La Bourgogne Franche-Comté a gagné 18 400 établissements en 5 ans

Publié le 29/05/2015 - 12:15
Mis à jour le 23/04/2019 - 17:14

Création, cessation, reprise, transfert... Les zones d'emploi connaissent un bouillonnement permanent et une variation constante du nombre de leurs entreprises. Un tiers des établissements de Bourgogne Franche-Comté se renouvellerait chaque année selon une récente étude de l'Insee.

capture_decran_2014-04-07_a_17.15.42.jpg
image d'illustration ©photl.com

Entre 2008 et 2013

PUBLICITÉ

Les mouvements d’entrées et de sorties concerneraient chaque année un tiers d’établissements dans nos deux régions. « Ils sont plus fréquents dans le tertiaire du fait de ses entreprises de petite ou moyenne taille et de leur investissement de départ peu élevé », explique Stéphane Adrover, chargé de l’étude à l’Insee.

Les données fournies par l’Institut statistique concernent la période 2008-2013. Premier constat marquant : dans toutes les zones d’emploi, les entrées sont plus nombreuses que les sorties, ce qui augmente le nombre d’établissements.

Cinq zones ressortent plus particulièrement : il s’agit de Sens, Besançon, Belfort-Montbéliard, Héricourt, Dole et Dijon « où le renouvellement du tissu productif annuel est près de 38%. » À l’opposé, le Morvan et les zones de Morteau et Saint-Claude, plus industrielles, ont des taux de renouvellement plus faibles.

Pas plus de 200 emplois par an
après le solde des entrées et des sorties

Au total, 26 100 établissements ont été créés, repris ou ont déménagé durant la période concernée, permettant de créer 30.300 emplois par an en Bourgogne-Franche-Comté. « En parallèle, 30.100 emplois ont été détruits en raison de cessation ou de transferts détablissements. » Ce qui fait gagner 200 emplois par an. Une évolution très faible sur le volume d’emplois total des deux régions.

Il y aurait en moyenne six créations pour cinq cessations. « Pour 100 établissements existants, 19 entrent et 16 sortent chaque année du marché », résume Stéphane Adrover. L’autre caractéristique notable concerne les « établissements pérennes » (présents en 2008 et qui figurent toujours dans le panel cinq ans plus tard). Pour ceux là, les effectifs salariés se sont resserrés avec moins 4500 emplois en moyenne par an. Une baisse qui pèse fortement sur les zones de Cosne-Clamecy, Saint-Claude et Le Creusot-Montceau.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le mois de mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert Beaux-Arts au centre-ville de Besançon. La case de Sophie propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Soyez prêts à la rentrée avec IKEA Dijon exceptionnellement ouvert le 15 août

Soyez prêts à la rentrée avec IKEA Dijon exceptionnellement ouvert le 15 août

publi-info • Fin août approche. C’est le moment où jamais de vous demander si vous êtes prêts pour la rentrée, qu’il s’agisse d’aménager la chambre du dernier qui rentre au CP ou d’aider la plus grande qui prend un appartement. Alors, pour être certain de ne rien oublier, IKEA Dijon vous ouvre exceptionnellement ses portes le 15 août 2019, de 10 à 19 heures.

Sécheresse : la série noire continue pour les agriculteurs

Sécheresse : la série noire continue pour les agriculteurs

Après l’année noire de 2018, les agriculteurs de Franche-Comté subissent une nouvelle fois les aléas météo. L’année 2019 a été marquée par le froid de mai et la canicule de juin. Un nouveau coup de massue pour les exploitants, qui pourraient ne pas résister à une troisième année consécutive dans ces conditions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.09
ciel dégagé
le 21/08 à 12h00
Vent
4.61 m/s
Pression
1025.06 hPa
Humidité
43 %

Sondage