Alerte Témoin

Valls et Sapin réaffirment l'objectif d'un déficit au-dessous de 3% du PIB en 2017

Publié le 26/02/2015 - 09:01
Mis à jour le 26/02/2015 - 09:01

Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre des Finances Michel Sapin ont réaffirmé mercredi l'objectif de réduire le déficit public de la France au-dessous de 3% du PIB en 2017, après le nouveau délai de deux ans accordé à Paris par la Commission européenne.

valls_najat_vallau_temis-052.jpg
©damien poirier

"L'objectif est donc bien de passer sous la barre des 3% en 2017, à notre rythme et en privilégiant toujours nos priorités: l'éducation, le soutien aux entreprises, la transition écologique et par ailleurs des mesures pour la sécurité de nos concitoyens", a précisé le Premier ministre. Il a par ailleurs assuré que la France était "en train de se bouger"."L'objectif que je poursuis est bien de réformer le pays, non pas parce que les autorités européennes nous y obligeraient" mais "parce qu'il en va de l'avenir du pays", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Interrogé sur le délai octroyé par Bruxelles, il a souligné que c'était "conforme à la trajectoire de finances publiques que nous nous sommes fixée (...) qui a d'ailleurs été validée par le Parlement l'année dernière".

"Le message est clair (...) : la France est en train de se bouger grâce à l'action du gouvernement"

Et sur le programme de réformes structurelles attendues par le commissaire européen Pierre Moscovici, M. Valls a répondu qu'il ne voyait là "aucune contradiction avec les orientations que j'ai données à mon gouvernement". Réformer, "nous le faisons à notre rythme, avec nos priorités, avec la volonté de protéger bien sûr ceux qui sont le plus en difficultés(...) et de libérer les énergies de ce pays, parce que comme cela, nous serons en 2015 au rendez-vous de la croissance". "C'est la raison pour laquelle nous avons adopté le texte de loi sur la croissance et l'activité, c'est aussi la raison pour laquelle nous nous sommes réunis ici à Matignon avec les partenaires sociaux dans le but d'améliorer les conditions du dialogue, de le simplifier et le rendre plus efficace (...) et c'est la raison pour laquelle nous engageons un agenda social particulièrement ambitieux", a-t-il poursuivi, s'exprimant à l'issue d'une réunion avec syndicats et patronat sur ce thème. "Le message est clair (...): l'effort de réformes, l'effort de changement, l'effort de mouvement, la France est en train de se bouger grâce à l'action du gouvernement", a-t-il souligné.

Michel Sapin se félicite que la France ne soit pas sanctionnée

Michel Sapin a de son côté rappelé dans un communiqué que revenir sous les 3% était l'objectif "fixé dans la loi de finances pour 2015 et la loi de programmation pluriannuelle des finances publiques". Il a observé "la convergence des analyses" entre Paris et Bruxelles, "fruit d'un dialogue approfondi et confiant" et s'est félicité que la France ne fasse pas l'objet de sanctions. Il a rappelé que l'effort budgétaire structurel, c'est-à-dire provenant de la seule volonté politique sans intervention de la conjoncture, attendu à 0,5 point de PIB (environ 10 milliards d'euros) en 2015 par Bruxelles serait "respecté".

M. Sapin a aussi évoqué une possible reprise économique sous l'effet de la bonne conjoncture extérieure. "Avec un euro dont la valeur est aujourd'hui adaptée, avec des taux d'intérêts historiquement très bas, un pétrole dont le prix a considérablement baissé et un objectif de réduction des déficits réaliste, la France connaît un environnement économique positif susceptible de soutenir le retour de la croissance", a-t-il déclaré.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

L’enseigne de prêt-à-porter Naf Naf en redressement judiciaire

Si de nombreux secteurs subissent de plein fouet la crise économique liée à la crise sanitaire du covi19, les enseignes de prêt-à-porter ne sont pas épargnées dont Naf Naf. L'entreprise est en redressement judiciaire depuis le 15 mai. Deux magasins de la marque sont installés à Besançon depuis de nombreuses années.

Auriez-vous envie de tout casser pour vous détendre à Besançon ?

C'est l'idée de Clément Ducret, 24 ans, et Lucas Chartier, 25 ans, deux jeunes entrepreneurs bisontins : créer un lieu où tout le monde pourrait venir se défouler dans le but d'évacuer son stress… Ce concept de salle de défoulement existe aux États-Unis, au Canada, et dans des grandes villes de France . Avant de lancer le concept à Besançon, les deux entrepreneurs lancent un questionnaire à la population…

« La réussite de la prochaine rentrée de l’apprentissage dépendra de la capacité des entreprises à proposer des contrats aux jeunes alors qu’elles n’auront pas encore surmonté la crise »

Face à la crise du Coronavirus, le secteur de la métallurgie a subi un violent coup d’arrêt en Franche-Comté, région très industrielle dans laquelle l’interdépendance entre les différents secteurs d’activité est forte. Pour le président de l’UIMM Franche-Comté, Jean-Luc Quivogne, "la réussite de la reprise de l’activité dans cette nouvelle période de sortie progressive du confinement est donc vitale pour toutes nos entreprises et c’est par l’engrangement des commandes qu’elles pourront se relever. Le futur plan national de relance du Gouvernement sera déterminant".

EMCO à Dampierre : « C’est une véritable révolution technologique qui se dessine »

LA PAROLE AUX ENTREPRISES • La Communauté de commune de Jura Nord propose une série d’articles sur "l’après-crise" et donne la parole aux entrepreneurs et acteurs associatifs. Ce lundi 25 mai, la collectivité publie une interview du leader européen du tapis d’entrée dont le siège français est basé à Dampierre, la société EMCO France, dont nous nous faisons le relais. Cette entreprise a subi de plein fouet la crise sanitaire avec un arrêt brutal et total de son activité le 17 mars dernier. Son directeur général, Anselme Hoffmann, mise aujourd’hui sur la commande publique pour rebondir et retrouver au plus vite de la croissance. Pour lui, il faudra intégrer plus de télétravail dans les process d’entreprises, enseignement essentiel à tirer de ce marasme sans précédent.

Tourisme et restauration : des députés inquiets. Danielle Brulebois s’alarme des annulations « en cascade » dans le Jura

Plusieurs députés ont plaidé mardi soir pour une réouverture rapide des bars et restaurants, et plus généralement pour une relance du tourisme, des secteurs à "sauver" selon eux dans la crise du coronavirus. La députée LREM du Jura Danielle Brulebois s'inquiète des annulations des réservations en raison du classement rouge de son département. Elle  réclame "une carte départementalisée" et non régionale.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.74
ciel dégagé
le 27/05 à 6h00
Vent
4.68 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
85 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune