Transport routier : fraude et travail dissimulé à Besançon

Publié le 16/10/2014 - 08:32
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:14

La gendarmerie a interpellé dix personnes dans le cadre d’une enquête portant sur le travail illégal de deux sociétés étrangères de transport routier, suspectées de travailler illégalement en France.

 ©
©

Une cinquantaine de gendarmes de la section de recherches de Besançon, du groupement du Doubs et de l'Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI) sont intervenus à Besançon, dimanche 12 octobre 2014, pour effectuer des perquisitions à l'adresse de deux sociétés de transport suspectées de travailler illégalement en France.
Des perquisitions simultanées ont été menées aux domiciles des suspects. Sept chauffeurs bosniens ont été entendus en qualité de témoin et trois dirigeants d'une des sociétés ont été entendus sous le régime de la garde à vue. Deux ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire, le troisième a été remis en liberté.
Les enquêteurs soupçonnent les sociétés "d'exercer leur activité sur le territoire national, en sous-traitance d'une société française de transport routier de marchandises, sans avoir procédé aux déclarations obligatoires, faits constitutifs d'une fraude à l'établissement et de travail dissimulé par dissimulation d'activité et de salariés".
Le préjudice causé aux organismes de protection sociale pourrait s'élever à quelque 403.000 euros pour 33 mois d'activité.
Quelque 1.500 euros ont été saisis ainsi que cinq ensembles routiers d'une valeur de 30.000 euros. Trois chauffeurs de nationalité bosnienne font par ailleurs l'objet de procédures pour séjour irrégulier sur le territoire national.
Les investigations ont été initiées par des contrôles routiers de la DREAL, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte au TGI de Besançon.
Les investigations se poursuivent pour établir l'implication d'une société de transport française qui aurait eu recours à du travail dissimulé.
"Parfois, des sociétés de droit français sous-traitent à des sociétés de droit étranger sans se soucier du respect des règles de détachement intracommunautaire dans le seul but d'optimiser leurs rendements. Ce phénomène doit être combattu et ce combat est efficace lorsque l'action est coordonnée en additionnant les capacités techniques et les prérogatives administratives et judiciaires", souligne la gendarmerie.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 23.24
couvert
le 13/04 à 12h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
56 %