Dijon : trois militants anti-OGM mis en examen pour destruction de colza

Publié le 24/11/2020 - 14:21
Mis à jour le 24/11/2020 - 14:21

Trois militants anti-OGM ont été mis en examen, ce mardi 24novembre 2020 à Dijon, pour avoir détruit en 2017 une plateforme d'essais de colza du géant allemand de la semence KWS, à Villy-le-Moutier (Côte-d'Or), a-t-on appris auprès des intéressés.

 ©
©

Les trois "faucheurs volontaires" ont été mis en examen pour "destruction volontaire d'un bien" lors de leur convocation devant une juge d'instruction. Trois autres militants anti-OGM sont également convoqués, le 30 décembre, a précisé le Collectif faucheurs volontaires.

Le 15 avril 2017, 96 "faucheurs volontaires" d'OGM ont détruit et revendiqué le fauchage d'une plateforme d'essais de variétés de colza, près de Beaune. Quelques dizaines de militants étaient rassemblés, mardi matin, devant la cité judiciaire de Dijon, afin de soutenir les convoqués et réclamer que la procédure concerne l'ensemble des 96 participants au "fauchage" et non seulement les six convoqués.

"Si on nous convoque pour un procès, qu'on nous convoque tous", a déclaré à l'AFP l'un des trois mis en examen, Pierre Clément, soulignant que les 96 faucheurs avaient revendiqué leur acte et remis aux forces de l'ordre une liste contenant leurs noms.

Le "fauchage" avait concerné une parcelle d'une semence de colza obtenue par mutagénèse, une nouvelle technique qui consiste, contrairement aux premiers OGM, non pas à introduire un gène extérieur, mais à modifier directement le génome de la plante.

Selon la firme KWS, des semences ainsi obtenues ne sont pas des OGM et ne tombent donc pas sous le coup de la réglementation européenne obligeant à les évaluer, tracer et étiqueter. Or, en juillet 2018, la Cour de justice européenne a objecté que tout organisme issu de ces nouvelles techniques relevait aussi des OGM, et devait donc être soumis aux mêmes règles, un avis auquel s'était rangé en France le Conseil d'État en février 2020.

"Mais l'État refuse d'appliquer ce que dit le Conseil d'État, la France reste dans l'illégalité", a estimé Jean-Luc Juthier, du Collectif faucheurs volontaires. "Il n'y a toujours rien de fait malgré les délais donnés par le Conseil d'État qui sont écoulés", a-t-il ajouté.

Début 2019 à Dijon, la justice avait relaxé 38 "faucheurs" après la destruction en 2016 de plants de colza de la coopérative agricole Dijon Céréales, évoquant un "défaut de caractérisation des infractions". En juin 2019 en appel à Nancy, 54 militants anti-OGM avaient été reconnus coupables d'avoir détruit une parcelle de vigne transgénique expérimentale mais dispensés de peine.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Reprise des rodéos urbains à l’approche de l’été… 

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a adressé ce mercredi 16 juin 2021 une note au directeur général de la police, Frédéric Veaux, pour demander "cinquante" opérations de contrôles et de "saisir systématiquement les deux roues" dans les quartiers les plus touchés par le fléau des rodéos urbains. Dans un communiqué, Ludovic Fagaut, chef de file de l’opposition au conseil municipal de Besançon dénonçait une nouvelle fois ces comportements.

Belfort : prison avec sursis requise contre un policier accusé d’avoir tracé une croix gammée sur un toit

Le procureur de Belfort a requis mercredi 16 juin 2021 huit mois d'emprisonnement avec sursis à l'encontre d'un policier, poursuivi pour avoir représenté une large croix gammée avec des tuiles blanches sur le toit du garage de son père à Evette-Salbert, dans le Territoire de Belfort.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 29.99
peu nuageux
le 18/06 à 15h00
Vent
2.64 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
15 %

Sondage