Un sexagénaire lance une grenade au commissariat, qui n'explose pas

Publié le 11/03/2015 - 09:20
Mis à jour le 13/03/2015 - 15:47

Un homme de 61 ans, convoqué au commissariat de Vesoul lundi 9 mars 2015, a dégoupillé et lancé une grenade offensive qui n’a pas explosé en raison d’une défaillance technique, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

 ©
©

"Il s'agit d'une vraie grenade offensive militaire qui pouvait exploser, mais a priori il y aurait eu un souci au moment où elle a été dégoupillée", a indiqué à l'AFP la vice-procureure de Vesoul Julie Bressand. "Il y avait trois policiers à proximité, on a échappé à un vrai drame", a-t-elle ajouté.

Placé en garde à vue pour "tentative d'assassinat", le sexagénaire devait être déféré au pôle de l'instruction de Besançon mercredi. Lors de son audition, le suspect a prétendu qu'il "savait que ça n'allait pas exploser" et aurait également reconnu avoir fait une bêtise. Lundi, cet homme s'est présenté avec son épouse au commissariat de Vesoul où il était convoqué dans le cadre d'une enquête préliminaire pour "viol et agression sexuelle sur mineurs".

Le suspect qui présentait un casier judiciaire vierge avait été placé en garde à vue et conduit vers les cellules du commissariat. C'est à ce moment précis, au moment de la fouille, qu'il a dégoupillé une grenade qu'il avait cachée sur lui, a dit Mme Bressand. Un policier a eu le réflexe de donner un coup de pied dans l'objet qui a terminé sa course dans la cour du commissariat sans exploser, a-t-elle précisé.

Les démineurs de Colmar se sont rendus sur place pour prendre en charge la grenade, qui pourrait dater des années 1960. Les enquêteurs en ignorent pour l'instant l'origine exacte. Lors d'une perquisition menée au domicile du suspect, trois fusils ainsi qu'une seconde grenade ont été découverts.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Vandalisme des statues d’Ousmane Sow à Besançon : la Ville de Besançon appelle à une union face au racisme

Ce mercredi matin, deux jours après la dégradation de la statue de Victor Hugo, la Ville de Besançon a découvert stupéfaite que « L'homme et l'enfant », statue de l’artiste Ousmane Sow située au monument aux morts des Glacis, a également été recouverte de peinture blanche sur les mains et le visage.

Besançon : une autre statue d’Ousmane Sow, " L’homme et l’enfant " vandalisée cette nuit

Après la dégradation volontaire de la statue Victor Hugo située sur l'esplanade des Droits de l'Homme à Besançon dans la nuit du 20 au 21 novembre 2022, la seconde statue d'Ousmane Sow, située au parc des Glacis, à côté du monument aux morts, a été vandalisée dans la nuit du 22 au 23 novembre. 

" White power ", la signature des actes de vandalisme des statues d’Ousmane Sow à Besançon

Des photos retrouvées sur les réseaux sociaux prouvent que l’acte de vandalisme perpétré sur la statue de Victor Hugo par Ousmane Sow dans la nuit du 20 au 21 novembre, sont revendiqués par les néonazis… une fois de plus dans la ville de Besançon. Nous avons également appris ce mercredi qu’une autre statue d’Ousmane Sow au parc des Glacis a elle aussi été vandalisé dans la nuit du 22 au 23 novembre.

Statues d’Ousmane Sow vandalisées : association et élus locaux réagissent

Dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 novembre, la statue de Victor Hugo d'Ousmane Sow, sur l'Esplanade des droits de l'Homme à Besançon, a été vandalisée. De même dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 novembre pour "L'homme et l'enfant" au parc des Glacis, du même artiste. Les élus Renaissance-MoDem et l'association "À gauche citoyens !" ont tenu à s'exprimer par voie de communiqués de presse.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.16
couvert
le 28/11 à 9h00
Vent
1.05 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
94 %