Publicités vandalisées à Besançon : Extinction Rebellion dénonce les gardes à vue de deux militants ”absurdes”

Publié le 04/10/2023 - 15:16
Mis à jour le 04/10/2023 - 12:05

Dans un communiqué du mardi 3 octobre 2023, le collectif Extinction Rebellion de Besançon, contre l'effondrement écologique et le dérèglement climatique, dénonce l"'absurdité" des interpellations de deux de ses militants suspectés d’avoir ”dégradé ou détérioré environ 200 panneaux publicitaires” à Besançon cette année.

Le 20 septembre 2023, un militant d'Extinction Rebellion de Besançon a été interpellé par deux policiers en civil devant son domicile alors qu'il en sortait. Après un contrôle d'identité, les forces de l'ordre l'ont emmené en garde à vue, où il a été détenu 23 heures. L’association précise que ”ses droits - ainsi que ceux des codétenus - n'ont pas toujours été respectés”. On le soupçonne d'avoir enlevé plus de 200 publicités ces dernières semaines et de les avoir taguées. Il est convoqué le 3 mai 2024 au tribunal.

Cinq jour plus tard, le 25 septembre, un autre militant d'Extinction Rebellion de Besançon, O. âgé de 29 ans, a lui aussi été interpellé par les forces de l’ordre devant son domicile alors qu’il en sortait. Après un contrôle d'identité, il a été placé en garde à vue au commissariat de Besançon. ”Cette garde à vue n'a pas été formellement notifiée et ses droits ne lui ont pas été lus.”, rapporte le collectif, et d’ajouter : ”après un refus de la part du policier de prévenir une personne de son entourage, O. a dû insister pour que ce droit soit respecté. Il a subi trois interrogatoires musclés. L'officier de police judiciaire allant jusqu'à tenter d'intimider O.” 

Une convocation en mai 2024

Le téléphone portable de O. et son vélo ont été mis sous scellés. Il est convoqué le 3 mai 2024 au tribunal judiciaire de Besançon pour avoir "volontairement dégradé ou détérioré environ 200 panneaux publicitaire [...] au préjudice de la société DECAUX", suite à deux plaintes de cette entreprise ”dont le chiffre d'affaires, en augmentation de +20,8 % en 2022, s'élève à 3,3 milliards d’euros”, remarque Extinction Rebellion, qui ajoute que ”on met ainsi en détention celles et ceux qui voudraient protéger leurs proches et les conditions de vie sur Terre aux profits des industries économiques polluantes. A noter que JCDecaux est accusé de pratiquer l'optimisation fiscale au Luxembourg.”

La ville de Besançon n'a pas mis en place de mesure supplémentaire plus ambitieuse”

Rappelant le bilan d'ANV COP 21 Besançon à mi-mandat de la maire de Besançon jugé ”criant”, Extinction Rebellion dénonce :

  • "une municipalité qui n'a pas encore prévu de suspendre son contrat avec JCDecaux (qui doit être renégocié en 2024) ";
  • "le RLP (Règlement Local de Publicité) et les documents d'urbanismes qui prévoient une limitation nette de la publicité ne sont pas ou mal appliqués" ;
  • "de nombreux écrans numériques scéllés au sol ou en façade sont encore visibles, la collectivité n'applique pas de contrôle ni sanction contre la pollution lumineuse comme prévu dans le RLP".

Selon le collectif, "en dehors des lois peu restrictives, la ville n'a pas mis en place de mesure supplémentaire plus ambitieuse." Il explique que "tout cela se déroule dans un contexte où 89,6% des citoyens informés des problématiques environnementales (Convention Citoyenne pour le Climat, juin 2020) ont demandé à interdire la publicité".

Concernant les élus locaux, "outre que la publicité enlaidit l'espace public de leur ville, il a d'ailleurs été plusieurs fois démontré que l'argument économique des municipalités ne tient pas (ex.: Grenoble, dont le budget communication a baissé de moitié) et que les commerces de proximité bénéficieraient de cette interdiction", affirme Extinction Rebellion.

Des revendications

Extinction Rebellion, mouvement international de désobéissance civile non violente, vise à ”sensibiliser le grand public et établir un rapport de force avec le gouvernement pour le forcer à appliquer la loi et à prendre de nouvelles mesures pour protéger les conditions de vie sur Terre, la biodiversité terrestre et océanique”. 

Le collectif exige :

  1. La reconnaissance de la gravité et de l’urgence des crises écologiques actuelles et une communication honnête sur le sujet.
  2. la réduction immédiate des émissions de gaz à effet de serre pour atteindre la neutralité carbone au plus vite, grâce à une réduction de la consommation et une descente énergétique planifiée. Cela passe aussi par la suppression complète et immédiate de la publicité dans l'espace publique et médiatique.
  3. L’arrêt immédiat de la destruction des écosystèmes océaniques et terrestres, à l’origine d’une extinction massive du monde vivant.
  4. La création d’une assemblée citoyenne chargée de décider des mesures à mettre en place pour atteindre ces objectifs et garante d’une transition juste et équitable.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.7
légère pluie
le 21/05 à 15h00
Vent
3.59 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
48 %