Covid-19 : légère baisse des cas, mais une activité hospitalière qui reste très soutenue en BFC

Publié le 20/02/2021 - 09:41
Mis à jour le 20/02/2021 - 09:44

Pour l’Agence Régionale de la Santé, la baisse du taux d’incidence observée dans la région est à mettre au crédit des efforts individuels et collectifs des habitants de Bourgogne-Franche-Comté. Cette mobilisation doit toutefois être maintenue face à la menace que constituent les variants du virus présents en tous points du territoire, nous indique l’ARS dans un communiqué du 19 février 2021.

Patient atteint de la Covid-19 dans un hôpital © APHP
Patient atteint de la Covid-19 dans un hôpital © APHP

À environ 160 pour 100 000 habitants, l’incidence de l’épidémie place cette fois la région en dessous de la moyenne nationale (185 pour 100.000 habitants). La circulation virale, cependant plus de trois fois supérieures au seuil d’alerte, diminue doucement en Bourgogne-Franche-Comté, "preuve que les mesures collectives et les gestes de prévention ont un effet direct sur la trajectoire épidémique", souligne l'ARS.

© ARS

Ce léger recul ne doit toutefois pas "faire oublier la forte contagiosité des variants du virus", qui peut générer un "nouveau phénomène d’emballement épidémique", selon elle.

La présence des variants dits sud-africains et brésiliens n’est pas significative sur le territoire régional (un peu plus de 2%). Santé publique France établit en revanche à 16% le taux de circulation du variant dit britannique. C’est dans la Nièvre que ce variant est le plus actif (30%), chiffre qui reste en deçà de la moyenne nationale (36%).Ce signal appelle une vigilance particulière, dans un département qui affiche par ailleurs cette semaine un rebond de l’incidence en population générale, contrairement à la tendance régionale.

Toujours au-dessus du pic de la première vague

L’activité hospitalière demeure très soutenue, les établissements de santé de la région n’étant de fait pas sortis de la deuxième vague, avec plus de 1 500 patients pris en charge pour des formes graves de la COVID, soit davantage encore qu’au pic de la première vague.

3 666 décès sont répertoriés en établissements de santé ; 2 146 décès dans les établissements médico-sociaux de Bourgogne-Franche-Comté.

La couverture vaccinale progresse

"La campagne de vaccination demeure bien engagée, avec plus de 138 000 personnes ayant reçu une première injection dont plus de 55 000 ont bénéficié d’une deuxième injection (au 17/02)", indique l'ARS qui explique que la couverture vaccinale dans les EHPAD et USLD de la région s’élève à près de 68% pour la première injection et plus de 36 % pour les deux injections.

À partir du 25 février, plus de 1 250 médecins de Bourgogne-Franche-Comté, qui ont opéré des commandes auprès des officines, pourront administrer le vaccin AstraZeneca à leurs patients de 50 à 64 ans présentant des comorbidités.

"La dynamique vaccinale des plus fragiles et des plus exposés permet de gagner du terrain contre le virus tous les jours. Mais chacun d’entre nous doit s’astreindre sans relâche à poursuivre les efforts pour éviter les contaminations et casser les chaînes de transmission de la COVID-19 ", conclut l'ARS qui rappelle qu’à compter de ce lundi 22 février, la durée de l’isolement de tous les patients dont le test sera positif passera de 7 à 10 jours.

Évolution du Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Sources : data.gouv.fr


CODIV-19 dans le Doubs

Sources : data.gouv.fr

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique à la veille des départs en vacances, qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué du 29 juin 2022.

Explosion du nombre de demandes d’AMP : appel aux dons de spermatozoïdes et d’ovocytes en Franche-Comté

APPEL AUX DONS • Jusqu’au 30 juin, une grande campagne de sensibilisation au don de gamètes se déroule partout en France pour encourager la population à donner ses spermatozoïdes et ses ovocytes afin de répondre à une demande plus forte que jamais suite à la loi bioéthique votée en août 2021 pour l’assistance médicale à la procréation (AMP). Dr Oxana Blagosklonov, responsable du centre d’études et de conservation des oeufs et du sperme (CECOS) au CHU de Besançon nous en parle…

Allaitement : cachez ce sein ?

Le 2 juin dernier, une jeune maman qui voulait allaiter son enfant alors qu'elle se trouvait au musée du Louvres à Paris n'a pas été autorisée à le faire. Un agente de sécurité lui a indique que cela n'était "pas permis". Notre diéteticienne Chloé Vuillemin se penche sur cette question de l'allaitement en public, le fonctionnement de l'allaitement et ses bienfaits nutritionnels.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 27.64
ciel dégagé
le 02/07 à 15h00
Vent
3.14 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
20 %

Sondage