Rodéos à Besançon : "Ils veulent faire les beaux devant les jeunes des quartiers"

Publié le 03/07/2017 - 18:13
Mis à jour le 04/07/2017 - 09:21

Les rodéos de deux roues et autres quads sont un véritable fléau dans certains quartiers de Besançon. Ils touchent notamment Planoise mais pas seulement. Pour lutter contre ce phénomène ayant provoqué la mort d’une personne âgée en 2016 à Besançon, la police nationale utilise les caméras de vidéoprotection, les témoignages de riverains et la judiciarisation des enquêtes. 

Rodéos à Besançon : interview avec Rachid Benazrine, commandant de police from maCommune.info on Vimeo.

Depuis l'arrivée des beaux jours, quatre fonctionnaires de police sont mobilisés sur la lutte contre les rodéos. Depuis dès 2017, 42 véhicules deux roues et quads sont immobilisés (voir photo). S'ajoutent quatre procédures de mise en danger pour la vie d'autrui, cinq interpellations pour refus d'obtempérer ainsi que des infractions connexes telles que le vol de véhicule, consommation et trafic de stupéfiants, etc. 

Pourquoi faire des rodéos ? 

Lorsque les forces de l'ordre demandent pourquoi les personnes interpellées font du rodéo, les réponses sont plutôt surprenantes comme "Je ne savais pas que c'était interdit". Pour Amaury Feuvrier, commissaire de police en charge de la sécurité publique, "ils veulent faire les beaux devant les jeunes des quartiers".

Aujourd'hui, la police observe "une quasi-disparition du phénomène de masse", c'est-à-dire que les rodéos ne se déroulent pas forcément en même temps dans les quartiers touchés.

Les profils des personnes interpellées sont des hommes entre 14 et 23 ans. 

La police n'intervient pas directement lors des rodéos. Pourquoi ? Selon Rachid Benazrine, commandant de police, nous répond dans notre interview vidéo ci-contre.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Pancartes anti-migrant : Anne Vignot condamne “des actes criminels” commis durant le carnaval

Le dimanche 7 avril 2024, alors que la fête du carnaval de Besançon battait son plein, deux jeunes femmes se sont immiscées au milieu du cortège et ont brandi des pancartes anti-immigration. Un acte "immonde" pour la maire, Anne Vignot qui a dès ce lundi 8 avril déposé plainte pour incitation à la haine et condamné une fois de plus ce genre d’action lors d’une conférence de presse ce lundi après-midi dans les bureaux de la Ville. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.88
nuageux
le 12/04 à 18h00
Vent
1.13 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
49 %