Un musulman agressé pour avoir fêté Noël à Belfort : trois personnes entendues

Publié le 28/12/2020 - 08:40
Mis à jour le 28/12/2020 - 08:40

Trois hommes ont été entendus pour avoir frappé à Belfort un homme de confession musulmane et fils de policiers après qu’il a publié sur les réseaux sociaux des photos de son repas de Noël, a-t-on appris dimanche 27 décembre 2020 de source policière.

image d'illustration © D.Poirier
image d'illustration © D.Poirier

Deux de ces personnes étaient toujours dimanche soir en garde à vue tandis que la troisième, l'auteur du message à l'origine de la violence, qui s'était présenté de lui-même dès vendredi soir au commissariat de Belfort, a été remis en liberté.

La victime, âgée de 20 ans, s'est vu délivrer une interruption temporaire de travail (ITT) de 4 jours après cette agression par quatre personnes. Le beau-père du jeune homme est policier à Belfort, sa mère est également policière, affectée au commissariat de Mulhouse.

"Sale fils de blanc, fils de serpent, fils de policiers..."

Il a reçu un message menaçant émanant d'une de ses connaissances après qu'il a publié une photo de son réveillon de Noël sur le réseau social Snapchat. "Sale fils de blanc, fils de serpent, fils de policiers... Je vais te montrer ce qu'est un vrai rebeu" (arabe en verlan), était-il écrit. Le jeune homme a expliqué aux enquêteurs avoir voulu aller voir l'auteur du message avec deux de ses camarades, pour comprendre, selon lui. Mais il
n'était "pas question" pour lui de se battre et surtout pas de se "retrouver au sol frappé par plusieurs personnes", a-t-on précisé de même source.

Toutefois, les trois suspects qui se sont présentés d'eux-mêmes vendredi et samedi au commissariat de Belfort ont maintenu une autre version. Ils ont parlé de violences réciproques et de provocation de la part de celui qui se dit victime. Dimanche, à l'image du président des Hauts de France Xavier Bertrand, plusieurs élus ont dénoncé sur Twitter cette agression au cours de laquelle "un fils de policier, musulman" a été "lâchement tabassé pour avoir fêté Noël".

"Pas de place pour le séparatisme dans notre pays"

"Face à tous ceux qui s'en prennent à notre mode de vie, à ce que nous sommes et qui veulent nous imposer leur idéologie, la réponse, tout d'abord pénale, doit être forte", a écrit M. Bertrand. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait lui réagi dès samedi soir : "Un jeune homme agressé parce qu'il aurait fêté Noël et ne serait pas un +bon arabe+. Circonstance +aggravante+: être fils de policiers. Pas de place pour le séparatisme dans notre pays, pas de place pour le racisme d'où qu'il vienne", avait-il écrit sur Twitter.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Besançon et Montbéliard : 4.500 personnes et 3.500 véhicules contrôlés en 5 jours

Du 8 au 12 avril 2024, une opération "Place Nette" de grande ampleur s’est déroulée dans le département du Doubs. Réalisée en étroite coordination avec les procureurs de Besançon et de Montbéliard, cette action "coup de poing" s’inscrit dans le cadre des actions de lutte contre la délinquance liée aux trafics de stupéfiants, à l’économie souterraine et au proxénétisme voulues par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et le Garde des Sceaux. L'heure est au bilan...

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.74
nuageux
le 19/04 à 3h00
Vent
2.1 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
95 %