Tchernobyl, 30 ans après : l'Est de la France encore très contaminé

Publié le 23/04/2016 - 09:47
Mis à jour le 23/04/2016 - 16:36

Selon l'association pour le contrôle de la radioactivité dans l'ouest (Acro), créée après la catastrophe de Tchernobyl en 1986, aujourd'hui encore, les sols et les champignons sont, 30 ans après, toujours contaminés par le césium-137… Sans grande surprise. 

capture_decran_2016-04-23_a_09.45.21.png

L'Acro a lancé une étude de la pollution radioactive rémanente en 2014. Une centaine de "préleveurs volontaires" ainsi que trois autres associations (Les Enfants de Tchernobyl, l’Observatoire Mycologique et Greenpeace Allemagne) ont participé à cette campagne qui a couvert13 pays européens. Les résultats ont été publiés au fur et à mesure sur le site tchernoyl30.eur.org. L'objectif de cette étude de grande ampleur était de répondre à trois questions principales :

  • "Tous les compartiments de l’environnement sont-ils contaminés par le césium-137 ?"
  • "Quels sont les niveaux d’activité que l’on peut trouver dans notre environnement quotidien (jardin, forêt…) aujourd’hui ?"
  • "Quelles denrées alimentaires sont encore contaminées ? "

Résultats 

  • Les sols

l’ensemble des échantillons de sol analysés en France comme en Europe présente une contamination par le césium-137. Les zones de dépôts préférentiels ont été les massifs montagneux, car c’est là que les précipitations sont généralement les plus importantes. En montagne, on observe la formation de "points chauds" créés par le ruissellement lors de la fonte des neiges et des congères. Les éléments radioactifs (contenus dans la neige) se sont alors accumulées sur un espace réduit, entraînant des concentrations très importantes de radioactivité dans le sol. On mesure jusqu’à 68 000 Bq/kg sec dans les sols des Alpes.

En France, les prélèvements réalisés dans l’Est du pays présentent encore des contaminations importantes. En plaine, on mesure jusqu'à 70 Bq/kg sec en Isère et 174 Bq/kg sec dans le Haut-Rhin.

Des contaminations importantes ont par ailleurs été mesurées ponctuellement dans des zones globalement moins impactées par les retombées radioactives : on mesure, par exemple, 91 Bq/kg sec de césium-137 dans un sol forestier de Seine-Maritime. 

  • Les champignons :

80% des échantillons de champignons analysés sont contaminés par le césium-137, ce qui confirme la propriété déjà connue d’accumulation du césium du sol par les champignons. Des contaminations parfois très importantes ont été observées : jusqu’à 4 410 Bq/kg sec dans des pieds de mouton prélevés au Luxembourg et 860 Bq/kg sec dans des chanterelles prélevées dans la Drôme. Même dans des zones moins impactées par les retombés radioactives, on trouve du césium-137 dans certains champignons. On mesure par exemple 97 Bq/kg sec dans des bolets prélevés dans le calvados.

  • Les denrées alimentaires :

Les fruits et les légumes analysés lors de cette étude sont épargnés par la contamination par le césium- 137. Seules des châtaignes prélevées dans le Gard présentaient un marquage par ce radioélément.

Les produits de la ruche, les produits laitiers (fromage de vache et de chèvre) et les plantes aromatiques analysées ne révèlent pas la présence de césium-137.

Ce n’est pas le cas du gibier qui se contamine par son alimentation. Le sanglier corse analysé au cours de cette campagne présentait une légère contamination par le césium-137.

En Norvège, en Suède et en Finlande, la contamination de la viande de renne est devenue un problème sanitaire qui perdure encore actuellement. Nous avons mesuré 690 Bq/kg de césium-137 dans la viande de renne et 25,3 Bq/kg dans la viande d’élan. Ces viandes ont été achetées dans un supermarché en Norvège.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Randonneurs, randonneuse, votez pour votre « GR Préféré »…

Pour la quatrième année consécutive, la Fédération française de la randonnée pédestre lance son concours national pour l’élection du "GR préféré des Français". Parmi les huit GR (Grande Randonnée) sélectionnés cette année, l'emblématique GR®509 - Grande Traversée du Jura ! Il est possible de voter jusqu'au 25 novembre 2020 sur le site MonGR.fr.

Le Groupe des Epouvantails en Colère (Geec) s’est installé aux Vaîtes à Besançon

Ce mardi 17 novembre, jour de l'appel à une deuxième vague d'action contre la réintoxication du monde, l'association Les Jardins des Vaîtes, a appelé jardinièr·es et ami·es des Jardins des Vaîtes à déposer banderoles et épouvantails aux Vaîtes. L'occasion de réaffirmer leur volonté de "préserver ce poumon vert en coeur de ville, avec ses jardins, ses zones humides, ses habitant·es humains et non humains."

« Le temps de la forêt est plus long que le temps de la relance » (Jacques Grosperrin)

Jeudi 19 novembre 2020 dans la matinée, le sénateur LR Jacques Grosperrina interpellé le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation sur le thème de "La forêt française face aux défis climatiques, économiques et sociétaux" . Il a attiré l’attention du ministre sur la situation préoccupante de la forêt du Doubs.

Inondations et coulées de boue : une commune supplémentaire du Doubs reconnue en état de catastrophe naturelle

Par arrêté du Ministère de l’Intérieur du 19 octobre 2020, paru au Journal officiel du 14 novembre 2020, la commune de Dasle a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues les 3, 11, 12 et 17 juin 2020.

Feuilles mortes : le ramassage se poursuit jusqu’à la mi-décembre à Besançon

Cette année encore, la Ville de Besançon mobilise les agents de la Voirie-Propreté et de la Biodiversité et Espaces Verts pour ramasser près de 535 tonnes de feuilles mortes jusqu’à la mi- décembre, annonce-t-elle ce jeudi 12 novembre dans un communiqué. Pas moins de 450 kilomètres sont ainsi parcourus et déblayés afin de limiter les amas qui se transforment en tapis glissants pour les passants et les véhicules en circulation.

Retour de la grippe aviaire : les volailles confinées dans 46 départements

Les autorités ont placé jeudi 45 départements en risque "élevé" d'introduction de la grippe aviaire par les oiseaux migrateurs, obligeant notamment à confiner les volailles, dans l'espoir d'éviter un retour de cette maladie redoutable pour l'élevage français. En Fc, les départements du Jura et de la Haute-Saône sont concernés par ce "confinement volaille".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.94
partiellement nuageux
le 24/11 à 12h00
Vent
0.82 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
83 %

Sondage