Meurtre de Latifa Boukri : le mari avoue

Publié le 20/03/2015 - 10:43
Mis à jour le 15/04/2019 - 12:02

Après la découverte par des promeneurs  du corps d'une jeune femme dans la forêt de Charquemont ce samedi 21 mars 2015, l'autopsie pratiquée à Besançon a permis de confirmer qu'il s'agissait bien de celui de Latifa Boukri. Le mari a avoué le meurtre survenu lors d'une dispute le 6 janvier dernier. 

latifa_boukri.jpg

Ce jeudi 19 mars 2015 à La Chaux-de-Fonds, le procureur de Neuchâtel Daniel Hirsch a confirmé qu'il s'agissait bien d'un homicide. En détention provisoire depuis le 12 janvier 2015 suite à ses propos jugés incohérents, le mari était le principal suspect dans cette affaire, mais niait en bloc.

Après une dispute qui aurait mal tourné le 6 janvier, il a finalement avoué avoir transporté le corps de sa femme jusque dans une forêt de Charquemont dans le Haut-Doubs à 25 km de la Chaux-de-Fonds (CH) où le couple résidait.

L'autopsie pratiquée à Besançon est toujours en cours, mais l'analyse de la dentition a permis de confirmer que le corps retrouvé était bien celui de la jeune femme de 25 ans.

Le procureur n'a donné aucun détail sur les éléments de l'enquête et n'a donné aucune explication  sur le mode opératoire et "pourquoi le crâne de la victime avait été rasé" (Source : Arc Info)

Latifa Boukri et son mari, deux Français, étaient mariés depuis juin 2014. La jeune femme avait quitté le domicile conjugal le 13 décembre et était hébergée par Solidarités femmes dans un centre à La Chaux-de-Fonds.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Exactions à la Petite Hollande : le préfet du Doubs condamne et apporte des précisions

Dans la soirée du vendredi 20 novembre 2020, plusieurs individus  ont délibérément détruit du mobilier urbain à l’aide d’un véhicule de six tonnes de type "dumper" volé sur le chantier de rénovation du centre commercial des Hexagones.  "Tous les moyens nécessaires seront mis en œuvre afin que les auteurs soient rapidement interpelés et présentés devant la justice" assure-t-il.

Jonathann Daval présente ses « excuses » et fait un malaise

Jonathann Daval, jugé devant la Cour d'assises de la Haute-Saône pour le meurtre de sa femme Alexia en 2017, a présenté mercredi soir ses "excuses", ajoutant aussitôt que ce qu'il avait fait n'était "pas excusable". L'accusé s'est ensuite évanoui en plein interrogatoire et a été emmené aux urgence de Vesoul. Un point sera fait jeudi matin à 9h pour voir si le procès peut se poursuivre.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.8
ciel dégagé
le 24/11 à 9h00
Vent
0.51 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
89 %

Sondage