Philippe Duwald et l’art de raconter l’histoire

Publié le 05/06/2018 - 10:50
Mis à jour le 05/06/2018 - 10:50

Philippe Duwald, ancien gendarme, devenu artiste peintre et sculpteur au moment de la retraite, expose son travail depuis 2 ans dans sa galerie-atelier au 69 Grande rue à Gray. Ce passionné, également membre du Souvenir Français, prépare une exposition spectaculaire et unique à l’occasion du centenaire de l’armistice de la première Guerre Mondiale : «Art’mistice 14-18, vision d’artiste» du 5 au 18 novembre à la salle des congrès de Gray.

PUBLICITÉ

Nous commémorons cette année le centenaire de l’armistice de la première Guerre Mondiale. Racontez-nous comment est né votre projet d’exposition ?
Je suis né dans les Vosges à deux pas des champs de bataille, j’ai toujours été marqué par ces anciens combattants, ces gueules cassées moquées des gamins. Il y a 25 ans, j’ai rencontré un poilu à qui j’ai fait la promesse de parler des hommes et des femmes ayant connu cette triste période et de leur rendre hommage d’une manière ou d’une autre. Je suis depuis devenu artiste peintre et sculpteur et j’ai souhaité parler de l’histoire à travers l’art. Il y a 2 ans, avec le Souvenir Français, nous avons déjà organisé une exposition commémorant le centenaire de la bataille de Verdun. J’avais pour l’occasion créé quelques maquettes qui côtoyaient des objets historiques. Le succès de cette  exposition m’a donné envie de poursuivre le travail. J’ai donc pris contact avec le maire de Gray, je lui ai exposé mon projet d’ambition nationale, il a accepté immédiatement.

Vous souhaitez que cette expo dépasse les limites du bassin graylois, pourquoi ?
Cette exposition d’art singulier constituée de maquettes, créées uniquement à partir d’objets de récupération et de trouvailles du quotidien, ne contiendra aucun vestige ou document historique. Il s’agit d’une création complète représentant environ 1 000 heures de travail et retraçant, dans les 400 m² de la salle des congrès, les 5 années de guerre en France. Les scènes exposées pourraient se passer n’importe où. Il ne s’agit pas là de parler d’un moment précis de la guerre ou d’un lieu particulier, il s’agit de parler
d’hommes, de femmes, d’enfants, de familles pendant cette longue période. Cette partie de l’histoire touche tout le monde. Il est important de ne pas oublier et que les nouvelles générations sachent ce que leurs aïeux ont pu vivre.

Vous créez des scènes historiques à partir de petits riens, d’où vous vient cette inspiration ?
Je n’en sais rien, ça vient, ça sort tout seul ! C’est en observant, en réfléchissant et en travaillant que cela vient. Pour moi, la création est une passion vitale. C’est quelque chose d’intrinsèque, il y a des souches. Je crois que l’on ne devient pas artiste par hasard. Même s’il m’arrive de vendre à Paris ou à l’étranger et que j’en suis ravi, mon but n’est pas là. Je ne veux pas de tambours, de trompettes, de concours, de prix… Je préfère exposer dans un lieu mythique pour mettre en valeur le patrimoine, pas pour me mettre en avant. Mon credo : «humilité, honnêteté».

Avez-vous des projets après ce travail colossal sur 14-18 ?
Mon souhait serait que cette exposition devienne itinérante ou qu’elle soit prêtée dans des écoles, des musées… que l’on ne s’arrête pas au 11 novembre 2018 et que ça sombre dans l’oubli. Je suis prêt à me déplacer avec les maquettes, à traverser la France pour en parler, pour entretenir le devoir de mémoire, à faire ça pour eux. Et ensuite, pourquoi pas changer d’époque et travailler sur la seconde guerre mondiale et le débarquement.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Swamp Fest, un nouveau festival rock n’roll débarque dans le Grand Besançon

Swamp Fest, un nouveau festival rock n’roll débarque dans le Grand Besançon

Première édition ! • Un nouveau festival ouvrira sa première édition les 7 et 8 septembre 2018 sur le site de l'aérodrome de Besançon-Thise : il s'agit du Swamp Fest ! Au programme : des concerts rock n'roll, rockabilly, voodoo rock, punkabilly, soul, blues, garage, heavy blues ou encore stoner… Maxime Longin, l'un des organisateurs de l'évènement nous en dit plus !

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.21
couvert
le 22/07 à 6h00
Vent
2.46 m/s
Pression
1024.34 hPa
Humidité
81 %

Sondage