Un militaire blessé par balle à Besançon : un homme interpellé

Publié le 21/06/2022 - 09:15
Mis à jour le 21/06/2022 - 09:35

Quatre militaires en civil de l'opération Sentinelle ont été visés par des tirs ce samedi 18 juin 2022 vers 5h du matin après une sortie en boîte de nuit au QG. L'un d'eux a été touché au bras. Une personne a été interpellée et sera présentée ce mardi au paquet de Besançon.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Les quatre jeunes hommes regagnaient à pied leur garnison vers 5h du matin lorsqu'une voiture les a dépassés pour s'arrêter "à 20-30 mètres devant eux", selon la police.

L'un des passagers est alors sorti du véhicule et a tiré trois fois dans leur direction avec une arme de poing avant de redémarrer. L'un des militaires a été touché au bras, mais son pronostic vital n'est pas engagé, a indiqué un policier.

Déployés à Besançon depuis le début de la semaine dans le cadre de l'opération Sentinelle, les quatre militaires, âgés d'une vingtaine d'années, avaient profité d'une permission pour passer une soirée en discothèque. "La soirée s'est bien passée, selon eux. On ne sait pas pourquoi les militaires ont été visés", a précisé la police. Une enquête a été confiée à la sûreté départementale.

Les faits se sont produits dans une zone peu éclairée, sans vidéosurveillance, à environ 300 mètres de la discothèque. "L'établissement est connu pour des difficultés à la sortie, notamment pour des prises à partie de clients par des gens extérieurs à la boîte de nuit", a indiqué le parquet de Besançon.

"Aucun élément ne permet de dire que c'est leur qualité de militaire qui fait qu'ils ont été visés", a ajouté cette même source.

Une personne interpellée 

L’exploitation des vidéos de surveillance de la ville de Besançon a toutefois permis de localiser le véhicule incriminé au niveau du pont Canot puis place Leclerc et enfin sur le secteur Léo Lagrange. 

Les policiers ont procédé à l’interpellation d’un homme à son domicile. Une perquisition a été effectuée et a permis de retrouver des ballons de protoxyde d’azote (que les militaires avaient vu lors de l’agression) et les vêtements correspondants à ceux que le jeune homme portait lors des faits. 

L’arme n’a pas été retrouvée. 

Le jeune homme sera présenté ce mardi devant un juge d’instruction.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Pancartes anti-migrant : Anne Vignot condamne “des actes criminels” commis durant le carnaval

Le dimanche 7 avril 2024, alors que la fête du carnaval de Besançon battait son plein, deux jeunes femmes se sont immiscées au milieu du cortège et ont brandi des pancartes anti-immigration. Un acte "immonde" pour la maire, Anne Vignot qui a dès ce lundi 8 avril déposé plainte pour incitation à la haine et condamné une fois de plus ce genre d’action lors d’une conférence de presse ce lundi après-midi dans les bureaux de la Ville. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.61
partiellement nuageux
le 12/04 à 15h00
Vent
2.32 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
53 %