Tuée d'une vingtaine de coups de couteau : garde à vue du compagnon prolongée

Publié le 03/10/2014 - 17:20
Mis à jour le 03/10/2014 - 17:20

La garde à vue de l’homme qui s’est accusé du meurtre de sa femme, jeudi 2 octobre 2014, dans le quartier de Planoise de Besançon a été prolongée. La victime, qui a reçu une vingtaine de coups de couteau, avait déposé plainte pour violences en août 2014.

 ©
©

La victime, une habitante de Planoise âgée de 50 ans, a été découverte par sa fille aînée, vers 10h,  gisant sur le sol du séjour de son appartement de la rue Renoir. L’étudiante de 21 ans avait été prévenue par son père, qui se rendait au même instant au commissariat de Besançon en s’accusant du crime.
Selon les constatations des médecins, la quinquagénaire a reçu une vingtaine de coups de couteau, dont un lui entaillant la bouche. Les blessures laissent penser que l’auteur s’est acharné sur la malheureuse femme. En août 2014, elle avait déposé plainte en dénonçant des violences de la part de son compagnon, âgé de 50 ans. Ce dernier avait contesté ces accusations.
Jeudi 2 octobre 2014, il a été placé en garde à vue pour le meurtre de sa compagne. Lors de son audition, il a indiqué aux enquêteurs de la sûreté départementale qu’il avait tué sa femme suite à des «provocations» de sa part, ayant entraîné une dispute. D’après la procureure de Besançon Edwige Roux-Morizot, le couple entretenait des «relations tumultueuses». La victime était mère de quatre enfants âgés de 11 à 21 ans.
Une enquête préliminaire a été ouverte pour «homicide volontaire» et le suspect devrait être présenté samedi 4 octobre 2014 devant le pôle de l’instruction de Besançon en vue de sa mise en examen.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Le MRAP de Besançon dénonce des actes racistes commis à Dole ce dimanche

Ce mercredi 22 mai 2024, le comité local du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon a tenu à apporter son soutien aux deux personnes qui ont arraché une banderole et deux pancartes sur lesquelles on pouvait lire : ''Violeurs étrangers dehors !'', durant une manifestations à Dole le dimanche 19 mai dernier.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.97
légère pluie
le 23/05 à 12h00
Vent
2.22 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
88 %