Alerte Témoin

Un petit oiseau siffle dans les oreilles du futur parc Arémis

Publié le 13/02/2011 - 19:03
Mis à jour le 13/02/2011 - 19:03

Le tarier des prés, petit passereau protégé, est au cœur d’une polémique entre les défenseurs de l’environnement et les collectivités en charge de réhabiliter l’ancien aéroport de Lure-Malbouhans en un parc industriel de pointe en lien étroit avec le pôle véhicule du futur.

1297621033.jpg
©

En 2010, le Syndicat mixte pour l’aménagement d’Arémis – Lure a obtenu la certification internationale Afaq Iso14001 pour la gestion environnementale du site.

Pourtant, avant l’été dernier, de nombreuses voix se sont élevées contre ce projet. La LPO Franche-Comté (ligue pour la protection des oiseaux)  estime que cette ZAC  serait synonyme de la disparition à cet endroit de la population de Tariers des prés. Ce passereau migrateur figure en effet sur la liste rouge des oiseaux menacés de Franche-Comté et a connu une régression de 80 % en 20 ans en Europe. Le site de Lure Malbouhans représenterait 20 % des effectifs de la Haute-Saône. Une pétition sur le web a réuni plus 1 000 signatures. La LPO demande donc l’abandon du projet et considère que « la destruction d’un tel site par une collectivité territoriale est aujourd’hui inacceptable et en totale contradiction avec nos engagements européens ».  Le parti politique de Corinne Lepage Cap 21 s’est même ému de la situation et a écrit Yves Krattinger, le président du Conseil Général. Le département a en effet acquis le site en 2005. De leur côté, les élus Verts du Conseil Régional de Franc-Comté se sont eux abstenus pour l’attribution d’une subvention de 22 000 euros accordée par la région auprès du syndicat mixte.

Petit oiseau contre grand parc ?

Alors que la LPO estime que ce projet est le plus « grenello-incompatible » de Franche-Comté alors que 2010 a été décrétée comme année de la biodiversité, le Conseil Général de Haute-Saône fait valoir d’autres arguments étayés par l’obtention de la récente certification environnementale.

 Il reconnaît que le site est classé avec des habitats et des espèces à forts enjeux écologiques. Au titre de son adhésion à l’Association PALME (association nationale pour la qualité environnementale et le développement durable des territoires d’activités), la collectivité souhaite faire de ce parc  « une zone d’activité de conception et de gestion environnementales, vitrine du développement durable et de la préservation de la biodiversité, et l’un des premiers parcs d’activités économiques de 3e génération à dimension écologique ». Comment ? Avec la mise en place d’un  Groupe Technique Environnement (GTE) composé, entre autres, d’associations environnementales qui aboutira à la signature d’une charte environnementale.

Dans le cadre de l’aménagement sur 30 ans de la ZAC, plus de 68 % de l’habitat du Violion Caninae,  apprécié du Tarier des prés, devrait être préservé : « Durant les 15 prochaines années, ce sont a minima 100 hectares qui seront préservés sur les 191 hectares naturels du site. Le tarier des prés, qui habite une zone de 80 hectares, conservera donc son territoire ou en retrouvera un similaire non morcelé sur le site » affirme la collectivité qui précise que 165 actions sur douze thématiques environnementales seront menées dans le cadre de l’aménagement de la future ZAC dont 42, ont un lien direct sur la diversité biologique. Autant d’arguments que la collectivité met en avant pour tenter de convaincre les plus sceptiques…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Journée nationale de la qualité de l’air ce mercredi

Comment préserver l'air ? • Ce 16 septembre 2020 se tient la 6° édition de la « Journée nationale de la Qualité de l’Air », organisée par le Ministère de la Transition écologique, en partenariat avec le réseau national des Associations Agréées pour la Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA).

Bourgogne : les professionnels attendent un millésime 2020 « remarquable »

Le millésime 2020 s'annonce "remarquable" en Bourgogne, selon l'interprofession, qui s'est félicité jeudi de la bonne résistance de ses vins à l'export malgré un contexte économique mondial difficile, aggravé par la crise sanitaire. En terme de volume, bien que la pluviométrie cet été a été "minimale", les viticulteurs prévoient une année "autour de la moyenne", après une très faible récolte en 2019 dûe aux aléas climatiques.

L’automobile à hydrogène : un segment de niche, mais une vision d’avenir

Propulser des voitures, bus ou camions sans aucune émission polluante, c'est la promesse de la pile à hydrogène, dont la filière démarre lentement, mais pourrait s'imposer à terme face aux batteries rechargeables. Le constructeur PSA devrait lancer les premiers véhicules utilitaires à hydrogène (Peugeot Expert, Citroën Jumpy et Opel Vivaro) fin 2021.

Le train à hydrogène en France : pas avant 2025

Avec un train de retard sur l'Allemagne, pays dans lequel il est déjà sur les rails, l' hydrogène pourrait bien arriver d'ici 2025 en France grâce un plan de relance et l'annonce ce mardi d'un plan d'investissement de 7 milliards d'euros en faveur de cette filière énergétique sur laquelle mise la région Bourgogne Franche-Comté. Garantis "à zéro émission", les trains à hydrogène émettent uniquement de la vapeur d'eau et de l'eau condensée.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     20.94
    couvert
    le 21/09 à 12h00
    Vent
    2.35 m/s
    Pression
    1016 hPa
    Humidité
    66 %

    Sondage