Fusion Bourgogne Franche-Comté : ce qui fâche (opus 2)

Publié le 27/04/2016 - 10:20
Mis à jour le 01/05/2016 - 20:06

La mode est aux Séries. La fusion Bourgogne + Franche-Comté en mériterait peut-être une. Le papier précédent "tendez l'oreille, les inquiétudes s'entendent…" aurait été alors baptisé Opus 1, faisant figure de premier épisode. Hé oui, il y en aura d’autres, tant cette fusion pose, pour l’heure plus de questions, légitimes, que ne sont proposées, pour l’instant, de solutions équitables – le départ du centre de tri postal de Besançon pour Dijon en est une preuve flagrante. Pourtant, il faudra faire "avec " et cet "avec " concerne toute la société comtoise Certains Bourguignons, ceux susceptibles, m’en voudront d’insister là où le bât blesse. Tant pis !

regard_dalert_viso_.jpg
© dr

Le travail en site distant

PUBLICITÉ

Les inquiétudes venaient hier de la fonction territoriale. Les services de l’État, eux aussi, sont concernés. En témoignent les informations récoltées à propos de la fusion telle qu’elle est vécue par les fonctionnaires d’État. La nouvelle région est en effet pilote pour le TSD : le travail en site distant. Une évaluation en tirera les enseignements d’ici trois ans. Ce principe sera alors soit étendu à d’autres préfectures soit tout simplement abandonné.

Les premiers retours d’expérience, après quelques mois d’application, laissent deviner l’ampleur du chantier. À l’évidence à leur lecture apparaît clairement un écart de « vécu » entre les « agents » et la « hiérarchie ». Les premiers se montrant plus sévères que les seconds à propos de « la dégradation de la qualité du service rendu » qu’ils jugent de « légère » à « importante« …

Autre retour, si la TSD « aura évité la mobilité géographique pour 180 agents, elle produit des obligations et des déplacements plus fréquents ». Ces derniers entraînent pour les supérieurs hiérarchiques « une gêne importante« . C’est normal, ils sont souvent appelés à se déplacer, en moyenne 2,2 déplacements par semaine contre 1,2 pour les agents. Ces obligations nouvelles de déplacements sont donc loin de faire l’unanimité.

Pour les éviter il y aurait bien les visioconférences, mais voilà les retours d’exploitation sont moyens, voire mauvais, surtout en ce qui concerne la qualité des « visio » de  » poste à poste. Il faut aussi noter que l’équipement reste restreint… dix postes actuellement disponibles à Besançon, Préfecture du Doubs ! Tous réservés aux cadres, bien entendu.

Il apparaît aussi, et personne n’en sera surpris, que ce TSD, ce travail en site distant, pour l’instant « ouvert  » à 208 personnes sur plus de 1.468, concerne pour 64% des fonctionnaires de Besançon contre 36 % de Dijonnais… Ben voyons !

Ces remontées d’informations concernant la fonction publique d’État, après celle de la fonction territoriale, n’excluent pas les inquiétudes similaires dans d’autres secteurs et même parfois du privé. Nous y viendrons, malheureusement bientôt…

Et il ne s’agit pas là, comme certains le disent, facilement moqueurs, de  » bisbilles bien provinciales « , il s’agit d’emplois et de devenir pour beaucoup de foyers. Cela ne mérite pas le mépris!

La Présidente de la Région va s’exprimer le 28 avril prochain lors d’une conférence de presse sur le budget qui sera soumis au vote le lendemain. D’autres responsables feraient bien de lui emboîter le pas. Avant que n’enfle le bruit de fond des inquiétudes. 

 Albert Ziri

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 30.17
ciel dégagé
le 26/06 à 18h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1020.67 hPa
Humidité
76 %

Sondage