clinique saint-vincent

21 articles trouvés
Pose de prothèse de genou en ambulatoire : la clinique Saint Vincent précurseur en Franche-Comté

Pose de prothèse de genou en ambulatoire : la clinique Saint Vincent précurseur en Franche-Comté

Vidéo • La clinique Saint Vincent de Besançon est le seul établissement de Franche-Comté à proposer depuis 2017  la pose d'une prothèse de genou chirurgie ambulatoire avec un retour à domicile le jour même de l'opération. Auparavant, cette intervention nécessitait près de 10 jours d'hospitalisation. Comment est-ce possible ? Rencontre avec Valérie Fakhoury, la directrice de la clinique Saint Vincent et avec les chirurgiens orthopédiques d'un patient juste avant son opération.

Anesthésiste soupçonné d’empoisonnements à Besançon : la clinique Saint-Vincent porte plaine contre X

Anesthésiste soupçonné d’empoisonnements à Besançon : la clinique Saint-Vincent porte plaine contre X

Face à une situation "inédite" selon l'avocat du Groupe Capio, la direction de la clinique Saint Vincent a décidé de porter plainte contre X. Lors d'une conférence de presse, Valérie Fakoury, la directrice de l'établissement n'a pas caché que les équipes étaient  "sous le choc". Une grande partie des interventions chirurgicales ont été annulées ce mardi 7 mars 2017. Elles reprendront demain. Valérie Fakhoury a tenu à préciser que des mesures de sécurité renforcées avaient été prises dès les premiers incidents du mois de janvier.

Anesthésiste mis en examen pour empoisonnements : « Il ne peut s’agir que d’actes volontaires… »selon le parquet

Anesthésiste mis en examen pour empoisonnements : « Il ne peut s’agir que d’actes volontaires… »selon le parquet

Christine de Curraize, vice-procureure au tribunal de Grande Instance de Besançon, a tenu une conférence de presse ce mardi 7 mars 2017 en début d'après-midi après la mise en examen pour "empoisonnements avec préméditation" d'un médecin anesthésiste de 45 ans. Ce dernier conteste catégoriquement les faits. 

Anesthésiste soupçonné d’empoisonnements : la clinique Saint-Vincent suspend une partie des opérations

Anesthésiste soupçonné d’empoisonnements : la clinique Saint-Vincent suspend une partie des opérations

La communauté médicale de Besançon est en émoi après l'annonce de la mise en examen d'un anesthésiste de 45 ans pour suspicion de sept empoisonnements dont deux mortels survenus entre 2008 et 2017. Une grande partie du programme opératoire a été annulée ce mardi 7 mars 2017 à la clinique Saint-Vincent.

Un médecin anesthésiste suspecté de sept empoisonnements, dont deux mortels

Un médecin anesthésiste suspecté de sept empoisonnements, dont deux mortels

Un médecin anesthésiste de Besançon est suspecté d'avoir volontairement empoisonné sept patients entre 2008 et 2017 à la clinique Saint-Vincent de Besançon et à la polyclinique de Franche-Comté. Deux sont décédés à la clinique Saint-Vincent. Il a été mis en examen ce lundi 6 mars 2017 dans la soirée à Besançon

Hôpitaux et cliniques 2015 :  le classement par spécialités à Besançon…

Hôpitaux et cliniques 2015 : le classement par spécialités à Besançon…

Sur 64 spécialités médicales passées au crible, le CHU de Besançon se classe dans le Top 50 pour 32 d'entre-elles. A noter la 3e place au niveau national du CHU dans le traitement du cancer de la peau. Par ailleurs, la clinique Saint-Vincent est la 5e de france dans le traitement du cancer de la prostate. 

Un robot testé en avant-première dans les cliniques et hôpitaux bisontins

Un robot testé en avant-première dans les cliniques et hôpitaux bisontins

Les chirurgiens du centre hospitalier universitaire Jean Minjoz, de la clinique Saint-Vincent et de la Polyclinique de Franche-Comté vont bénéficier des dernières innovations technologiques. La start-up bisontine iin medical, implantée à Temis, a dévoilé à ces chirurgiens le robot "Free Hand", une première en France. 

CHARGER LA SUITE
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.05
ciel dégagé
le 16/10 à 12h00
Vent
3.616 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
52 %

Sondage