Écoquartier des Vaîtes : plusieurs organisations s’insurgent contre la mairie

Publié le 22/09/2023 - 11:49
Mis à jour le 22/09/2023 - 11:49

Plusieurs organisations, dont le Jardins de Vaîtes, ont adressé un courrier à la maire de Besançon afin de reclasser les terres des Vaîtes en "zone agricole" et non plus "zone à urbaniser". Ce 21 septembre 2023, elles expliquent avoir reçu une fin de non recevoir de la part d’Anne Vignot.

 ©
©

En plus du Jardin des Vaîtes, plusieurs organisations se sont exprimées dans un communiqué commun : la Confédération Paysanne Doubs-Territoire de Belfort, Solidaires 25, Sud Éducation Franche-Comté, Extinction Rebellion Besançon, Alternatiba Besançon, Les Amis de la Confédération Paysanne du Doubs, Confédération Nationale du Logement de Besançon.

"Notre démarche se veut joyeuse et constructive, nous entrevoyons un avenir plus radieux, plus désirable pour les générations futures, que le projet d'urbanisation de la mairie pour ces terres cultivées par des maraîchèr·es et des jardiniers et jardinières populaires, pour cette réserve de faune et de flore", expliquent les organisations.

Elles tiennent à rappeler que la maire de Besançon avait reconnu en 2016 "une qualité des sols qu’on ne trouve pas particulièrement ailleurs". Elles précisent également que des légumes y sont cultivés pour les habitants du quartier des Vaîtes, de Palente et de Clairs Soleils depuis deux ans.

C’est donc l’incompréhension du côté des organisations qui ne comprennent pas qu’Anne Vignot "assume vouloir détruire 11,55 hectares de cet espace traversé par une multitude d’usages, habité par de multiples êtres vivants, cultivé et aimé par de nombreux Bisontin·es, pour un projet obsolète pensé il y a plus de 20 ans", précisent-elles en condamnant la "bétonisation" de la ville.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Dans le Doubs, 7.000 chevreuils bientôt abattus ?

Le préfet du Doubs, par arrêté annuel, conformément aux dispositions prévues par l’article L425-8 du code de l’environnement, a fixé le nombre minimal et le nombre maximal de chevreuils à "prélever" par territoire en prenant compte des "dégâts causés par cette espèce", selon une information du 24 avril 2024. Ainsi, 7.000 chevreuils ”maximum” pourront être tués dans le département pour la saison 2024-2025. Le public peut donner son avis sur cet arrêté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.23
couvert
le 20/05 à 0h00
Vent
1.35 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
94 %