Neige et vents violents, la tempête Gabriel traverse la France

Publié le 30/01/2019 - 07:25
Mis à jour le 30/01/2019 - 07:25

Quinze départements, contre 43 au début de la tempête, sont encore placés en vigilance orange, pour le risque « neige-verglas », en majorité dans le nord du pays. Vent, chutes de neige et coupures de courant, la tempête Gabriel continuait de traverser la France mercredi matin, entraînant restrictions de circulation et appels à la prudence. Le phénomène devrait se poursuivre jusqu’à jeudi minuit, selon Météo France.

30/1/19 © vigilance météo ©
30/1/19 © vigilance météo ©

Vers minuit, Gabriel se trouvait au dessus de la Bourgogne et poursuivait sa route vers l'Est, selon Météo-France. Des chutes de neige "modérées" sont signalées de l'Ile-de-France à la Haute-Normandie et les Hauts de France, et de la Champagne à la Bourgogne, ainsi que sur le sud du Massif Central.

L'épisode neigeux régresse sur les régions de l'ouest, ajoute le prévisionniste, qui relève généralement de 3 à 5 cm de neige en plaine, et localement jusqu'à 10 cm au dessus de 500 m d'altitude sur ces régions.

Dans le Sud-Ouest, 20.000 clients étaient privés d'électricité, dont 5.000 en Charente-Maritime et 3.000 en Gironde, selon Enedis. Dans les Landes, où les rafales de vent ont atteint jusqu'à 110 km/h, 500 foyers étaient privés d'électricité.

Plusieurs liaisons de bacs sur l'estuaire de la Gironde ont été interrompues, des vols ont été annulés à l'aéroport de Biarritz, le pont de Noirmoutier est interdit à la circulation et Nantes a fermé tous ses parcs et jardins publics.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, les restrictions de circulation, comme la limitation de vitesse à 80 km /h ou l'interdiction de dépassement des poids lourds, ont été levées, selon la préfecture.

Plus aucun département n'était en vigilance "vents violent" dans la nuit. Mardi, des rafales de l'ordre de 120 à 134 km/h ont été enregistrés sur le littoral atlantique: 132km/h à la Pointe du Raz (Finistère), au Cap-Ferret (Gironde) et à Saint-Clément des Baleines (Ile de Ré), et même 134 km/h à Messanges (Landes).

- 5 à 10 cm de neige -

"Au bout du compte, il faut s'attendre mercredi matin à une couche de neige lourde de 5 à 10 cm notamment sur l'Ile-de-France", a indiqué François Jobard, prévisionniste de Météo-France, évoquant une neige "collante" et un épisode "plus intense" que celui de la semaine dernière.

Face à ce nouvel épisode neigeux, la ministre des Transports Elisabeth Borne a appelé les automobilistes "à la plus grande prudence", et à éviter de circuler du début de soirée mardi à mercredi matin inclus. En plus des opérations de salage et de déneigement, des mesures de restrictions de circulation ont été annoncées.

Ainsi, la fameuse RN 118 qui relie Les Ulis (Essonne) au sud-ouest de Paris, où 2.000 personnes s'étaient retrouvées bloquées par la neige en février 2017, est fermée depuis mardi 15H et au moins jusqu'à mercredi matin.

La circulation des poids lourds est interdite ou limitée dans plusieurs régions, et les transports scolaires seront suspendus mercredi notamment dans toute la région des Hauts-de-France, en Bourgogne et dans les départements franciliens de la grande couronne (Essonne, Seine-et-Marne, Val-d'Oise).

Dans les airs, une vingtaine de vols ont dû être annulés après 20H mardi à l'aéroport de Paris-Orly, et sur les rails, la SNCF a activé son plan grand froid, tout comme la RATP à Paris.

La Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) a rappelé de son côté que "des milliers de personnes sans-abri, isolées ou en famille, sont en danger, faute d'hébergement disponible".

"L'Etat a ouvert au cours des derniers jours 573 places Grand Froid en Ile-de-France. Au total ce sont 5.906 places supplémentaires ouvertes depuis le 1er novembre dont 2.938 à Paris dans le cadre de la période hivernale", précise la préfecture dans un communiqué. Ailleurs, "la situation est également très tendue dans d'autres grandes métropoles où les équipes du 115 sont débordées et n'ont pas de solution à proposer aux personnes", s'alarme la FAS.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.81
légère pluie
le 25/04 à 9h00
Vent
1.77 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
78 %