Plus de 18 millions réclamés au Crédit Agricole et à l'Etat pour procédure trop longue et abusive

Publié le 02/07/2015 - 10:55
Mis à jour le 02/07/2015 - 10:55

Deux ex-dirigeants du Crédit Agricole de l'Yonne et deux responsables d'une société immobilière, Eurocef, ont réclamé mercredi en appel plus de 18 millions d'euros de dommages à la banque et à l'Etat pour une procédure qu'ils estiment abusive et trop longue.

PUBLICITÉ

L'affaire remonte à 1993, quand une nouvelle direction de la Caisse nationale du crédit agricole (CNCA) découvre "une situation catastrophique" dans la caisse régionale de l'Yonne, en raison de diversifications dans la construction d'immobilier défiscalisé en outremer, notamment un programme de 700 logements à Cayenne, en partenariat exclusif avec Eurocef. Une plainte est déposée à Auxerre en mai 1994 dans le cadre de ce qui deviendra médiatiquement connu comme l'affaire du "milliard (de francs à l'époque, soit 150 millions d'euros) disparu du Crédit Agricole de l'Yonne". Plusieurs mis en examen ont effectué de la détention provisoire dans ce dossier qui a fini par être dépaysé à Paris en 2002 et a débouché sur une relaxe quasi-générale, confirmé en appel, des chefs principaux, un des prévenus ayant été condamné à trois mois avec sursis dans un volet annexe. Patrice Bourbier, ancien directeur général du Crédit Agricole de l'Yonne, Pierre Bérengier, fondé de pouvoirs, Jean-Philippe Lehmann, fondateur d'Eurocef et Olivier Campredon, gérant de la société avaient été déboutés en première instance de leurs demandes de dommages.

Leurs avocats ont plaidé mercredi devant la cour d'appel de Paris "le procès d'un procès", un dossier ayant connu "des dysfonctionnements majeurs", selon Me Johann Bioche, avocat de M. Bourbier. "Le Crédit Agricole a été le meneur" de l'instruction a dénoncé Me Olivier Pardo pour M. Bérengier, tandis que Me Alain Thuault pour M. Lehmann dénonçait un premier juge d'instruction ayant "abandonné les commandes de son dossier à la partie civile", avec selon l'avocat "pas moins de 80 interventions de la partie civile en quatre ans".

Et tous les avocats de dénoncer en exemple une liste de questions adressée par fax par la banque aux experts... avant même leur saisine officielle par le magistrat instructeur. "Vingt ans c'est trop" a fustigé Me Thuault en évoquant les "ravages" de la procédure sur les accusés depuis blanchis.

En face les avocats de la banque ont dénoncé les dérives d'une direction régionale qui "n'avait aucune compétence pour conclure des accords avec une société marseillaise concernant des produits immobiliers outremer". "Le Crédit Agricole pouvait-il ne rien faire, ne pas suspecter (des actes délictueux) au vu de ces dysfonctionnements, de ces pertes", demande Me Ludovic Malgrain. L'avocat demande à la cour de confirmer le rejet des demandes, tout comme l'agent judiciaire du Trésor, représentant l'Etat. Décision le 20 octobre.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Une convention pour définir les moyens des Chambres de commerce et d’industrie en Bourgogne Franche-Comté

Bernard Schmeltz, préfet de Bourgogne-Franche-Comté, préfet de Côte-d'Or, et Rémy Laurent, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bourgogne Franche-Comté, ont signé lundi 2 décembre 2019 une convention définissant les moyens alloués et les objectifs fixés aux CCI de Bourgogne Franche-Comté pour les trois prochaines années. Le tout, dans un contexte de baisse très importante de la ressource des CCI.

Municipale Besançon : les propositions de Karim Bouhassoun pour le développement économique

Karim Bouhassoun, du mouvement "Bisontines – Bisontins" a profité mardi 3 décembre 2019 de sa visite au sein de la manufacture horlogère Vuillemin de Franois afin de présenter son programme économique et industriel pour "l’attractivité économique et le développement des filières" du territoire du Grand Besançon Métropole.

Temporis, ‘‘LA’’ solution locale et indépendante en termes d’emploi

Publi-info • Vous cherchez un job ? Vous cherchez à recruter une comptable, un responsable de production et même un intérimaire pour un remplacement ? En Franche-Comté, Temporis (Intérim et recrutement) sait apporter une solution adaptée à vos besoins parce que les 11 collaborateurs de cette entreprise savent aller au-delà du traditionnel CV.

Toccata : un Bisontin lance la première start-up de formation sur mobile pour les salariés de l’aide à domicile et aidants familiaux

Thomas Balandret, un Bisontin jeune diplômé d'une grande céole de commerce parisienne, a fondé la première start-up de formation sur mobile pour les salariés de l'aide à domicile et aidants familiaux. Elle s'appelle Toccata. Au salon des Services à la personne qui s'est déroulé à Paris en novembre 2019, le créateur d'entreprise a remporté un franc succès avec ses solutions innovantes…
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.43
légère pluie
le 07/12 à 3h00
Vent
3.95 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
86 %

Sondage