Une femme tire sur les policiers en pensant stopper une bagarre rue des Vignerons à Besançon 

Publié le 08/11/2022 - 12:03
Mis à jour le 08/11/2022 - 10:49

Les policiers de la Brigade anti criminalité ont été informés lundi 7 novembre vers 00h20 par le Centre d’information et de commandement d’un vol à la roulotte rue des Vignerons à Besançon.

Police nationale Besançon © D Poirier
Police nationale Besançon © D Poirier

Sur place, les fonctionnaires ont contrôlé un individu de 20 ans, correspondant au signalement. En même temps, les volets d’une fenêtre du bâtiment situé à quelques mètres s’ouvrent pour laisser une personne les observer. Les policiers s’identifient. Deux individus sortent alors de ce même bâtiment et s’approchent d’eux.

Elle brandit une arme par la fenêtre, l'autre tente de s'enfuir

En même temps, la femme qui les observait de la fenêtre brandit une arme dans leur direction et fait feu sur les policiers. Ces derniers ont donc sorti leur arme en direction de la personne. Pendant ce temps, le jeune homme contrôlé tente de prendre la fuite en repoussant les policiers violemment. Les policiers finissent au sol avec lui pour le ceinturer et sont rejoints par d’autres patrouilles. 

L’auteure du coup de feu a été invitée à suivre les policiers après leur avoir remis son arme, un pistolet gomme-cogne. Il s’agit d’une arme non létale, mais puissante, destinée à tirer des projectiles de caoutchouc. Elle a été emmenée au commissariat de police pour être placée en garde à vue. L’homme surpris en plein vol à la roulotte a lui aussi été interpellé et placé en garde à vue avec notification des droits différés en raison de son état fortement alcoolisé.

Au milieu des véhicules roulottés, les policiers ont retrouvé celui du mis en cause, en mauvais état. 

Deux policiers ont été légèrement blessés lors de cette intervention, à la main et au genou gauche pour l’un, à la fesse droite pour l’autre.

Lors de son audition, la femme de 45 ans a expliqué avoir regardé par la fenêtre depuis le premier étage pour voir ce qu’il se passait dans la rue. Elle dit ne pas avoir vu qu’il s’agissait de policiers. Pour stopper ce qu’elle pensait être une bagarre, elle a alors utilisé son « pistolet à boules ». Elle réfute avoir visé les effectifs de police. Les policiers n’ont en effet pas été blessés en raison du tir de gomme-cogne, mais lors de la maîtrise au sol du voleur à la roulotte.

Ce dernier a par ailleurs déclaré lors de son audition avoir été violemment contrôlé par les effectifs de la Bac, raison pour laquelle il les aurait ensuite poussés. Il a réfuté avoir tenté de s’enfuir. Sa garde à vue est prolongée.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Vandalisme des statues d’Ousmane Sow à Besançon : la Ville de Besançon appelle à une union face au racisme

Ce mercredi matin, deux jours après la dégradation de la statue de Victor Hugo, la Ville de Besançon a découvert stupéfaite que « L'homme et l'enfant », statue de l’artiste Ousmane Sow située au monument aux morts des Glacis, a également été recouverte de peinture blanche sur les mains et le visage.

Besançon : une autre statue d’Ousmane Sow, " L’homme et l’enfant " vandalisée cette nuit

Après la dégradation volontaire de la statue Victor Hugo située sur l'esplanade des Droits de l'Homme à Besançon dans la nuit du 20 au 21 novembre 2022, la seconde statue d'Ousmane Sow, située au parc des Glacis, à côté du monument aux morts, a été vandalisée dans la nuit du 22 au 23 novembre. 

" White power ", la signature des actes de vandalisme des statues d’Ousmane Sow à Besançon

Des photos retrouvées sur les réseaux sociaux prouvent que l’acte de vandalisme perpétré sur la statue de Victor Hugo par Ousmane Sow dans la nuit du 20 au 21 novembre, sont revendiqués par les néonazis… une fois de plus dans la ville de Besançon. Nous avons également appris ce mercredi qu’une autre statue d’Ousmane Sow au parc des Glacis a elle aussi été vandalisé dans la nuit du 22 au 23 novembre.

Statues d’Ousmane Sow vandalisées : association et élus locaux réagissent

Dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 novembre, la statue de Victor Hugo d'Ousmane Sow, sur l'Esplanade des droits de l'Homme à Besançon, a été vandalisée. De même dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 novembre pour "L'homme et l'enfant" au parc des Glacis, du même artiste. Les élus Renaissance-MoDem et l'association "À gauche citoyens !" ont tenu à s'exprimer par voie de communiqués de presse.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.86
légère pluie
le 28/11 à 6h00
Vent
1.4 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
95 %