Alerte Témoin

Le taux du livret A est passé à 0,5% depuis le 1er février

Publié le 03/02/2020 - 11:26
Mis à jour le 03/02/2020 - 11:27

Le taux est tombé le 1er février 2020 à son niveau plancher de 0,5%, comme prévu par sa nouvelle formule de calcul. Cet baisse avait été annoncé le 15 janvier dernier par Bruno Le Maire qui entend stimuler le financement des politiques publiques et inciter les Français à diversifier leurs placements.

Illustration argent ©Pixabay
Illustration argent ©Pixabay

Il aurait été "irresponsable et incohérent" de maintenir ce taux à 0,75% par rapport à "notre politique de diversification des placements" et aux "milliers de Français qui attendent un logement social", a expliqué le ministre lors d'un entretien au quotidien Le Parisien. En outre, "ce chiffre tient compte des taux d'intérêt bas et du niveau de l'inflation", défend également M. Le Maire, qui a suivi les recommandations du gouverneur de la Banque de France, publiées peu avant l'annonce du ministre.

Financer 17.000 nouveaux logements

Produit vedette de l'épargne, le Livret A, âgé de 202 ans, est aujourd'hui détenu par 55 millions de Français qui, en 2018, ont placé au total 258 milliards d'euros.

Conçu comme une tirelire censée rapporter légèrement mais sûrement, l'épargnant peut y déposer ou retirer son argent à tout moment, tout en voyant ses dépôts rémunérés et ses gains non imposés. Son cousin, le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) fonctionne de manière similaire avec un plafond de dépôt plus bas, à 12.000 euros.

Mais la fixation du taux du Livret A, qui sert aussi à financer l'aménagement du territoire, est un casse-tête depuis plusieurs années pour les autorités, qui doivent jongler avec les intérêts parfois contradictoires des établissements financiers qui gèrent une partie de ces fonds, des épargnants et des emprunteurs institutionnels, comme les bailleurs sociaux, les PME ou les collectivités territoriales.

Le tout dans un contexte de taux bas généralisés qui complique la tâche de faire fructifier l'argent.

"Ce nouveau taux [de 0,5%] permettra en effet de construire 17.000 logements sociaux supplémentaires et d'en rénover 52.000 chaque année" mais pourrait aussi financer "la rénovation thermique, la transition écologique ou la rénovation des hôpitaux, des écoles et des crèches", met en avant Bruno Le Maire.

Jamais sous 0,5%

Chargée de réaliser le calcul du taux de rémunération des livrets d'épargne réglementée, la Banque de France avait précisé plus tôt les modalités de cette nouvelle formule de fixation du taux. Obtenu à partir de la moyenne des taux d'intérêt monétaire à court terme et de celle de l'inflation sur les six derniers mois, le taux du Livret A aboutit selon cette seule méthode à 0,23%. Or cette nouvelle formule intègre désormais un niveau plancher de 0,5%.

"Dès lors, c'est le plancher de 0,5% qui doit s'appliquer pour déterminer le taux du Livret A", avait préconisé le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, via un communiqué.

Cette rémunération "ne baissera jamais sous le niveau plancher de 0,5 %" tout comme celle du Livret de développement durable et solidaire (LDDS), assure pour sa part Bruno Le Maire. Et "dans six mois, nous verrons s'il faut réviser ce taux", ajoute le ministre.

Autre produit d'épargne au taux réglementé, le livret d'épargne populaire (LEP) voit également sa rémunération baisser à 1% contre 1,25%. Son calcul est différent mais lié au taux du livret A : il correspond soit au taux du Livret A majoré de 0,5%, soit à celui de l'inflation moyenne observée sur les six derniers mois - c'est le chiffre le plus élevé qui est retenu.

"Diversifiez votre épargne !"

A l'appui de cette décision, des prévisions d'inflation pour l'année 2020 qui "ne laissent pas anticiper aujourd'hui de facteurs significatifs de hausse et (des) taux d'intérêt monétaires (qui) eux-mêmes devraient rester durablement bas", détaille la banque centrale dans son communiqué. "Ces deux facteurs combinés écartent la perspective de circonstances exceptionnelles", estime-t-elle.

En se rangeant aux préconisations de la Banque de France, le gouvernement poursuit également l'objectif qu'il s'était fixé en début de mandat d'orienter l'épargne des Français vers les entreprises.

Une ritournelle répétée par Bruno Le Maire qui exhorte, dans l'interview au Parisien, les ménages à diversifier leur épargne en la plaçant dans les produits que le gouvernement s'est escrimé à simplifier tels que l'assurance vie Eurocroissance, le plan épargne actions (PEA) ou le plan épargne retraite (PER).

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

L’enseigne de prêt-à-porter Naf Naf en redressement judiciaire

Si de nombreux secteurs subissent de plein fouet la crise économique liée à la crise sanitaire du covi19, les enseignes de prêt-à-porter ne sont pas épargnées dont Naf Naf. L'entreprise est en redressement judiciaire depuis le 15 mai. Deux magasins de la marque sont installés à Besançon depuis de nombreuses années.

Auriez-vous envie de tout casser pour vous détendre à Besançon ?

C'est l'idée de Clément Ducret, 24 ans, et Lucas Chartier, 25 ans, deux jeunes entrepreneurs bisontins : créer un lieu où tout le monde pourrait venir se défouler dans le but d'évacuer son stress… Ce concept de salle de défoulement existe aux États-Unis, au Canada, et dans des grandes villes de France . Avant de lancer le concept à Besançon, les deux entrepreneurs lancent un questionnaire à la population…

« La réussite de la prochaine rentrée de l’apprentissage dépendra de la capacité des entreprises à proposer des contrats aux jeunes alors qu’elles n’auront pas encore surmonté la crise »

Face à la crise du Coronavirus, le secteur de la métallurgie a subi un violent coup d’arrêt en Franche-Comté, région très industrielle dans laquelle l’interdépendance entre les différents secteurs d’activité est forte. Pour le président de l’UIMM Franche-Comté, Jean-Luc Quivogne, "la réussite de la reprise de l’activité dans cette nouvelle période de sortie progressive du confinement est donc vitale pour toutes nos entreprises et c’est par l’engrangement des commandes qu’elles pourront se relever. Le futur plan national de relance du Gouvernement sera déterminant".

EMCO à Dampierre : « C’est une véritable révolution technologique qui se dessine »

LA PAROLE AUX ENTREPRISES • La Communauté de commune de Jura Nord propose une série d’articles sur "l’après-crise" et donne la parole aux entrepreneurs et acteurs associatifs. Ce lundi 25 mai, la collectivité publie une interview du leader européen du tapis d’entrée dont le siège français est basé à Dampierre, la société EMCO France, dont nous nous faisons le relais. Cette entreprise a subi de plein fouet la crise sanitaire avec un arrêt brutal et total de son activité le 17 mars dernier. Son directeur général, Anselme Hoffmann, mise aujourd’hui sur la commande publique pour rebondir et retrouver au plus vite de la croissance. Pour lui, il faudra intégrer plus de télétravail dans les process d’entreprises, enseignement essentiel à tirer de ce marasme sans précédent.

Tourisme et restauration : des députés inquiets. Danielle Brulebois s’alarme des annulations « en cascade » dans le Jura

Plusieurs députés ont plaidé mardi soir pour une réouverture rapide des bars et restaurants, et plus généralement pour une relance du tourisme, des secteurs à "sauver" selon eux dans la crise du coronavirus. La députée LREM du Jura Danielle Brulebois s'inquiète des annulations des réservations en raison du classement rouge de son département. Elle  réclame "une carte départementalisée" et non régionale.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.98
partiellement nuageux
le 27/05 à 9h00
Vent
5.36 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
36 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune