Chaprais : la boucherie Molard passe la main à la Maison Laurent

Publié le 21/11/2023 - 17:02
Mis à jour le 22/11/2023 - 10:16

Depuis plus d’un mois, Émeline et Sébastien Laurent ont succédé à Denis Molard dans la boucherie-charcuterie du même nom située au 65 de la rue de Belfort à Besançon. L'ancien propriétaire est toutefois encore présent aux côtés des repreneurs jusqu’à la fin de l’année, notamment pour montrer aux clients qu'il a confié son commerce entre de bonnes mains.

Véritable institution du quartier des Chaprais, la boucherie Molard fondée en 1920 par le grand-père de Denis a toujours été une affaire de famille. Pas simple donc de devoir confier son héritage à de nouveaux repreneurs mais Denis Mollard semble avoir fait le bon choix en confiant la boutique à Sébastien et Émeline Laurent qui assurent partager les mêmes "valeurs que lui". 

Après un CAP au centre Hilaire de Chardonnet à Besançon, Sébastien a réalisé son apprentissage à la maison Bonnet pour ensuite tenir avec son épouse Émeline, un rayon boucherie et traiteur bio aux Halles Beaux-Arts. Après 10 ans le couple a toutefois décidé de transférer son activité rue de Belfort non sans réticence pour Émeline qui a eu un moment "peur de devoir tout remettre en question pour recommencer depuis le début". 

Recommandés par la clientèle

D’ailleurs la décision de racheter le commerce n’est pas venue des repreneurs eux-mêmes. "Ce n’est pas nous qui nous sommes positionnés pour venir acheter cette boucherie ce sont les clients qui sont venus nous chercher" nous confie Émeline. De peur de voir le commerce disparaître, des clients qu’ils avaient en commun avec Denis sont en effet venus leur dire qu’ils "les verraient bien là-haut". 

Cette passionnée de cuisine a donc apporté sa partie traiteur dans ses valises et le savoir-faire de Sébastien pour répondre à la demande des clients de "regrouper au même endroit" un partage de savoirs entre personnes possédant les mêmes valeurs. Car même avec une expérience de 10 ans dans le commerce pour elle, de près de 25 pour Sébastien, "on a toujours des choses à apprendre" et d’ailleurs "on lui (Denis) apprend encore des choses aujourd’hui" preuve que l’on peut continuer d’apprendre à tout âge.

Une grosse pression pour les repreneurs

"On a exactement la même façon de fonctionner" nous assure Émeline. "Ce que moi je n'ai pas envie de manger je ne le donne pas aux clients, eh bien lui c’est pareil. Je le connais depuis seulement un mois dans le travail mais j’ai l’impression de le connaître depuis 10 ans" . Même si elle reconnaît que c’est "une grosse pression" de passer derrière quelqu’un comme Denis Mollard, Émeline assure qu’il "nous facilite bien la tâche". En apportant son aide pour simplifier la transition mais aussi pour rassurer les clients qui pourraient être "frileux" dans un premier temps.

Émeline a d’ailleurs eu la surprise de constater que sa clientèle l’avait suivi dans ce nouveau lieu, une preuve pour la commerçante que "les clients viennent pour toi". Le couple mise d’ailleurs sur une autre élément qui a fait le succès de la boucherie Mollard : la tradition familiale. Une tradition que perpétuent Sébastien et Emeline en privilégiant l’aide familiale lors des périodes chargées.

Pour le couple l’objectif de cette reprise est avant tout de prouver à Denis Mollard "qu’il a fait le bon choix". Que le futur retraité se rassure, la boucherie semble effectivement placée entre de bonnes mains. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Numérique : la Région Bourgogne Franche se mobilise pour tous les territoires

PUBLI-INFO • Le numérique fait partie intégrante de nos vies. La technologie bouleverse les modèles économiques, les pratiques de consommation, l’accès à l’information et à la culture, les modes de travail et d’apprentissage et les relations sociales. Pour la Région, la numérisation de l’économie, de la société et des territoires est porteuse d’opportunités : nouveaux services, développement économique, emplois, dynamique rurale, préservation de l’environnement…

Robot, job dating, écologie… Quoi de neuf dans les écoles ESTM Pigier ?

QUOI DE 9 ? • Ouvertes sur le monde et les nouvelles technologie, attentives au bien-être de ses étudiant(e)s, soucieuses de l’environnement et intraitables sur le niveau de ses formations, les écoles ESTM Pigier à Besançon s’engagent à tous les niveaux pour proposer des cursus de qualité dans un univers studieux et innovant. Les inscriptions pour la rentrée 2024 sont ouvertes !

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.32
légère pluie
le 22/04 à 9h00
Vent
3.99 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
89 %