Un frontalier pris en otage en Suisse et relâché dans le Doubs

Publié le 28/11/2012 - 18:07
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:36

L’employé français d’une société horlogère suisse a été pris en otage en début de semaine, lors du braquage de son entreprise par trois individus qui l’ont finalement relâché dans le Doubs.

Les entreprises d’horlogerie et les matériaux précieux avec lesquels elles travaillent attirent les convoitises. Les établissements Joseph Erard, situés au Noirmont, dans le canton du Jura suisse, en ont fait l’amère expérience.

Vers 5h lundi 26 novembre 2012,  trois individus cagoulés et armés se sont présentés aux portes de la manufacture horlogère avec la ferme intention de faire main basse sur les trésors de la société.

Mais ils se sont heurtés à un système de sécurité efficace et n’ont pas pu accéder au coffre. Contraints de repartir bredouilles, les braqueurs ont pris en otage un salariés habitant Maîche, dans le Doubs, pour couvrir leur retraite.

Les autorités suisses ont prévenu les gendarmes du Doubs et le plan d'intervention transfrontalier a été déployé. Les gendarmes de Maîche et de Morteau ont immédiatement été mobilisés.

L’otage français, âgé de 34 ans, a finalement été relâché vers 7 heures par ses ravisseurs au niveau de la commune de Charmauvillers, dans le Doubs, à quelques kilomètres du Noirmont. S’il n’a pas été sérieusement blessé, il reste très choqué, a indiqué la gendarmerie.

Dans la foulée, la gendarmerie a retrouvé à Cernay-l’Eglise un utilitaire calciné. Le véhicule correspond à celui utlisé par les bandits, qui se sont évaporés dans la nature.

La gendarmerie lance un appel à témoins (0800.004.843)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Permanence vandalisée à Besançon : la fédération du Doubs du Parti communiste porte plainte contre le syndicat UNI

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 octobre 2020, la permanence de la fédération du Doubs du Parti communiste à Besançon a été dégradée avec des affiches de l’UNI, le syndicat étudiant connu en région parisienne et qui tente de se réimplanter depuis peu à Besançon. Le PCF a décidé de porté plainte contre ce syndicat pour que "toute la lumière soit faite sur cette événement et que toutes et tous les responsables soient confondus."
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.51
légère pluie
le 26/10 à 15h00
Vent
3.15 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
94 %

Sondage