Rave party dans l'Yonne : les fêtards quittent les lieux

Publié le 02/01/2022 - 10:04
Mis à jour le 02/01/2022 - 10:04

Une rave party illégale, qui rassemblait depuis vendredi soir dans l’Yonne quelque 1.500 personnes sur un site industriel à Saint-Florentin, prenait fin dimanche matin avec le départ d’une majorité de participants, a indiqué la préfecture de département.

 © Capture Mawifamily Free Party
© Capture Mawifamily Free Party

"1.000 individus ont quitté les lieux. Environ 200 personnes sont sur le point de le faire", a-t-elle précisé dans un communiqué. "Les investigations se poursuivent sous l'autorité du procureur de la République pour établir les responsabilités des organisateurs et caractériser les infractions relevées", a ajouté la préfecture, se félicitant de la fin de manifestation "grâce à l'action déterminée des services de l'État et de ses partenaires".

Depuis samedi, une enquête est ouverte "pour organisation illicite d'un rassemblement festif à caractère musical" par le parquet d'Auxerre, selon la même source qui rappelait dimanche que "les événements de type rave party, free party, teknival" étaient interdits par arrêté dans l'Yonne.

Vendredi en début de soirée, des fêtards du Nouvel an avaient convergé vers le site industriel de Saint-Florentin après s'être retrouvés à Migennes, à moins d'une vingtaine de kilomètres des lieux. Près de 500 véhicules garés sur place avaient été dénombrés par les gendarmes, qui avaient déployé rapidement un "important dispositif" de sécurisation.

"Plus de 600 contrôles ont été menés par les forces de l'ordre", selon la préfecture de l'Yonne dimanche. Piloté par les pompiers, un poste médical avancé avait été ouvert dès samedi pour assurer un suivi sanitaire, en lien avec l'agence régionale de santé et également soutenu sur place par l'aide de 30 bénévoles de la Croix-Rouge.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Tirs à Planoise le 22 janvier : l’enquête a déjà permis de trouver la voiture des malfaiteurs

Le procureur de la République Étienne Manteaux a tenu une conférence de presse ce mercredi 25 janvier, trois jours après que des coups de feu à l'arme de guerre aient été tirés rue de Fribourg, dans le quartier de Planoise à Besançon. L’enquête a déjà levé le voile sur plusieurs éléments.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.14
couvert
le 27/01 à 18h00
Vent
3.13 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
77 %