une

Union des commerçants: Jérôme Cart peut-il être à la fois président et salarié ?

Publié le 21/12/2011 - 16:05
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:25

La question de la légalité du double statut qu'occupe Jérôme Cart à la tête de l'Union des commerçants de Besançon suscite bien des interrogations. D'après l'intéressé, son statut de président et salarié est conforme à la loi et reste le même que celui de son prédécesseur, Jean-Charles Diéterlé.

 ©
©

« J’ai repris le même statut que celui de l’ancien président Diéterlé. Le double statut en question a été étudié dès le départ par notre cabinet comptable. Il nous a assuré que nous étions en règle conformément à une loi de 2005. Le salaire attaché à ce statut est de 1500 euros par mois, pour lesquels je dois effectuer 24h de travail par semaine. Dans les faits, je tourne à 35h - 40h par semaine. Considérant le taux horaire que j’effectue, ce salaire n’a rien d’extraordinaire.

Que mes détracteurs se rassurent, s’il s’avère que ce statut n’est pas en règle, contrairement à ce que nous a assuré notre cabinet, je prendrais la position de directeur salarié et nous trouverions alors un nouveau président bénévole. Nous avons toujours voulu nous conformer à la loi.

Nous sommes souvent critiqués, mais il ne faut pas oublier que peu de gens seraient prêts à faire ce que moi et mes administrateurs bénévoles faisons. S’il n’y avait pas l’Union des commerçants, il n’y aurait pas les animations qui existent aujourd’hui. Notre mission est de maintenir des emplois et d’aider les commerçants de Besançon à garder le moral. Ce sont des métiers difficiles où l’on ne compte pas ses heures. Nous avons un vrai rôle social », explique Jérôme Cart.

Par ailleurs, confrontée à une augmentation radicale de son loyer, l’Union des commerçants de Besançon va devoir faire ses valises. Elle a obtenu un délai supplémentaire jusqu’au 1er mai 2012, date à laquelle elle devra définitivement quitter son local situé à l’angle de la rue Petit et de la rue Courbet.

« La société qui a racheté les locaux que nous occupons a fait une proposition hors de notre portée. Pour 80m2, nous devrions désormais payer 1500 euros/mois, contre les 120 euros/mois que nous versions auparavant à la Ville de Besançon au titre d’une association. Il faut donc absolument trouver une solution.

Jusqu’ici nous étions pris par l’organisation de la braderie d’automne, par la publication du magazine En Ville et par l’organisation des deux défilés de mode de l’Union des Commerçants au Grand Kursaal. À partir du mois de janvier, nous allons nous consacrer à la recherche d’un bureau avec l’aide de nos partenaires. Pour des raisons pratiques et étant donné que nous sommes une association, nous devons trouver un local qui ne soit pas trop éloigné du centre-ville et pas trop cher ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

une

Les jeunes de BALISE 25 sur les rangs

Comme chaque année à cette époque de l'année, la Fédération Française de Course d'Orientation va organiser à la fin du mois d'octobre les épreuves qui lui permettront de sélectionner les 20 jeunes orienteurs français qui constitueront le groupe France des moins de 18 ans pour la saison sportive 2022.  

Chien, chat, poisson, hamster… Quelles solutions pour faire garder ses animaux avant de partir en vacances ?

Au lieu d'abandonner son chien ou son chat (ou tout autre animal...) au bord de la route ou dans la forêt, la solution la plus saine est de les emmener avec soi en vacances ! Pour les autres, d'autres solutions existent pour prendre soin d'eux quand il n'est pas possible de les emmener avec soi… Voici cinq idées pratiques !

Pontarlier : le réseau de chaleur alimente désormais 2.570 logements…

Préval Haut-Doubs, établissement public pour la prévention et la valorisation des déchets, a engagé depuis 2016 un programme de développement du réseau de chaleur afin de permettre d'accroître le nombre d'abonnés pouvant bénéficier d'une énergie locale. 2.570 logements sont à ce jour alimentés grâce à ce réseau de chaleur, apprend-on ce mois de février 2021.

Elève confiné, ce qui me manque le plus…

En cette période inédite de confinement, des élèves de 3e du Collège Diderot à Besançon nous parlent aujourd'hui  de ce qui leur manque le plus au quotidien et surtout de la façon  dont ils gèrent ce manque. Retour en enfance pour la plupart. Et cela n'a pas l'air de leur déplaire...

Viralata, Le fils du caïman : le dernier roman de Sébastien Acacia

Une invitation au voyage... • Après sa trilogie Neuvième PlanèteSébastien Acacia a publié son quatrième roman Viralata, Le fils du caïman le 22 juin 2018. Entre autobiographie et fiction, l'auteur bisontin fait voyager le lecteur à Rio de Janeiro, une ville qui l'a éperdument marqué. Deux jours après sa sortie, ce roman s'est hissé à la troisième place des ventes sur Amazon… Interview.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.38
couvert
le 01/12 à 0h00
Vent
4.83 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
92 %

Sondage