Menace terroriste : les églises sous surveillance pour Noël

Publié le 24/12/2015 - 09:41
Mis à jour le 24/12/2015 - 09:41

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a réitéré les mesures de sécurité prises en avril 2015 à la suite d'un acte terroriste déjoué afin d'assurer la protection des églises après les attentats du 13 novembre 2015 lors des célébrations de Noël, a-t-on appris de sources policières. 

DSC_0241.JPG
©carvy
PUBLICITÉ

Sécurité renforcée

Dans une circulaire adressée cette semaine aux préfets ainsi qu’aux directeurs de la police et de la gendarmerie, le ministre incite les responsables religieux à renforcer la sécurité à l’entrée des églises notamment durant les messes de Noël. Le ministre évoque le contexte de très forte menace en France après les attentats du 13 novembre 2015, ajoutant qu’une action visant les églises aurait une « force symbolique« . Dans sa propagande, l’organisation djihadiste État islamique cible régulièrement les dirigeants « croisés » occidentaux et « le royaume de la Croix« , expression semblant désigner l’Europe.

Risque de « terroristes aguerris« 

Les préfets sont invités, dans la nouvelle circulaire, à prendre contact avec les responsables des diocèses et des paroisses afin de prendre toutes les mesures de surveillance renforcée qui s’imposent face à un risque de « terroristes désormais aguerris« , écrit le ministre. « Ces recommandations sont la transcription d’une réunion que nous avons eue fin novembre avec le préfet Thierry Coudert (coordinateur de la protection des lieux de culte). J’avais alors alerté les autorités sur l’affluence attendue lors des messes de Noël« , a expliqué à l’AFP le secrétaire général et porte-parole de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Olivier Ribadeau Dumas. La France compte quelque 45 000 églises catholiques, auxquelles s’ajoutent 4 000 temples protestants et environ 150 lieux de culte orthodoxe. Des dizaines de milliers de célébrations religieuses auront lieu en France entre le 24 et le 25 décembre.

Plus d’affluence dans les églises après le 13 novembre

« Il y aura du monde à Noël, et peut-être davantage cette année que d’habitude, en raison de ce que nous vivons en France. Les dimanches qui ont suivi les attentats du 13 novembre, nous avons eu plus d’affluence dans nos églises« , relève le père Ribadeau Dumas. « Les gens avaient besoin de se retrouver, de retrouver une intériorité, de réfléchir à la vie en société« , analyse-t-il. Selon le porte-parole des évêques, « des consignes de vigilance ont été données, mais il n’y a pas de mesures généralisées« . « Jamais le gouvernement n’a demandé d’ouvrir tous les manteaux et tous les sacs à l’entrée des églises« , a-t-il ajouté, précisant qu' »un peu plus de 140 » lieux de culte catholiques, en raison de l’affluence attendue et de leur notoriété, sont « signalés comme devant faire l’objet d’une surveillance particulière« .

« Nous avons toujours dit que les églises étaient des lieux ouverts, nous ne changeons pas d’attitude, qui consiste à accueillir tout le monde. Ce qui n’empêche pas le réalisme: nous ne vivons pas hors sol mais dans un pays marqué par terrorisme, cela appelle une vigilance nécessaire« , a ajouté le responsable.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

Les "Licra" (ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) de Besançon et Dijon ont annoncé qu’elles accompagneraient la mère voilée dans ses démarches en estimant qu’elle ne méritait pas le bruit et la fureur alors qu’« elle accomplissait un paisible devoir civique » en accompagnant la classe de son fils au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. 

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

La mère voilée originaire de Belfort qui a déclenché malgré elle la sortie du RN  Julien Odoul au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté s'exprime dans un entretien au site islamophobie.net du collectif contre l'islamophobie en France. Elle souhaite que son fils "passe à autre chose" mais semble garder un goût amer de cette expérience... 

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Le pape François oblige légalement le clergé à signaler les abus sexuels

Le pape François oblige légalement le clergé à signaler les abus sexuels

Le pape François a dévoilé jeudi une législation plus stricte obligeant prêtres, religieux et religieuses à signaler à l'Eglise tout soupçon d'agression sexuelle ou d'harcèlement, ainsi que toute couverture de tels faits par la hiérarchie catholique. En mars dernier, nous nous étions rendus à l'archevêché de Besançon pour faire un point sur le diocèse de Besançon (article).

Les cloches sonneront une nouvelle fois à Besançon ce mercredi soir

Les cloches sonneront une nouvelle fois à Besançon ce mercredi soir

Cela n'a échappé à personne ce mardi soir. Les cloches de la cathédrale Saint-Jean et des églises du diocèse de Besançon ont sonné en témoignage de soutien à la cathédrale Notre Dame de Paris. Ce mercredi, elles sonneront à nouveau à la demande de la conférence des Évêques de France.

Les cloches de la cathédrale Saint-Jean et des églises du diocèse de Besançon résonneront ce soir pour Notre-Dame de Paris

Les cloches de la cathédrale Saint-Jean et des églises du diocèse de Besançon résonneront ce soir pour Notre-Dame de Paris

Mgr Jean-Luc Bouilleret et l'ensemble des fidèles du diocèse de Besançon "s'associent à la peine des catholiques parisiens et des habitants de la capitale" dans un communiqué de mardi 16 avril 2019, au lendemain du terrible incendie qui a frappé la cathédrale Notre-Dame de Paris. Ce soir, à 20 heures, les cloches de la cathédrale Saint-Jean-Saint-Etienne ainsi que celles de toutes les églises du diocèse de Besançon, résonneront en témoignage de soutien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.18
légère pluie
le 18/10 à 6h00
Vent
3.84 m/s
Pression
1013.04 hPa
Humidité
95 %

Sondage