dans ce cimetière bisontin. On ne relève ni tag, ni inscription, ce qui laisserait penser qu’il s’agiraient plutôt de purs actes de vandalisme.  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.32
ciel dégagé
le 15/09 à 21h00
Vent
0.95 m/s
Pression
1022.11 hPa
Humidité
80 %

Sondage