Le fugitif bisontin qui a nargué la police sur le net condamné à un an de prison

Publié le 26/08/2011 - 19:35
Mis à jour le 26/08/2011 - 19:35

Le procès du petit délinquant qui avait créé le buzz en narguant les forces de l'ordre sur internet alors qu'il était en fuite a eu lieu ce vendredi après-midi devant le tribunal correctionnel de Besançon. Il a été condamné à un an de prison dont trois mois avec sursis. Saïd Bahmed a été reconnu coupable de s'être évadé du tribunal de Besançon le 27 juin. En revanche, le tribunal a suivi la plaidoirie de son avocate, Me Catherine Bresson, en prononçant la relaxe pour l'accusation d'outrage à l'encontre de deux gendarmes.

photo_macommune_1314372485_0.jpg
©capture youtube
PUBLICITÉ

Saïd Bahmed est jugé en comparution immédiate pour s’être évadé du tribunal de Besançon le 27 juin et pour outrage à l’encontre de deux gendarmes dans une vidéo diffusée sur internet début août, pendant sa cavale.

Vêtu d’un t-shirt blanc, menottes aux poignets, il s’est assis dans le box en adressant un sourire discret à la quinzaine de personnes présentes dans la salle, dont six amis de son âge.

Le jeune homme de 24 ans encourt un an de prison pour « outrage » et six ans de prison pour « évasion en récidive », ayant déjà été condamné pour n’avoir pas regagné la maison d’arrêt à l’issue d’une permission de sortie.

Il avait été interpellé le 10 août à Besançon dans le local technique d’un immeuble du quartier des Clairs-Soleils, d’où il est originaire. Lors d’une première présentation devant le tribunal, il avait demandé un délai pour préparer sa défense.

Détenu à Châteaudun (Eure-et-Loir), il s’était fait la belle, menottes aux poignets, du tribunal de Besançon où il devait comparaître pour des faits de violence. A l’ouverture des portes du fourgon cellulaire qui assurait son transfert, il s’était glissé sous une porte automatique en train de se refermer.

Dans une vidéo, il avait nargué les autorités en exhibant les menottes dont il s’était débarrassé et en secouant une liasse de billets, alors qu’un homme masqué roulait un joint de cannabis dans la même pièce, le tout sur fond de rap injurieux.

Les gendarmes saisis de l’enquête sur son évasion avaient alors intensifié leurs recherches avec l’aide de la police. Deux jours avant son arrestation, il avait affirmé à une équipe de France 3 Franche-Comté vouloir se rendre à condition d’être incarcéré près de chez lui.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14
légère pluie
le 15/10 à 6h00
Vent
0.22 m/s
Pression
1007.1 hPa
Humidité
89 %

Sondage