Meurtre de Latifa Boukri : le mari avoue

Publié le 20/03/2015 - 10:43
Mis à jour le 15/04/2019 - 12:02

Après la découverte par des promeneurs  du corps d'une jeune femme dans la forêt de Charquemont ce samedi 21 mars 2015, l'autopsie pratiquée à Besançon a permis de confirmer qu'il s'agissait bien de celui de Latifa Boukri. Le mari a avoué le meurtre survenu lors d'une dispute le 6 janvier dernier. 

 ©
©

Ce jeudi 19 mars 2015 à La Chaux-de-Fonds, le procureur de Neuchâtel Daniel Hirsch a confirmé qu'il s'agissait bien d'un homicide. En détention provisoire depuis le 12 janvier 2015 suite à ses propos jugés incohérents, le mari était le principal suspect dans cette affaire, mais niait en bloc.

Après une dispute qui aurait mal tourné le 6 janvier, il a finalement avoué avoir transporté le corps de sa femme jusque dans une forêt de Charquemont dans le Haut-Doubs à 25 km de la Chaux-de-Fonds (CH) où le couple résidait.

L'autopsie pratiquée à Besançon est toujours en cours, mais l'analyse de la dentition a permis de confirmer que le corps retrouvé était bien celui de la jeune femme de 25 ans.

Le procureur n'a donné aucun détail sur les éléments de l'enquête et n'a donné aucune explication  sur le mode opératoire et "pourquoi le crâne de la victime avait été rasé" (Source : Arc Info)

Latifa Boukri et son mari, deux Français, étaient mariés depuis juin 2014. La jeune femme avait quitté le domicile conjugal le 13 décembre et était hébergée par Solidarités femmes dans un centre à La Chaux-de-Fonds.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Reprise des rodéos urbains à l’approche de l’été… 

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a adressé ce mercredi 16 juin 2021 une note au directeur général de la police, Frédéric Veaux, pour demander "cinquante" opérations de contrôles et de "saisir systématiquement les deux roues" dans les quartiers les plus touchés par le fléau des rodéos urbains. Dans un communiqué, Ludovic Fagaut, chef de file de l’opposition au conseil municipal de Besançon dénonçait une nouvelle fois ces comportements.

Belfort : prison avec sursis requise contre un policier accusé d’avoir tracé une croix gammée sur un toit

Le procureur de Belfort a requis mercredi 16 juin 2021 huit mois d'emprisonnement avec sursis à l'encontre d'un policier, poursuivi pour avoir représenté une large croix gammée avec des tuiles blanches sur le toit du garage de son père à Evette-Salbert, dans le Territoire de Belfort.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.11
couvert
le 19/06 à 6h00
Vent
0.72 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %

Sondage