Label "Bas carbone" : deux premiers projets forestiers labellisés en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le 03/12/2020 - 17:04
Mis à jour le 03/12/2020 - 17:04

Créé par l’État, Le label « bas carbone » est un outil national de certification carbone, au service de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC). Découvrez les projets forestiers labellisés dans la région…

"Ce label vise notamment à promouvoir la mise en place d'actions concrètes et volontaires (c'est-à-dire au-delà de toute obligation réglementaire) permettant de réduire l'empreinte carbone d'une activité et/ou d'un territoire. Il permet également d’orienter des fonds privés vers des projets vertueux", explique la Préfecture de Bourgogne Franche-Comté.

Deux projets de Bourgogne-Franche-Comté ont été proposés à ce label l’été dernier, afin de reboiser des forêts qui avaient été décimées par l’épidémie de scolytes touchant les épicéas des territoires de la région. Ces deux projets viennent d’être labellisés par l’État. Les voici : 

  • Situés en forêts de Champlost dans l’Yonne (23 hectares) et d'Amont-et-Effreney en Haute- Saône (10 hectares sur le plateau des Mille-Etangs), ils permettront une reconstitution de boisement multi-essence. Les propriétaires forestiers engagés dans ces projets sur 30 ans ont bénéficié d’un accompagnement du centre national de la propriété forestière (CNPF) et de ses équipes de Bourgogne-Franche-Comté (CRPF).
  • La marque DIM (Hanes France), implantée à Autun et attentive à son empreinte carbone, a volontairement décidé de soutenir financièrement ces deux projets dont l’État certifie la qualité grâce au label.

Ces deux premiers projets labellisés de Bourgogne-Franche-Comté comptent parmi les 10 plus ambitieux en France à ce jour. Au total, environ 7 800 tonnes de CO2 seront ainsi stockées dans les forêts de notre région, ce qui représente près de 20 % des réductions d’émissions actuellement labellisées par reboisement. Dans quel but ? pour faire notamment face aux dépeuplements liés à la problématique des scolytes ou au réchauffement climatique est une priorité de l'Etat.

Le Ministère de l'agriculture et de l'alimentation prévoit ainsi une enveloppe nationale de 150 millions d'euros dans le cadre du plan de relance afin de contribuer au repeuplement.

La France s’est engagée dans l’accord de Paris à limiter le réchauffement climatique à 2 degrés d’ici 2100. La gestion durable de nos forêts est un axe fort pour arriver à capter une partie de nos émissions de CO2 et donc réduire l’élévation de la température.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Les 10 conseils du Codever pour randonner sereinement

Cet été, un randonneur averti en vaut deux. À l’approche des grands départs en vacances, le Collectif de défense des loisirs verts (CODEVER) souhaite informer les touristes pour qu’ils profitent sereinement de leurs balades, à pied, à vélo, à VTT, à cheval, à moto, en quad etc… Que l’on crapahute en montagne, le long des côtes, en forêt, sur les sentiers ou les chemins, voici la charte de bonne conduite soumise par le CODEVER.

Météo : un week-end ensoleillé mais sous les normales de saison en Franche-Comté

Ce premier week-end de grandes vacances ne se déroulera pas partout en Franche-Comté sous les meilleures hospices. Samedi 12 juillet le soleil sera de la partie mais les températures ne sernt pas très élevées pour un mois de juillet. Le dimanche 14 juillet ce sera un peu mieux et au moins la pluie ne devrait pas s'inviter pour le feu d'artifice selon les prévisions de Météo France…

En images – Les 140 ans de l’Observatoire de Besançon

VIDÉO • Construit en 1884, l’Observatoire des sciences de l’univers de Besançon a fêté mercredi 10 juillet son 140e anniversaire en présence notamment de Anne Vignot, maire de Besançon, Macha Woronoff, présidente de l’université de Franche-Comté, et Philippe Rousselot, directeur de l’observatoire.

Sécheresse 2023 : cinq communes de Haute-Saône reconnues en état de catastrophe naturelle

Par arrêté interministériel du 1er juillet 2024 publié au Journal Officiel du 2 juillet 2024, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu pour les communes d'Avrigney-Virey, Bussières, Chenevrey-et-Morogne, et Thiénans pour les dommages causés par des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols, sur la période de janvier à mars 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 21.78
légère pluie
le 16/07 à 12h00
Vent
5.99 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
67 %