Un poteau d'accrobranche s'effondre en entraînant un enfant à Vital'été à Besançon

Publié le 24/07/2017 - 11:47
Mis à jour le 15/04/2019 - 11:05

Le père d’un enfant de huit ans, présent sur le parcours accrobranche de Vital’été, nous informe de la chute de son fils, ce vendredi 21 juillet 2017, suite à l’effondrement d’un des poteaux en bois « j’ai eu très peur », précise-t-il.

 ©
©

Alerte témoin

Le père, encore sous le choc, nous explique qu'aux alentours de 16h vendredi son fils était sur le parcours de l'accrobranche : "D'un coup mon autre fils, âgé de onze, s'est mis à crier le nom de son frère. Le petit s'est retrouvé par terre, j'ai couru, j'avais peur, il disait qu'il ne pouvait plus bouger", explique le père de famille.

"Ce n'est pas normal, j'ai eu très peur"

Ce n'est pourtant pas la première fois que la famille se retrouvait pour profiter du parcours de Vital'été mais cette fois-ci "j'ai vu que trois poteaux avaient été changés et les trois autres sont toujours gris et fissurés", assurent-ils. "Ce n'est pas normal un tel accident, surtout avec un enfant de 25 kilos, heureusement qu'il n'y avait pas d'enfants en dessous…". 

Les pompiers sont intervenus une dizaine de minutes après l'accident. "Mon fils à le bras gauche immobilisé pendant quinze jours, heureusement que cela n'est pas plus grave" précise le père. Le responsable de Vital'été, l'adjoint aux sports Abdel Ghezali et la directrice des sports de Besançon Nathalie Porral l'ont ensuite contacté pour prendre des nouvelles de son fils. 

La réponse de Nathalie Porral, la directrice des sports de Besançon :

"Le parcours est constitué de deux parties. Une Via ferrata sur la falaise et deux parcours acrobatiques en hauteur. Le premier parcours a été installé en 2010 et nous avons remplacé les poteaux cette année en juin. Sur un autre parcours, les mâts datant de 2013 devaient être remplacés l'année prochaine. C'est sur ce dernier parcours qu'un des mâts a cédé à sa base", explique Nathalie Porral, directrice des sports de Besançon. "Lorsque nous avons enlevé les mâts de 2010 en 2017, ils étaient en bon état donc nous n'avions pas d'inquiétude par rapport à ceux plus récent".

"Nous avons complétement neutralisé cette partie du parcours et nous avons supprimés les deux autres mâts. Cette partie sera condamnée pour l'été". Pour le  parcours dont les poteaux ont été changés en 2017, la directrice précise que " le service de jeunesse et sport a validé la rouverture le lendemain de l'espace, avec toutes les conditions de sécurité nécessaires". 

"Aucune inquiétude à avoir"

Un rapport de contrôle avait été effectué le 7 juillet 2017, nous est-il précisé "Il y a eu une usure prématurée du mât. Il y a l'obligation de produire une analyse phytosanitaire annuelle mais pour ce qui est des structures artificielles, c'est une note de calcul qui détermine la section du mât, la dimension du massif béton qui le retient. Nous n'avons pas de contrôle supplémentaires à effectuer. Nous allons donc essayer d'en mettre en place", précise Nathalie Porral. 

"Cette grosse frayeur nous montre que la prudence doit être doublée, nous avons rouvert en toute sérénité le reste du parcours. Il n'y a aucune inquiétude à avoir", conclut la directrice

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Besançon et Montbéliard : 4.500 personnes et 3.500 véhicules contrôlés en 5 jours

Du 8 au 12 avril 2024, une opération "Place Nette" de grande ampleur s’est déroulée dans le département du Doubs. Réalisée en étroite coordination avec les procureurs de Besançon et de Montbéliard, cette action "coup de poing" s’inscrit dans le cadre des actions de lutte contre la délinquance liée aux trafics de stupéfiants, à l’économie souterraine et au proxénétisme voulues par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et le Garde des Sceaux. L'heure est au bilan...

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.97
nuageux
le 19/04 à 0h00
Vent
1.31 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
93 %