Municipales à Besançon : le coup d'accélérateur d'Yves-Michel Dahoui

Publié le 03/06/2016 - 09:17
Mis à jour le 12/06/2016 - 19:02

En politique, le moment choisi d’une déclaration, d’une prise de position ou de l’annonce d’une candidature, ne doit généralement rien au hasard. Il doit être, pour celui qui la prépare depuis longtemps, un marqueur pour la suite de son action.

1-dahoui_fousseret1.jpg
Albert Ziri ©Damien - Yves-Michel Dahoui ©Alexane Alfaro

Le regard d’Albert

PUBLICITÉ

C’est ce que vient de faire Yves-Michel Dahoui en faisant part de ce qu’il appelle « son message d’amour à sa ville, Besançon » et de son « envie » de succéder à Jean-Louis Fousseret comme maire de cette ville,  et potentiellement également à la tête de l’Agglomération.  Il a pris tout le monde de court.

« C’est juste une déclaration d’intention« . Il insiste sur ce mot. Elle devra être validée, précise-t-il, par les instances de sa formation politique, le Parti socialiste. Sa seule ambition dit-il, « servir la ville et ses habitants, comme je le fais depuis longtemps.

  • « J’ai creusé mon sillon ici, et c’est tout naturellement que, oui, je peux envisager de conduire un projet collectif, celui d’une équipe composée de personnes capables de porter une politique« . Et il ajoute : « Je vais rester loyal à mon parti et à ses statuts comme j’ai toujours été loyal vis-à-vis de Jean-Louis Fousseret. Et oui, je ne ferai qu’un mandat, comme le suggérait déjà la commission Mauroy (à l’époque, il s’agissait du mandat présidentiel unique pour que l’élu donne le meilleur de lui-même). Là encore, je reste fidèle à une ligne de conduite« .

 Y-M Dahoui : « Non, je ne pars pas trop tôt »

 Au-delà de sa personne, il souhaiterait, le temps de son mandat, promouvoir une nouvelle génération en politique. Et surtout, le plus important, « garder cette ville, gérée par la gauche, qui sait séduire les centristes« . Lors de l’entretien, il note les attaques dont il est l’objet ces derniers jours de la part de la droite et se garde de critiquer à gauche.

« Et non, je ne pars pas trop tôt comme certains semblent me le reprocher« . C’est qu’avec la  présidentielle et les législatives qui suivront, pense-t-il, l’agenda politique 2017 sera bien rempli, et les résultats de ces élections rebattront les cartes.

Ces derniers propos peuvent être repris par Éric Alauzet : il avait évoqué en juin 2015  l’hypothèse de sa candidature à l’élection municipale. Depuis, le député écologiste a toujours répondu aux questions posées à ce sujet  « qu’il ne l’excluait pas » sans rien confirmer, pour autant« . Et il insiste : à  la différence d’Yves-Michel Dahoui qui a émis sa candidature en prenant l’initiative ». Encore député EELV, Eric Alauzet ne siège plus avec les Verts, mais dorénavant dans le groupe SER (Socialistes, Ecologistes et Républicains) à l’Assemblée nationale. C’est dire si ces relations avec ses ex-camarades Verts sont tendues, qui plus est dans le contexte national du moment. Et c’est sans compter l’opposition qu’il pourrait rencontrer de la part de certains socialistes aux ambitions municipales non encore déclarées.

Et qu’en pense donc Jean-Louis Fousseret ?

Yves-Michel Dahoui  l’aurait informé de sa démarche sans chercher à se prévaloir d’un soutien de la part du maire en exercice.

Le maire de Besançon a été très clair devant les militants socialistes, samedi  dernier, en quatre points:

  • qu’il ne ferait connaître son choix qu’en 2019,
  • que celui qui aura l’honneur de porter les couleurs de la gauche le devra a son mérite,
  • qu’il attend de toute l’équipe municipale d’être entièrement au seul service des Bisontins,
  • et que jusqu’en mars 2020, le maire, c’est lui !

Une manière de prévenir qu’aucun candidat ne pourra prétendre à son soutien, ni s’imposer sans lui, d’ici là. 

Le coup d’accélérateur impulsé par Yves-Michel Dahoui, lui permet certes de prendre de vitesse Eric Alauzet et d’autres; reste à savoir s’il pourra soutenir l’allure, compte tenu de la météo politique, qui nous le savons, rend souvent la chaussée glissante.

  • Et vous qu’en pensez-vous ?

Albert Ziri 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre ont exprimé dans une tribune, diffusée samedi par le Journal du Dimanche, leur soutien à Emmanuel Macron, au moment où le parti de droite Les Républicains subit une crise profonde après sa déroute aux élections européennes. Parmi eux, on retrouve notamment le maire  "Agir" de Vesoul, Alain Chrétien.

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Le programme de la visite présidentielle • Le président de la République sera bien à Ornans ce  lundi 10 juin 2019  le jour même du bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet (10 juin 1819) pour l'inauguration de la nouvelle exposition "Yan Pei-Ming face à Courbet". Cette dernière fait partie des 15 en France ayant reçu cette année le label "Exposition d’intérêt national" du ministère de la Culture. Le Président de la République sera accompagné par Franck Riester, ministre de la Culture, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales.

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Dans le cadre du projet de loi Organisation du système de santé e, débat actuellement au Sénat, le PS Martial Bourquin a déposé des amendements visant à lutter contre les déserts médicaux et propose le conventionnement sélectif  ou "territorialisé" des médecins libéraux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.81
ciel dégagé
le 17/06 à 21h00
Vent
1.71 m/s
Pression
1017.02 hPa
Humidité
90 %

Sondage