La Montbéliarde, "une laitière durable"… mais pas que !

Publié le 12/09/2014 - 14:14
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:41

La Montbéliarde n'est pas que la deuxième race laitière en France avec 700.000 vaches en production, mais c'est aussi une race "mixte" aujourd'hui reconnue pour sa viande.

Mcdonaldsracemonbliarde001.JPG
Anaël Cassard (promotion de la race montbéliarde) et Louis Blanc, franchisé du restaurant d'école Valentin

Réputée pour son lait, la Montbéliarde représente également 5 à 7 % de la filière de viande bovine en France. A l'occasion du lancement du burger "Le Montbéliard" chez MacDonald's la semaine prochaine, Anaël Cassard en charge de la promotion de la race, revient sur les qualités bouchères de la race

"93% des vaches élevées en Franche-Comté sont des Montbéliardes. C'est la première race laitière en France qui sert à la fabrication du morbier, Comté, Mont d'Or voire un peu plus loin l'Époisses, le Bleu de Bresse voire le Saint-Nectaire ! Reconnue pour son lait, c'est une vache qui, grâce à une santé de fer, réalise des carrières longues. La montbéliarde, c'est la laitière durable en France. Mais la race, qui a été officiellement reconnue en 1889, a aussi la faculté de produire de la viande.  En 2013, 280.000 animaux ont été abattus, fournissant 70.000 tonnes de viande à la filière.

 Au 19e siècle, les éleveurs de la petite région de Montbéliard qui l'ont conçue et qui étaient les premiers sélectionneurs recherchaient des animaux avec des caractéristiques mixtes : le lait, la viande, mais aussi pour le travail avec des bœufs attelés. Ces aptitudes ont été maintenues depuis et les Montbéliardes sont aujourd'hui appréciées des éleveurs qui peuvent valoriser les réformes, mais aussi les veaux et produire des taurillons sur les exploitations.

 "La viande représente 10 à 25% du chiffre d'affaires d'une exploitation"

Tout ceci participe à l'amélioration du  revenu des éleveurs. Les produits viande dans leur ensemble représentent de 10 à 25 % du chiffre d'affaires d'une exploitation à l'heure actuelle. 

Pour nous, la viande Montbéliarde répond aux exigences du marché, car le poids des carcasses est adapté à la filière, la taille des morceaux s'adapte aux nouveaux modes de conditionnements en barquette par exemple et le rapport entre les avants t arrière et bien équilibré. Sans oublier le prix, un peu moins onéreux que de la viande de race spécialisée.

L'action commerciale chez MacDo nous permet de réaffirmer les qualités et les valeurs de la race montbéliarde"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Jura : des mesures exceptionnelles pour les entreprises

Afin de tenir compte du contexte sanitaire actuel et des mesures récemment prises par le Gouvernement, notamment le passage du département du Jura en zone d’urgence sanitaire avec couvre-feu, l’Urssaf Franche-Comté met en place des mesures exceptionnelles pour accompagner les entreprises et les travailleurs indépendants concernés, apprend-on ce 23 octobre 2020.

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

L’opticien Atol s’installe pour la première fois dans le Grand Besançon !

PUBLI-INFO • Depuis mercredi 7 octobre 2020, un nouvel opticien s'est installé sur la zone commerciale Valentin sur une surface de 180 m2 : il s'agit d'Atol, mon opticien. Cette enseigne n'existait pas encore dans le Grand Besançon. Bertrand Andriot et son équipe vous accueillent et vous conseillent pour habiller vos yeux selon vos besoins et vos envies.

« France Relance » : quelles sont les premières entreprises retenues en Bourgogne-Franche-Comté ?

30 projets d'investissement productif • En visite ce jeudi 15 octobre 2020 à Dijon dans le cadre  du déploiement de "France Relance", Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance a salué les 30 premières entreprises de Bourgogne-Franche-Comté  lauréates du "Fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires". Les 30 projets représentent 20 millions d’euros de subventions d’État pour un total de 115 millions d’euros d’investissements dans la région.

L’aménagement des échéances fiscales et sociales pour les entreprises affectées par la crise sanitaire

Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes Publics, et Alain Griset, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, ont échangé mardi 13 octobre 2020 avec les acteurs économiques sur les différents dispositifs de soutien aux entreprises, notamment en matière d’échéances fiscales et sociales.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.67
pluie modérée
le 26/10 à 3h00
Vent
2.19 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
98 %

Sondage