Agression avec un cutter et des ciseaux à Aubervilliers : l’instituteur a tout inventé !

Publié le 14/12/2015 - 17:31
Mis à jour le 14/12/2015 - 17:31

Il disait avoir été agressé ce lundi matin 14 décembre 2015 au cutter et aux ciseaux dans sa classe à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) par un homme qui a invoqué le groupe Etat islamique. L'instituteur d'Aubervilliers a reconnu avoir inventé son agression, a annoncé le parquet de Paris en fin d'après-midi.

PUBLICITÉ

Âgé de 45 ans, l’enseignant assurait avoir été poignardé au flanc et à la gorge vers 07H10, alors qu’il préparait sa classe dans l’école Jean-Perrin d’Aubervilliers. Il avait été hospitalisé à la suite de blessures superficielles qu’il se serait donc infligées lui-même. Il était de nouveau entendu pour comprendre ce qui l’a mené à inventer ce récit, a ajouté le parquet.

Un « homme cagoulé, ganté et vêtu d’une blouse blanche »

Lundi matin, Le Figaro rapportait qu’un « homme cagoulé, ganté et vêtu d’une blouse blanche, aurait asséné plusieurs coups de cutter au professeur au niveau de la gorge alors qu’il était seul dans sa classe ». Cet « agresseur » était censé porter des chaussures militaires de type rangers et une tenue de peintre. Il était recherché après avoir censément pris la fuite à pied, avait-on appris de sources policières.

Les faits se sont déroulés alors que les élèves n’étaient pas encore arrivés. Le parquet anti-terroriste s’était saisi de l’enquête, l’homme ayant raconté que son « agresseur » avait lancé « c’est Daech, c’est un avertissement ». Comme le faisait remarquer un journaliste de Libération sur Twitter, le dernier numéro du magazine de propagande de Daech faisait directement référence aux enseignants.

Le journaliste spécialiste du jihadisme, David Thomson, indiquait sur Twitter que « l’attaque » était présentée par des partisans de Daech comme faisant suite à l’appel lancé dans Dar-al-Islam. Certains de ses membres s’étaient même félicités de cette « attaque ».

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la  défense réfute

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la défense réfute

Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce vendredi 24 mai 2019 auprès des avocats des deux parties.

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

La belle-mère de trois frères et soeur, qui s'étaient noyés l'été dernier dans un lac de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), a été mise en examen pour "homicides involontaires", a-t-on appris ce jeudi 23 mai 2019 auprès du parquet, confirmant une information du Journal de Saône-et-Loire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.37
légère pluie
le 25/05 à 12h00
Vent
4 m/s
Pression
1016.39 hPa
Humidité
76 %

Sondage