Passage à tabac dans la cour du tribunal

Publié le 11/06/2012 - 21:35
Mis à jour le 11/06/2012 - 21:38

Un jeune homme victime et partie civile dans une affaire de violences s'est fait justice lui-même lundi, avec l'aide de ses deux frères, en tabassant son agresseur dans la cour du tribunal de Besançon, juste avant son procès. La victime devenue bourreau et ses frères ont été placés en garde à vue.

réglement de compte

PUBLICITÉ

Accusé d’avoir frappé et cassé le nez d’un jeune homme qu’il soupçonnait du vol de la fourgonnette de son père, au printemps 2011, un Bisontin de 25 ans devait comparaître lundi en audience correctionnelle devant le tribunal de grande instance de Besançon.

Mais vers 15h30, alors qu’il attendait patiemment le début de l’audience, sa victime, accompagnée de ses deux frères, lui est tombée dessus.

Dans la cour du tribunal, sous les yeux d’une vingtaine de personnes, le trio a sévèrement rossé le jeune bisontin à grand renfort de coups de poing et de pied. Durement frappé au visage l’agresseur d’hier devient la victime d’aujourd’hui.

Un policier, des vigiles du tribunal, des personnes présentes sur place et son avocat Me Randall Schwerdorffer se portent à son secours et parviennent à extirper le jeune homme de ce violent passage à tabac, prenant quelques coups au passage.

Les trois frères, âgés de 20 à 30 ans, se font maîtriser et menotter, non sans crier des menaces de mort à l’encontre du garçon, en sang.

Pris en charge par la police, ils ont été placés en garde à vue pour violences aggravées, en réunion et dans une enceinte administrative, sur demande du substitut de permanence Thomas Hirth. Ils devraient être jugés en comparution immédiate dans la semaine.

Le juge a renvoyé l’audience correctionnelle pour laquelle le jeune bisontin devait être jugé au 24 août prochain. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la  défense réfute

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la défense réfute

Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce vendredi 24 mai 2019 auprès des avocats des deux parties.

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

La belle-mère de trois frères et soeur, qui s'étaient noyés l'été dernier dans un lac de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), a été mise en examen pour "homicides involontaires", a-t-on appris ce jeudi 23 mai 2019 auprès du parquet, confirmant une information du Journal de Saône-et-Loire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.96
légère pluie
le 25/05 à 15h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1016.1 hPa
Humidité
71 %

Sondage