Le Franc-Comtois Yunes-Sébastien V.-Z confie être "une des causes" de l'attentat de Yassin Salhi

Publié le 01/07/2015 - 08:10
Mis à jour le 01/07/2015 - 08:28

Yunes-Sébastien V.-Z., le jihadiste franc-comtois à qui l’auteur de l’attentat en Isère Yassin Salhi a envoyé vendredi son selfie macabre, a confié qu’il était "une des causes" de cet attentat, selon les confidences rapportées par sa mère à Europe 1.

V.-Z, un technicien de 30 ans originaire de Haute-Saône, se trouve actuellement en Syrie, près de Raqa, où il combat dans les rangs de l’organisation État islamique (EI). Il y est parti en novembre 2014, avec sa femme et sa petite fille.

Vendredi soir 26 juillet 2015, quelques heures après l’attentat en Isère, "j’ai écrit un message à mon fils par WhatsApp", pour lui parler de ce qui s’était passé, a raconté sa mère dans une interview exclusive à Europe 1, diffusée mercredi 1 juillet 2015. "Oui je sais, c’est un bon frère à moi", lui a répondu Yunes-Sébastien, à propos de Salhi.

"Dans le message, il me met: «Je suis une des causes dans ce qu’il a fait»", a ajouté le jihadiste, selon sa mère, dont le nom n’a pas été dévoilé par Europe 1. "Je ne peux pas vous dire si c’est lui qui a commandité", a ajouté la mère.

C’est également par WhatsApp que Yassin Salhi aurait envoyé vendredi à Yunes-Sébastien une photo où il posait à côté de la tête de sa victime, selon les premiers éléments de l’enquête.

Quatre jours après l’assassinat de son patron et l’attaque d’un site gazier en Isère, Yassin Salhi a été mis en examen mardi soir dans une enquête qui s’oriente bien vers un acte terroriste islamiste, bien que le suspect réfute cette dimension.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Incendie à la fourrière municipale en 2019 : 7 personnes mises en examen dont une toujours en fuite

Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a convié la presse ce mardi 14 septembre afin de faire le point sur l'affaire de l'incendie volontaire commis au préjudice de la fourrière municipale de Besançon le 31 décembre 2019. Il a annoncé que l'enquête était close et qu'il avait requis le renvoi devant la justice de sept suspects.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.49
ciel dégagé
le 17/09 à 12h00
Vent
1.67 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
86 %

Sondage