Librairie Siloë-Chevassu : Pierre Chevassu tourne la page…

Publié le 01/07/2016 - 10:45
Mis à jour le 07/07/2016 - 17:50

J'ai souvent eu le plaisir de rencontrer Pierre Chevassu. Professionnellement, dès qu'il s'agissait d'un reportage lié aux livres, à l'édition ou à la librairie, il était un interlocuteur tout indiqué. Quand il s'agissait de faits religieux aussi. Et bien sûr quand il s'agissait de la parution d'un livre religieux, encore plus. Toujours disponible dans sa librairie Siloë-Chevassu de la Grande Rue à Besançon. Lecteur, je le rencontrais aussi; je questionnais souvent ce libraire, au visage empreint d'une tranquille bienveillance, à propos de tel ou tel livre, spécifique; il était alors patient, attentif, disponible. Bisontin, je le croisais, de temps à autre, surtout certains matins, devant un café, attablé dans une brasserie de la place Granvelle. Nous partagions alors ce moment, discutant de choses et d'autres, souvent bien sûr de littérature ou de l'actualité.

Entretien exclusif

PUBLICITÉ

C’est dans un autre café du haut de la Grande Rue que je l’ai croisé dernièrement, un matin, tôt. C’est là qu’il m’a informé de son départ prochain en retraite, le premier juillet. Et pourtant cette date n’a rien de symbolique, non rien, explique-t-il :

  • « La date du premier juillet n’a rien de symbolique, mais j’arrive dans ma 65e année et lorsque je suis allé au guichet du RSI, organisme qui gère les retraites des commerçants, le guichetier m’a demandé la date à laquelle je prendrai ma retraite. J’ai trouvé que le 1er juillet serait plus joyeux qu’un 31 octobre! »

C’est aussi ce matin-là, autour d’un café, vers la place Victor Hugo, qu’il m’indiqua que la librairie, ouverte en 1966, était mise en vente depuis décembre 2015:   « Ça fait 37 ans que  je suis à la tête de celle-ci (1979), j’y suis rentré le 1er décembre 1972 ! »

 Et lorsqu’il lui est demandé d’évoquer parmi les moments forts dans la vie de cette librairie celui qui l’a le plus marqué, Pierre Chevassu en retient un  tout particulièrement:  

  • « Lorsque vous êtes en contact avec la clientèle, ces moments plus ou moins forts, se produisent  presque d’une façon journalière, mais, la période la plus intense s’est déroulée il y a quatre ans, lorsque j’ai lancé avec l’aide de Siloë, l’Opération « Panda« . À l’époque, deux pandas arrivaient de Chine, avec une mobilisation humaine, technique et financière extraordinaire, et nous avions posé la question à l’époque : une librairie vaut-elle moins qu’un panda ? Et ce qui a été extraordinaire, ce fût la mobilisation de nos clients bien sûr, mais aussi de personnes d’à travers toute la France. L’annonce de cette opération avait été faite dans le journal La Croix, relayée par les radios et télévisions, jusqu’à un article dans le journal Le Monde. Toutes ces personnes, qui ont répondu à cet appel, ont permis à la librairie de poursuivre son activité. Elles nous ont permis d’être toujours là pour accueillir et conseiller nos clients en recherche dans cette librairie, semblable à une autre, mais aussi différente avec sa dimension religieuse.  Cela fait 44 ans que j’y travaille et ces dix dernières années ont été particulièrement éprouvantes de point de vue commercial, familial et de santé. J’ai besoin de penser à autre chose. Je suis habité d’une foule de projets. Je ne serai pas inactif dans cette nouvelle vie. »

Une nouvelle vie qui débutera donc lorsque Pierre Chevassu aura assuré l’avenir de la librairie, et de son personnel. Pour le faire, il interpelle le monde des libraires. Une annonce paraîtra bientôt dans Livre Hebdo:

  • « Mon travail aujourd’hui, c’est la transmission de la librairie Siloë-Chevassu. Je suis dans une démarche pour transmettre celle-ci dans sa spécificité de librairie générale, avec le rayon religieux, des religions, le plus important de la région. Je serais très heureux de transmettre ainsi. La période n’est pas la plus propice pour trouver un repreneur, mais je ne désespère pas. À un certain moment, il faudra faire des choix.. ». 

Propos recueillis par Albert Ziri

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

ziri

Dire, quoi dire et comment le dire ? Telle est la question

Dire, quoi dire et comment le dire ? Telle est la question

Nous en convenons tous, ou la plupart d'entre nous, "un président" en exercice "ne devrait pas dire ça" et sûrement pas comme ça. Cette obligation de rigueur n'est pas, et ne doit pas être, seulement celle d'un président en exercice. Elle doit s'étendre à tout un chacun, et bien sûr aussi à un ex-président qui envisage de l'être à nouveau...

Comme un moment de grâce…

Comme un moment de grâce…

Quelque part, un coin de France, un bout de plage, une douce fin d'après-midi d'été. Une ambiance estivale, calme, mêlant des âges, des conditions toutes différentes, mais vivant chacune et chacun ce moment à sa convenance.

Fusion Bourgogne + Franche-Comté : ce qui se défait…

Fusion Bourgogne + Franche-Comté : ce qui se défait…

Perceptions d’incertitudes et d’inquiétudes provenaient de la fonction publique territoriale et d’État. Exprimées d’abord mezzo voce, elles ont fini par se faire entendre et se frayer un chemin. Mais le secteur privé n’échappe pas au malaise. On y voit déjà se profiler les premières suppressions de postes via un plan de sauvegarde de l’emploi pour réduire les effectifs.  Un OPCA (organisme paritaire collecteur agréé par l’État pour collecter par secteur les contributions des entreprises pour la formation), sous la responsabilité d’un syndicat patronal, se trouve dans l’obligation de réduire la voilure.

Fusion Bourgogne Franche-Comté : ce qui fâche (opus 2)

Fusion Bourgogne Franche-Comté : ce qui fâche (opus 2)

La mode est aux Séries. La fusion Bourgogne + Franche-Comté en mériterait peut-être une. Le papier précédent "tendez l'oreille, les inquiétudes s'entendent…" aurait été alors baptisé Opus 1, faisant figure de premier épisode. Hé oui, il y en aura d’autres, tant cette fusion pose, pour l’heure plus de questions, légitimes, que ne sont proposées, pour l’instant, de solutions équitables – le départ du centre de tri postal de Besançon pour Dijon en est une preuve flagrante. Pourtant, il faudra faire "avec " et cet "avec " concerne toute la société comtoise Certains Bourguignons, ceux susceptibles, m’en voudront d’insister là où le bât blesse. Tant pis !

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.37
pluie modérée
le 21/10 à 0h00
Vent
1.81 m/s
Pression
1011.25 hPa
Humidité
98 %

Sondage