Fusion Bourgogne Franche-Comté : des territoires en quête d'équilibre

Publié le 19/06/2016 - 09:17
Mis à jour le 18/04/2019 - 13:52

Le vendredi 24 juin 2016, interviendra le vote régional sur les équilibres territoriaux de la Bourgogne Franche-Comté, tels qu'ils ont été proposés par Marie Guite Dufay. Important donc de se pencher sur la philosophie du projet. Nous avons rencontré Eric Houlley, un de ceux qui le portent et le défendent.

 ©
©

Éric Houlley, c'est le Monsieur Aménagement du Territoire de la Bourgogne Franche-Comté. Une mission qu'il envisage dans le strict respect des justes équilibres entre espaces urbains et espaces ruraux. Pour la mener à bien, le choix de la Présidente de BFC, Marie-Guite Dufay, s'est porté sur lui, le maire de Lure. Et ce n'est pas un hasard, "c'est pour cette raison"  dira-t-il par trois fois au cours de notre entretien, lui qui est aussi membre du bureau national de l'association des petites villes de France.

"Lure", rappelle-t-il, "ne subit plus l'érosion démographique, quand une partie du département - la Haute-Saône - continue de se vider de ses habitants. C'est que nous avons su, avec d'autres, bien exploiter le potentiel de ce bassin d'activité, de "ce pays luron", coincé entre le Nord comtois et les zones d'attractions proches de Besançon – Rioz, Marnay par exemple".

 "Ne plus opposer zones urbaines et zones rurales"

Et c'est cette expérience, comme celle de Luzy dans la Nièvre qu'il juge exemplaire en la matière, qu'il entend développer à l'échelle de la Région, en insistant sur les trois piliers sur lesquels il appuiera son action, dominée par une règle d'airain : "ne plus opposer zones urbaines et zones rurales".

  1. Redéfinir les priorités urbaines, la cohérence de l'axe Belfort, Montbéliard, Chalon, Le Creusot via Besançon-Dole-Dijon, "le rapprochement nécessaire Dijon et Besançon". Une consolidation de l'axe Rhin-Rhône en somme 
  2. Définir une politique pour les villes moyennes de maintien des services publics, des commerces, de l'accès à la culture – (ex Pontarlier/Mâcon) et dans celles plus petites (Lure/Joigny)
  3. Et dans ces dernières, comme dans tout l'espace rural promouvoir la "nouvelle ruralité", inventer le "village du futur" avec des maisons des services, pour remplacer les services publics défaillants et aussi les maisons de santé pour en finir avec les déserts médicaux.

On le voit un projet global ambitieux, faisant appel à la démocratie participative, refusant la fatalité de la désertification rurale. Ces projets sont en cours d'élaboration et ne sont pas encore chiffrés. Et leur étalement dans le temps n'a pas été précisé, tant il est évident qu'ils se déclineront et s'appliqueront en fonction de priorités, là où il faudra d'abord réduire d'urgence des fractures territoriales. Celui concernant la ruralité sera présenté à Autun le 27 juin et celui dessinant la future politique de la ville le sera le 28 à Dole.

La volonté d'un équilibre "positif"

Ils collent, selon Eric Houlley, parfaitement à la feuille de route décidée par la Présidente de Région, et confirmée par l'annonce de la juste répartition des centres de décisions régionaux à Dijon et Besançon. Une décision qui illustrerait la volonté d'équilibre positif, le refus de tout retour à une forme de centralisation. Il ne s'agit donc pas là d'une décision "placebo" chargée de faire passer la pilule de la "coquille vide". "Non," assure-t-il, "c'est une décision qui illustre la volonté d'équilibre positif, le refus de tout retour à une forme de centralisation".

 Le vote du 24 juin prochain dira si les élus régionaux, qu'ils soient Bourguignons ou Francs-Comtois, partagent cette vision politique de territoires dont ils doivent préparer l'avenir. Nous mesurerons aussi s'ils se souviennent avec précision, lors du dernier scrutin régional de décembre 2015, de la courte victoire de la gauche dans un contexte difficile pour elle, dans une triangulaire, de l'échec de la droite alors menée par un ex-secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy,  et aussi des scores du Front National dans l'espace rural comme dans certaines zones urbaines

 Propos recueillis le 16 juin 2016.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

fusion des régions

Fusion des régions Bourgogne Franche-Comté : « un résultat perdant-perdant » selon Alain Joyandet

Dans un communiqué du 7 décembre 2020, le président de la commission des Finances de la région Bourgogne Franche-Comté livre les résultats de son analyse de la gestion financière de la région au cours du mandat qui s'achèvera en 2021. Pour lui, la fusion des deux régions est "perdant-perdant" tandis que l'objectif était de réaliser une opération "gagnant-gagnant".

Fusion Bourgogne-Franche-Comté : les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018

Trois régions sur treize ont réduit leurs dépenses de fonctionnement après la réforme territoriale de la fusion des régions. En Bourgogne Franche-Comté, les dépenses de fonctionnement - à périmètre constant - ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018.

Dire, quoi dire et comment le dire ? Telle est la question

Nous en convenons tous, ou la plupart d'entre nous, "un président" en exercice "ne devrait pas dire ça" et sûrement pas comme ça. Cette obligation de rigueur n'est pas, et ne doit pas être, seulement celle d'un président en exercice. Elle doit s'étendre à tout un chacun, et bien sûr aussi à un ex-président qui envisage de l'être à nouveau...

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

A la veille de la visite de la secrétaire d'État en charge des collectivités territoriales en Bourgogne Franche-Comté pour parler de la fusion des régions et de la réforme territoriale, nous avons reçu du maire de Vuillafans (village de 800 habitants de la vallée de la Loue) cette prise de position sans ambiguïté aucune concernant les communes de la réforme territoriale en cours et de son impact sur les communes.

Philippe Gonon : la dérive de nos institutions locales

Promulguée le 7 août 2015, la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République confie de nouvelles compétences aux régions et redéfinit clairement les compétences attribuées à chaque collectivité territoriale. Philippe Gonon, vice président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) du Doubs craint un "court-circuitage" des instances locales. 

Politique

Castex n’a « jamais été convaincu » par la création d' »immenses régions »

À l'occasion d'un déplacement en Alsace samedi 23 janvier 2021, le Premier ministre Jean Castex a dit n'avoir "jamais été convaincu" par la création d'"immenses régions", qui ne répondent pas "aux besoins grandissants" de proximité. Ce qui n'a pas manqué de réjouir le fédéraliste bisontin Jean-Philippe Allenbach du Mouvement Franche-Comté

« Mise en difficulté par la crise sanitaire, la culture ne doit pas devenir l’enjeu de polémiques stériles » selon Marie-Guite Dufay

Interpellée sur les lieux culturels par François Sauvadet, président du département de la Côte-d'Or et président de l'opposition de droite à la Région, la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite Dufay, lui répond dans un communiqué ce mercredi 20 janvier.

2022 : Engageons-nous présente ses premières propositions de « transformation » de la société

Élections législatives et présidentielle le même jour, un référendum d'initiative populaire moins restrictif, ou encore un "indicateur de bien être" au côté du PIB:L'association Engageons-nous, créée en septembre par Laurent Joffrin, ex-directeur de Libération, a présenté  ses propositions en vue de 2022.

Covid-19 : jeunes de Bourgogne Franche-Comté, « ne restez pas seuls ! »

Dans un communiqué du 13 janvier 2021, Denis Lamard, conseiller régional Bourgogne Franche-Comté délégué à la jeunesse et la vie associative et président du CRIJ de Bourgogne Franche-Comté, appelle les jeunes à ne pas rester seuls en cette longue période de crise sanitaire et de travail à distance…
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.1
légères chutes de neige
le 25/01 à 9h00
Vent
5.33 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
97 %

Sondage