Un aide-soignant Bisontin soupçonné de s'être exhibé devant des patientes âgées au CHRU

Publié le 17/04/2014 - 07:12
Mis à jour le 15/04/2019 - 14:47

Un aide-soignant exerçant au CHRU de Besançon est soupçonné de s'être exhibé devant des patientes âgées de l'hôpital Jean Minjoz. Il a été présenté mercredi 17 avril 2014 devant le parquet de Besançon et placé sous contrôle judiciaire dans l'attente de son procès.

dsc_8475.jpg

Les faits présumés ont été dénoncés par une patiente et l'enquête de la police a permis de remonter à trois dames âgées de 75 à 89 ans qui ont confié aux enquêteurs que l'homme profitait de ses passages dans les chambres, dans le cadre de son travail, pour s'exhiber et parfois demander aux patientes de lui prodiguer des caresses, sans succès.

L'aide-soignant, âgé d'une cinquantaine d'années, réfute ces accusations. Il n'a jamais été surpris en flagrant délit d'exhibition par ses collègues de ce service accueillant des personnes âgées.

Le suspect a été placé sous contrôle judiciaire, avec obligation de soins et interdiction de se représenter à l'hôpital Jean Minjoz ou dans tout autre type d'établissement accueillant des personnes âgées.

L'homme, déjà été condamné en 2009 pour des faits d'agression sexuelle, sera jugé le 16 mai prochain devant le tribunal correctionnel de Besançon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Exactions à la Petite Hollande : le préfet du Doubs condamne et apporte des précisions

Dans la soirée du vendredi 20 novembre 2020, plusieurs individus  ont délibérément détruit du mobilier urbain à l’aide d’un véhicule de six tonnes de type "dumper" volé sur le chantier de rénovation du centre commercial des Hexagones.  "Tous les moyens nécessaires seront mis en œuvre afin que les auteurs soient rapidement interpelés et présentés devant la justice" assure-t-il.

Jonathann Daval présente ses « excuses » et fait un malaise

Jonathann Daval, jugé devant la Cour d'assises de la Haute-Saône pour le meurtre de sa femme Alexia en 2017, a présenté mercredi soir ses "excuses", ajoutant aussitôt que ce qu'il avait fait n'était "pas excusable". L'accusé s'est ensuite évanoui en plein interrogatoire et a été emmené aux urgence de Vesoul. Un point sera fait jeudi matin à 9h pour voir si le procès peut se poursuivre.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.34
partiellement nuageux
le 24/11 à 9h00
Vent
0.51 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
85 %

Sondage