L’eau dans l’Arc jurassien franco-suisse : des pressions et usages différenciés selon une étude

Publié le 05/07/2020 - 10:04
Mis à jour le 06/07/2020 - 08:44

L’Observatoire Statistique Transfrontalier de l’Arc jurassien (OSTAJ) a mené une étude publiée le 29 juin 2020 pour présenter les différents usages et pressions dans la bande frontalière.

 ©
©

L’Arc jurassien est un pays d’eau, traversé par le Doubs qui prend sa source dans le massif du Jura et sert de frontière naturelle entre la France et la Suisse. Consommation des habitants, utilisation par l’agriculture ou l’industrie, fréquentation touristique : les territoires de l’Arc jurassien franco-suisse sont exposés à des degrés différents aux multiples usages de l’eau. Dans la partie suisse, dense en population et en emploi, les usages se cumulent. Dans la partie française, les usages varient selon les territoires : en majeure partie liée à l’agriculture et au tourisme dans les montagnes, à l’industrie et à la population en plaine.

Une ressource très présente surtout dans la partie suisse de l’Arc jurassien

Côté suisse, près de 10 % de la superficie est couverte par des zones humides et des surfaces en eau, avec 264 lacs dont le lac de Neuchâtel et une partie du lac Léman. Dans la partie française de l’Arc jurassien, la présence de l’eau est moindre avec seulement 1,3 % de la superficie en zone humide ou en eau. L’Arc jurassien, caractérisé aussi par ses sols karstiques, dispose d’un réseau hydrographique souterrain important.

Des usages et pressions importants

C’est dans les zones les plus peuplées de l’Arc jurassien que les prélèvements sont les plus importants, comme dans le Nord Franche-Comté ou sur les rives du lac de Neuchâtel. La croissance démographique influe également : en cinq ans, l’Arc jurassien a gagné 64 700 habitants, dont 57 000 dans la partie suisse déjà la plus densément peuplée, sachant que la consommation est estimée à 150 à 200 litres par jour et par habitant.

Les activités économiques comme le tourisme, l’industrie, l’agriculture ou encore la production d’électricité exercent des pressions importantes sur la consommation d’eau. L’Arc jurassien compte ainsi 10 700 établissements industriels, dont des activités comme la sidérurgie ou la plasturgie très gourmandes en eau. Par ailleurs, l’Arc jurassien est une région d’élevage bovin, viande ou lait (60 % de la surface agricole) et l’alimentation du bétail nécessite également un approvisionnement abondant en eau (environ quatre litres d’eau pour produire un litre de lait).

Les aléas météorologiques

Malgré un climat favorable et une ressource apparemment abondante, l’Arc jurassien est aussi impacté par le changement climatique qui modifie la disponibilité de l’eau au cours de l‘année. Les récents épisodes de sécheresse estivaux (symbolisés par l’étiage du Doubs en 2018 et 2019 entre Morteau et Pontarlier) ont montré la vulnérabilité de la ressource face aux aléas météorologiques. De plus, la hausse des températures a augmenté le besoin en eau de la faune et de la flore en même temps qu’elle raréfiait la ressource.

(Communiqué de l'Observatoire Statistique Transfrontalier de l’Arc jurassien)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Bourgogne Franche-Comté : un nouvel atlas sur les libellules

Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté – Observatoire régional des Invertébrés et ses partenaires annonce la parution d’un tout nouvel atlas consacré aux libellules de Bourgogne-Franche-Comté. Avec plus de 100.000 données exploitées, l’aide d’un millier d’observateurs et un grand réseau d’auteurs bénévoles, cet atlas unique répertorie et décrit les 75 espèces de libellules présentes dans la région.

Citadelle de Besançon : les couleuvres vipérines remises en liberté dans le cadre de leur plan de sauvegarde

Dans le cadre d’un plan de sauvegarde de la Couleuvre vipérine, la LPO Bourgogne-Franche-Comté et la Citadelle de Besançon se sont associées pour protéger ce serpent complètement inoffensif durant les périodes de travaux sur leur zone d’habitat naturel. Après une phase de conservation en dehors de leur milieu naturel, leur remise en liberté est imminente.

YPSTÉ et Somewhere : deux bisontins se retrouvent autour du thé, du café et de l’écoresponsabilité

Nicolas Girard, 26 ans, fondateur d'YPSTÉ, est un passionné de thé. Pour Ophélie Braillard, 31 ans, propriétaire de Somewhere, torréfaction artisanale située rue des Tamaris à Besançon, c'est le café. Fin 2020, les deux bisontins, désormais amis, ont décidé de s'associer lors de la génèse de leurs deux projets. Tous deux sont unis par un même engagement : l'écoresponsabilité.

Longevilles-Mont-d’Or : une louve tuée près d’un troupeau de bovins « dans les conditions requises par la réglementation »

Ce mardi 20 septembre, vers 22h40, un binôme de lieutenants de louveterie a procédé au tir létal d’une louve sur une parcelle où un troupeau avait été prédaté dans la nuit du 18 au 19 septembre aux Longevilles-Mont-d’Or, informe la préfecture du Doubs dans un communiqué du 21 septembre.

Sécheresse : allégement des mesures de restriction d’usages de l’eau dans le Doubs

Après avoir consulté le comité de ressource en eau mardi 13 septembre, le préfet du Doubs, Jean-François Colombet, a décidé de passer plusieurs zones du département au niveau "alerte renforcée". Ce classement entraîne la mise en application de mesures de restriction de l’usage de l’eau moins contraignantes.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.21
couvert
le 30/09 à 15h00
Vent
0.54 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
75 %

Sondage