Lure: 400 manifestants pour sauver une prison menacée de s’écrouler

Publié le 22/11/2014 - 20:04
Mis à jour le 16/04/2019 - 10:55

Environ 400 personnes, selon les gendarmes, ont manifesté à Lure (Haute-Saône) pour exiger le maintien de la maison d'arrêt de la ville, fermée pour risque d'effondrement, et protester contre la suppression des services publics.

PUBLICITÉ
Le ministère de la Justice a annoncé en octobre la fermeture définitive de la maison d’arrêt de Lure (Haute-Saône) en raison des risques.
A l’appel du Comité de vigilance pour le maintien des services publics de proximité de Lure, les manifestants ont défilé au centre-ville en partant de la maison d’arrêt jusqu’à la sous-préfecture, où une délégation a été reçue.
Vendredi, une trentaine de membres du comité avaient retenu symboliquement deux trains Intercités Paris-Belfort pendant près de 15 minutes en gare de Lure pour les mêmes raisons.
« Depuis une vingtaine d’années, le secteur de Lure a perdu une quinzaine de services publics ou de services aux publics comme sa maternité, son tribunal de grande instance ou son commissariat », a déclaré le président du comité, Michel Antony.
De nombreux élus locaux, de gauche comme de droite, ont pris part à la manifestation.
Le sénateur-maire de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), Michel Raison (UMP), a écrit à la ministre de la Justice Christiane Taubira pour lui demander de « prendre la bonne décision qui est celle du maintien de la maison d’arrêt de Lure ».

Des fissures sur le bâtiment

Le rapport technique ayant entraîné la fermeture de la prison « ne prévoit aucun chiffrage alors qu’il aurait été opportun de calculer le coût de la remise en état de la maison d’arrêt et le coût qu’implique son abandon ainsi que la remise en état du sol », a-t-il regretté.
Pendant l’été 2013, des fissures sont apparues sur la structure du bâtiment, qui accueille des prévenus et des condamnés depuis 1860. Les étudescommandées par le ministère de la Justice ont révélé un sol instable et un affaissement de terrain sous une partie de l’établissement.
En avril, les 56 détenus et 32 personnels de la maison d’arrêt avaient été provisoirement évacués pour raisons de sécurité.
Des expertises complémentaires confirmant que le bâtiment était sérieusement touché au niveau de ses fondations a entraîné sa fermeture définitive. Le démolir puis le reconstruire serait trop coûteux, selon la direction interrégionale des services pénitentiaires Est-Strasbourg.
(Source AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le suspect n°1 dans la disparition de Narumi Kurozaki interrogé ce mercredi au Chili

Nicolas Zepeda-Contreras, l'ex-petit ami de Narumi Kurozaki, portée disparue depuis décembre 2016, est interrogé ce mercredi 17 avril 2019 à Santiago du Chili. Une délégation bisontine a été envoyée dès lundi au Chili dans le but de préparer cet interrogatoire particulièrement attendu pour l'enquête.

Notre Dame de Paris, défigurée mais encore debout, sera « rebâtie » promet Macron

Ravagée ce lundi 16 avril 2019 par un incendie, apparemment accidentel, Notre-Dame de Paris a été défigurée mais ne s'est pas totalement effondrée grâce à l'intervention des pompiers qui sont parvenus à maîtriser les flammes et sauver la structure de l'édifice, qu'Emmanuel Macron a promis de "rebâtir". Une souscription nationale va d'ailleurs être lancée, a confirmé Emmanuel Macron, pour aider à une reconstruction qui s'annonce longue et difficile.

Affaire Narumi : le suspect entendu au Chili cette semaine par les enquêteurs bisontins

Une délégation de magistrats et de policiers français est attendue au Chili lundi 15 avril 2019 afin de participer en milieu de semaine à l'audition du suspect dans la disparition de Narumi Kurosaki, une étudiante japonaise à Besançon en décembre 2016, a-t-on appris dimanche  de source proche du dossier.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 13.75
ciel dégagé
le 20/04 à 21h00
Vent
2.49 m/s
Pression
1022.316 hPa
Humidité
78 %

Sondage