Alerte Témoin

Municipales à Besançon : le coup d'accélérateur d'Yves-Michel Dahoui

Publié le 03/06/2016 - 09:17
Mis à jour le 12/06/2016 - 19:02

En politique, le moment choisi d’une déclaration, d’une prise de position ou de l’annonce d’une candidature, ne doit généralement rien au hasard. Il doit être, pour celui qui la prépare depuis longtemps, un marqueur pour la suite de son action.

1-dahoui_fousseret1.jpg
Albert Ziri ©Damien - Yves-Michel Dahoui ©Alexane Alfaro

Le regard d’Albert

C'est ce que vient de faire Yves-Michel Dahoui en faisant part de ce qu'il appelle "son message d'amour à sa ville, Besançon" et de son "envie" de succéder à Jean-Louis Fousseret comme maire de cette ville,  et potentiellement également à la tête de l'Agglomération.  Il a pris tout le monde de court.

"C'est juste une déclaration d'intention". Il insiste sur ce mot. Elle devra être validée, précise-t-il, par les instances de sa formation politique, le Parti socialiste. Sa seule ambition dit-il, "servir la ville et ses habitants, comme je le fais depuis longtemps.

  • "J'ai creusé mon sillon ici, et c'est tout naturellement que, oui, je peux envisager de conduire un projet collectif, celui d'une équipe composée de personnes capables de porter une politique". Et il ajoute : "Je vais rester loyal à mon parti et à ses statuts comme j'ai toujours été loyal vis-à-vis de Jean-Louis Fousseret. Et oui, je ne ferai qu'un mandat, comme le suggérait déjà la commission Mauroy (à l'époque, il s'agissait du mandat présidentiel unique pour que l'élu donne le meilleur de lui-même). Là encore, je reste fidèle à une ligne de conduite".

 Y-M Dahoui : "Non, je ne pars pas trop tôt"

 Au-delà de sa personne, il souhaiterait, le temps de son mandat, promouvoir une nouvelle génération en politique. Et surtout, le plus important, "garder cette ville, gérée par la gauche, qui sait séduire les centristes". Lors de l'entretien, il note les attaques dont il est l'objet ces derniers jours de la part de la droite et se garde de critiquer à gauche.

"Et non, je ne pars pas trop tôt comme certains semblent me le reprocher". C'est qu'avec la  présidentielle et les législatives qui suivront, pense-t-il, l'agenda politique 2017 sera bien rempli, et les résultats de ces élections rebattront les cartes.

Ces derniers propos peuvent être repris par Éric Alauzet : il avait évoqué en juin 2015  l'hypothèse de sa candidature à l'élection municipale. Depuis, le député écologiste a toujours répondu aux questions posées à ce sujet  "qu'il ne l'excluait pas" sans rien confirmer, pour autant". Et il insiste : à  la différence d'Yves-Michel Dahoui qui a émis sa candidature en prenant l'initiative". Encore député EELV, Eric Alauzet ne siège plus avec les Verts, mais dorénavant dans le groupe SER (Socialistes, Ecologistes et Républicains) à l'Assemblée nationale. C'est dire si ces relations avec ses ex-camarades Verts sont tendues, qui plus est dans le contexte national du moment. Et c'est sans compter l'opposition qu'il pourrait rencontrer de la part de certains socialistes aux ambitions municipales non encore déclarées.

Et qu’en pense donc Jean-Louis Fousseret ?

Yves-Michel Dahoui  l'aurait informé de sa démarche sans chercher à se prévaloir d'un soutien de la part du maire en exercice.

Le maire de Besançon a été très clair devant les militants socialistes, samedi  dernier, en quatre points:

  • qu'il ne ferait connaître son choix qu’en 2019,
  • que celui qui aura l'honneur de porter les couleurs de la gauche le devra a son mérite,
  • qu'il attend de toute l'équipe municipale d'être entièrement au seul service des Bisontins,
  • et que jusqu'en mars 2020, le maire, c'est lui !

Une manière de prévenir qu’aucun candidat ne pourra prétendre à son soutien, ni s’imposer sans lui, d’ici là. 

Le coup d'accélérateur impulsé par Yves-Michel Dahoui, lui permet certes de prendre de vitesse Eric Alauzet et d'autres; reste à savoir s'il pourra soutenir l'allure, compte tenu de la météo politique, qui nous le savons, rend souvent la chaussée glissante.

  • Et vous qu’en pensez-vous ?

Albert Ziri 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

ziri

Dire, quoi dire et comment le dire ? Telle est la question

Nous en convenons tous, ou la plupart d'entre nous, "un président" en exercice "ne devrait pas dire ça" et sûrement pas comme ça. Cette obligation de rigueur n'est pas, et ne doit pas être, seulement celle d'un président en exercice. Elle doit s'étendre à tout un chacun, et bien sûr aussi à un ex-président qui envisage de l'être à nouveau...

Comme un moment de grâce…

Quelque part, un coin de France, un bout de plage, une douce fin d'après-midi d'été. Une ambiance estivale, calme, mêlant des âges, des conditions toutes différentes, mais vivant chacune et chacun ce moment à sa convenance.

Librairie Siloë-Chevassu : Pierre Chevassu tourne la page…

J'ai souvent eu le plaisir de rencontrer Pierre Chevassu. Professionnellement, dès qu'il s'agissait d'un reportage lié aux livres, à l'édition ou à la librairie, il était un interlocuteur tout indiqué. Quand il s'agissait de faits religieux aussi. Et bien sûr quand il s'agissait de la parution d'un livre religieux, encore plus. Toujours disponible dans sa librairie Siloë-Chevassu de la Grande Rue à Besançon. Lecteur, je le rencontrais aussi; je questionnais souvent ce libraire, au visage empreint d'une tranquille bienveillance, à propos de tel ou tel livre, spécifique; il était alors patient, attentif, disponible. Bisontin, je le croisais, de temps à autre, surtout certains matins, devant un café, attablé dans une brasserie de la place Granvelle. Nous partagions alors ce moment, discutant de choses et d'autres, souvent bien sûr de littérature ou de l'actualité.

Fusion Bourgogne + Franche-Comté : ce qui se défait…

Perceptions d’incertitudes et d’inquiétudes provenaient de la fonction publique territoriale et d’État. Exprimées d’abord mezzo voce, elles ont fini par se faire entendre et se frayer un chemin. Mais le secteur privé n’échappe pas au malaise. On y voit déjà se profiler les premières suppressions de postes via un plan de sauvegarde de l’emploi pour réduire les effectifs.  Un OPCA (organisme paritaire collecteur agréé par l’État pour collecter par secteur les contributions des entreprises pour la formation), sous la responsabilité d’un syndicat patronal, se trouve dans l’obligation de réduire la voilure.

Fusion Bourgogne Franche-Comté : ce qui fâche (opus 2)

La mode est aux Séries. La fusion Bourgogne + Franche-Comté en mériterait peut-être une. Le papier précédent "tendez l'oreille, les inquiétudes s'entendent…" aurait été alors baptisé Opus 1, faisant figure de premier épisode. Hé oui, il y en aura d’autres, tant cette fusion pose, pour l’heure plus de questions, légitimes, que ne sont proposées, pour l’instant, de solutions équitables – le départ du centre de tri postal de Besançon pour Dijon en est une preuve flagrante. Pourtant, il faudra faire "avec " et cet "avec " concerne toute la société comtoise Certains Bourguignons, ceux susceptibles, m’en voudront d’insister là où le bât blesse. Tant pis !

Politique

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Groupe d’Eric Alauzet au conseil municipal :  » On essaiera d’être les plus objectifs possible, on ne sera pas dans l’opposition systématique »

Trois heures avant le premier conseil municipal d'installation de la nouvelle maire de Besançon Anne Vignot ce vendredi 3 juillet 2020, Eric Alauzet a tenu une conférence de presse pour présenter son groupe politique au conseil, mais aussi pour énoncer cinq sujets que la maire devra "empoigner" dès ces prochains mois.

Jacques Grosperrin écrit à Anne Vignot

Le sénateur LR et colistier en position non éligible sur la liste "Besançon Maintenant !" de Ludovic Fagaut a écrit une lettre ouverte à la future maire de Besançon avant l'installation du nouveau conseil municipal. L'ancien chef de l'opposition sous l'ère de Jean-Louis Fousseret revient sur l'abstention et demande à Anne Vignot pragmatisme et rassemblement dans l'intérêt général.

Conseil municipal d’installation à Besançon : les modalités de participation du public

Le conseil municipal d’installation aura lieu le vendredi 3 juillet 2020 à 17 heures à la Chambre de commerce et d’Industrie du Doubs. Afin de respecter les consignes sanitaires en vigueur et au regard du nombre de conseillers municipaux, services, techniciens et journalistes, la participation du public sera limitée.

Remaniement, « après-Covid » : Macron répond à la presse régionale et reçoit les présidents des 3 assemblées

Emmanuel Macron accorde ce jeudi 2 juillet 2020, avant un remaniement annoncé comme imminent, une interview aux quotidiens régionaux à paraître vendredi, et reçoit à 17h30 les présidents des trois assemblées (Sénat, Assemblée nationale, Cese) qui lui remettront leurs recommandations, a annoncé l'Elysée. Ce seront les deux dernières étapes avant le remaniement prévu dans les jours qui viennent.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     8.18
    ciel dégagé
    le 07/07 à 3h00
    Vent
    1.64 m/s
    Pression
    1021 hPa
    Humidité
    97 %

    Sondage