Trafic de drogue : un dealeur et sa cliente interpellés place Jean Moulin à Besançon

Publié le 26/08/2022 - 09:33
Mis à jour le 26/08/2022 - 09:33

Des policiers du groupe de sécurité de proximité ont interpellé un dealeur et une cliente ce mercredi 24 août peu après 18h place Jean Moulin à Besançon.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Les policiers qui surveillaient la place Jean Moulin ont assisté en direct à une transaction entre un dealeur de 22 ans et une femme de 33 ans. Après avoir stationné sa voiture, la cliente s’est dirigée vers l’un des individus présents. Après une brève conversation, l'homme s’est rendu vers un buisson pour ramasser quelque chose. Un échange de main à main a ensuite été réalisé avec l’acheteuse. Elle est ensuite remontée dans son véhicule pour quitter le parking. Les policiers l’ont interpellée rue des Flandres Dunkerque. Spontanément, elle a remis des petits morceaux de matière brunâtre ainsi qu’une bonbonne de couleur noire identifiés par la suite comme étant respectivement de la résine de cannabis (2,15g) et de la cocaïne (0,67g).

La femme a été interpellée et placée en garde à vue. Lors de son audition, elle a reconnu les faits en précisant qu’elle avait payé 30 euros le demi-gramme de cocaïne et qu’elle était une consommatrice occasionnelle.

3 mois de prison

L’équipage de surveillance, accompagné de la BAC, s’est ensuite dirigé place des Petits Pieds, vers le vendeur qui a pris la fuite rue de Franche-Comté. Dans la sacoche de cet homme de 22 ans, les policiers ont trouvé un sachet contenant 1,38g de résine de cannabis, quatre bonbonnes de cocaïne pour un total de 2,97g et la somme de 180 euros. 

L’interpellé a reconnu les faits et a été placé en garde à vue. Il a expliqué que les 180 euros provenaient de la vente de stupéfiants (90 euros), mais aussi de paris sportifs (90 euros).

Le jeune homme a été entendu dans le cadre de l’article 65 du Code de procédure pénale pour avoir refusé de divulguer son code de déverrouillage de son téléphone portable.

Sa garde à vue a été prolongée jusqu’au 25 août à 15h15. Il a été déféré à 15h30 devant le parquet du tribunal judiciaire de Besançon. À l’issue de l’audience, il a écopé de 3 mois de prison assortie d’un suris sous contrôle judiciaire de 18 mois interdisant de se rendre à Palente, Clairs-Soleils et Planoise, sauf en justifiant d’emmener ou d’aller chercher sa fille scolarisée dans le quartier Planoise.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.1
légère pluie
le 15/04 à 15h00
Vent
8.03 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
61 %