Le CHU de Dijon dément avoir laissé mourir de faim une patiente de 77 ans

Publié le 09/11/2022 - 08:45
Mis à jour le 09/11/2022 - 08:58

 © CHU Dijon © google street view
© CHU Dijon © google street view

Accusé par la famille de la patiente, d’avoir laissé mourir de faim une femme de 77 ans en août 2022, le centre hospitalier admet qu’elle a été maintenue ? jeun "plusieurs jours successifs" mais assure qu’elle a reçu des repas.

Hospitalisée pour une simple fracture du fémur, son opération a cependant été reportée à plusieurs reprises. Comme elle devait être effectuée à jeun, un panneau était apposé sur sa porte pour signaler qu'elle devait être à jeun. Selon la plainte de la famille, la femme de 77 ans aurait ainsi été laissée le ventre vide pendant plusieurs jours dans sa chambre d'hôpital. Souffrant de malnutrition, elle serait tombée dans le coma avant de décéder, le 31 août dernier.

Le centre hospitalier universitaire (CHU) de Dijon s’est toutefois défendu, mardi 8 novembre, d'avoir laissé mourir de faim la patiente. L'affaire, révélée par la presse bourguignonne, a suscité un vif émoi au sein du CHU, qui s'est dit "pleinement conscient de l'émotion" suscitée.

Une autopsie a été ordonnée par le parquet

Le parquet de Dijon a confirmé l'ouverture d'une enquête préliminaire pour homicide volontaire à la suite de la plainte et le CHU a indiqué qu'une autopsie avait été ordonnée par le parquet. Les résultats ne sont pas encore connus. L'opération de la patiente a bien subi "plusieurs reports", a reconnu lors d'une conférence de presse Emmanuel Baulot, chef du service chirurgie orthopédique et traumatologique pour adultes du CHU.

La septuagénaire a bien été maintenue à jeun "plusieurs jours successifs" mais "sous surveillance" et, après chaque report, elle "a eu des repas", a-t-il cependant assuré, précisant que cela était consigné dans son dossier. Sans vouloir se prononcer sur l'enquête en cours, Emmanuel Baulot a indiqué que la malade avait plusieurs comorbidités, admettant cependant que les reports répétés de son opération avaient détérioré son état de santé.

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Vandalisme des statues d’Ousmane Sow à Besançon : la Ville de Besançon appelle à une union face au racisme

Ce mercredi matin, deux jours après la dégradation de la statue de Victor Hugo, la Ville de Besançon a découvert stupéfaite que « L'homme et l'enfant », statue de l’artiste Ousmane Sow située au monument aux morts des Glacis, a également été recouverte de peinture blanche sur les mains et le visage.

Besançon : une autre statue d’Ousmane Sow, " L’homme et l’enfant " vandalisée cette nuit

Après la dégradation volontaire de la statue Victor Hugo située sur l'esplanade des Droits de l'Homme à Besançon dans la nuit du 20 au 21 novembre 2022, la seconde statue d'Ousmane Sow, située au parc des Glacis, à côté du monument aux morts, a été vandalisée dans la nuit du 22 au 23 novembre. 

" White power ", la signature des actes de vandalisme des statues d’Ousmane Sow à Besançon

Des photos retrouvées sur les réseaux sociaux prouvent que l’acte de vandalisme perpétré sur la statue de Victor Hugo par Ousmane Sow dans la nuit du 20 au 21 novembre, sont revendiqués par les néonazis… une fois de plus dans la ville de Besançon. Nous avons également appris ce mercredi qu’une autre statue d’Ousmane Sow au parc des Glacis a elle aussi été vandalisé dans la nuit du 22 au 23 novembre.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.04
légère pluie
le 29/11 à 3h00
Vent
0.81 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
98 %