La population de loups continue à progresser en France

Publié le 10/06/2020 - 18:42
Mis à jour le 10/06/2020 - 18:43

La population de loups continue à progresser en France, mais plus lentement informe l’office français de la biodiversité (OFB). C’est une espèce protégée en France et en Europe. Elle n’est présente en meute que dans le Jura et les Alpes. Des syndicats d’éleveurs dénoncent toujours les attaques et des retards de paiement pour le financement par l’État de moyen de protection.

loup image d'archive du 14 octobre 2018 © loup jura fédération des chasseurs du jura ©
loup image d'archive du 14 octobre 2018 © loup jura fédération des chasseurs du jura ©

La population de loups gris en France est estimée à 580 loups adultes, contre 530 un an plus tôt, mais le rythme de progression de cette espèce menacée a ralenti comparé à 2019. "L’estimation des effectifs est à 580 au sortir de l’hiver", a indiqué l’office français de la biodiversité (OFB) à l’AFP. Mais "la dynamique de progression de la population ralentit" avec "un taux de survie qui baisse", les raisons devant encore être étudiées.

Il y a un an, la population adulte avait progressé de 100 individus, passant le cap des 500. Le plan loup adopté en 2018 prévoyait que ce seuil ne serait atteint qu’en 2023. Il correspond à l’aptitude d’une population à moyen terme (100 ans) "à résister au risque d’extinction".

"Il n’y a toujours pas de meutes constituées en dehors des Alpes et du Jura", même si le loup peut être présent de façon permanente dans d’autres régions et que des individus solitaires ont pu être observés jusqu’au Centre ou en Normandie, selon l’OFB.

Ces carnivores, éradiqués par l’homme dans les années 1930 et revenus naturellement par l’Italie dans les années 1990, se concentrent dans les Alpes, le Sud-Est et l’Est.

Des loups en meute dans le Jura

La présence de plus en plus importante du prédateur est combattue par les éleveurs qui dénoncent les attaques contre leurs troupeaux. Dans un communiqué commun, huit fédérations agricoles et d’éleveurs, dont la FNSEA, critiquent des "attaques à répétition (…) les retards de paiements observés pour le financement des moyens de protection et les indemnisations des dommages".

En 2019, 3 742 attaques ont eu lieu contre 12 451 animaux, en majorité des ovins, selon les chiffres officiels. Plus de 7,4 millions d’ovins sont présents en France, avec plus de 21 000 éleveurs ovins professionnels, selon la fédération nationale ovine (FNO).

L’État finance des dispositifs de protection dans les zones de prédation (parcs électrifiés, chiens, gardiennage par des bergers). Bien que le loup gris soit une espèce protégée en France et en Europe, un quota est fixé chaque année autorisant à en tuer. Ce quota est actuellement de 17 à 19 % de la population estimée. En 2019, une centaine de loups ont été prélevés.

La FNSEA, les Jeunes agriculteurs ou encore la FNO demandent "le droit de n’avoir aucun plafond de prélèvement" ou encore "le droit d’avoir zéro attaque sur son troupeau". Les défenseurs du loup estiment en revanche que ces prélèvements ou d’autres mesures d’effarouchement n’ont pas fait leurs preuves pour réduire les attaques contre les troupeaux. Le loup peut être victime de braconnage ou d’accidents de la route.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Enquête flore : tentez de repérer l’orchis mâle !

Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté et la Société botanique de Franche-Comté vous proposent de prendre part à la grande enquête participative autour des plantes printanières régionales, avec plus de 20 espèces ciblées, et un zoom régulier chaque semaine sur l'une de ces espèces... Ce week-end, zoom l'orchis mâle !

Haute-Saône : interdiction de brûler ses déchets verts à l’air libre

La Préfecture a installé le vendredi 2 avril 2021 une sous- commission de la commission consultative départementale de sécurité et d'accessibilité (CCDSA), dédiée au risque incendie en forêt et dans les espaces naturels. Elle précise qu'il est désormais interdit de brûler à l'air libre ses déchets verts. Voici quelques solutions alternatives..

Enquête flore : tentez de repérer la cardamine des prés !

Le Conservatoire botanique national de Franche-Comté et la Société botanique de Franche-Comté vous proposent de prendre part à la grande enquête participative autour des plantes printanières régionales, avec plus de 20 espèces ciblées, et un zoom régulier chaque semaine sur l'une de ces espèces... Ce week-end, zoom sur la cardamine des prés !

Réchauffement climatique en Bourgogne Franche-Comté : l’Ademe accompagne les territoires

Selon une publication récente d'Alterre Bourgogne Franche-Comté, le changement climatique est une réalité dans notre région et les estimations sur ces 70 prochaines années sont loin d'être réjouissantes. Afin d'accompagner les territoires engager dans l'adaptation aux conséquences des changements climatiques, l’Agence de la transition écologique (ADEME), établissement public sous la tutelle conjointe du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation porte de nombreux projets.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.86
légère pluie
le 19/04 à 12h00
Vent
2.9 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
42 %

Sondage